A Noël, le pape François souhaite de la "tendresse" pour le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François lors de la messe de Noël
Le pape François lors de la messe de Noël
©Reuters

Amen

A Noël, le pape François souhaite de la "tendresse" pour le monde

Le souverain pontife argentin a célébré sa deuxième messe de Noël mercredi soir à la basilique Saint-Pierre à Rome.

Mardi, le pape François avait déjà écrit aux Chrétiens d'Orient, victimes de persécutions, pour les appeler au dialogue inter-religieux. Mercredi soir, le pape argentin s'est à nouveau adressé aux fidèles attaqués, alors que 150 000 Chrétiens ont été contraints de se déplacer en Irak et qu'hier, des Chrétiens en Chine n'ont pas eu le droit de fêter Noël.

"Comme le monde a besoin de tendresse ", a lancé François à l'occasion de a messe de Noël, sa seconde en tant que Pape, qui se déroulait dans la basilique Saint-Pierre au siège du Vatican. Devant 5 000 personnes réunis dans le lieu saint, mais aussi face aux milliers de fidèles réunis sur la place Saint-Pierre, François a à nouveau délivré un message de paix.

"Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n'importe quel conflit" même au milieu des difficultés, des conflits et des guerres, a souhaité le souverain pontife, visiblement éprouvé.

Traditionnellement le pape a dévoilé une statuette de l'enfant Jésus avant d'énoncer un discours dans lequel il s'est attaqué aux dérives du monde actuel, faisant écho aux paroles prononcées lundi contre les pratiques et les abus de la Curie romaine. "Avons-nous le courage d'accueillir avec tendresse les situations difficiles et les problèmes de celui qui est à côté de nous, ou bien préférons-nous les solutions impersonnelles, peut-être efficaces mais dépourvues de la chaleur de l'Évangile ?". "Les gens simples" ont vu "la lumière" du "don de Dieu" à Noël, mais "les arrogants, ceux qui établissent des lois selon leurs propres critères personnels, ceux qui assument des attitudes de fermeture ne l'ont pas vue", a-t-il conclu.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !