Aider les étudiants à tricher est devenu un marché de plusieurs milliards de dollars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Nouveau monde
université
université
©Wikimedia/Tungsten

Business

Aider les étudiants à tricher est devenu un marché de plusieurs milliards de dollars

Un service en ligne vend les réponses aux questions des livres d'enseignement universitaire

Le célèbre éditeur de livres d'enseignment Pearson accuse le service en ligne californien Chegg de violer le droit d'auteur en vendant des réponses aux questions contenues dans les manuels de l'éditeur raconte le Financial Times.

Le procès de Pearson met en évidence un fait gênant à propos de Chegg : il aide les étudiants à tricher .

Plutôt que d'étudier leurs cours d'anatomie, les étudiants en médecine ont juste besoin de maîtriser les fonctions Copier Coller sur leurs claviers.

Chegg, qui compte désormais 6,6 millions d'abonnés payant pour la plupart 14,95 $ par mois, vaut désormais plus que Pearson, vénérable maison qui existe depuis 177 ans souligne le Financial Times.

De plus Chegg permet, en plus, aux étudiants de soumettre des questions originales et d'obtenir la réponse d'un expert en 30 minutes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !