Un lent processus de putsch est-il enclenché contre Vladimir Poutine en Russie ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pouvoir de Poutine serait menacé.
Le pouvoir de Poutine serait menacé.
©Reuters

Machiavel (s)

Un lent processus de putsch est-il enclenché contre Vladimir Poutine en Russie ?

Alors que le gouvernement traverse une série de difficultés, d'ordre économique et politique, des élites du Kremlin tenteraient méthodiquement d'écarter l'actuel président de la Fédération de Russie du pouvoir.

Cyrille Bret

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective. Il est également membre de l'Institut Notre Europe Jacques Delors.

Pour le suivre sur Twitter : @cy_bret

 

Voir la bio »
Florent Parmentier

Florent Parmentier

Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

 

Voir la bio »

Atlantico : D’après un article du Forbes publié le 21 août, un "lent putsch" à l’encontre de Vladimir Poutine se préparerait en Russie. Qu’en sait-on ?

Florent Parmentier : L’information peut certes paraître paradoxale à première vue. En effet, le niveau de soutien de la population à Vladimir Poutine demeure extrêmement élevé suite à la conquête de la Crimée ; plus de quatre personnes sur cinq interrogées soutiennent son action. Pourtant, le pouvoir personnel de Vladimir Poutine paraît moins assuré récemment, si l’on considère les difficultés actuelles de l’économie russe, asphyxiée par la conjonction de sanctions économiques, de la baisse du prix des matières premières et du climat des affaires. Les difficultés politiques ne tarderont pas non plus : avant l’embellie liée à la guerre de Crimée, le parti Russie Unie avait dû faire face à des manifestations populaires importantes en 2011-2012. Les fondements de cette popularité peuvent donc s’éroder.

L’idée de l’article est donc que Vladimir Poutine se trouve aujourd’hui en face de mauvais choix, et que de nombreuses élites se trouvent moins intéressées qu’auparavant par son maintien au pouvoir. On présente souvent celui-ci comme le seul maître des lieux, alors que le proverbe russe rappelle "qu’il y a plusieurs tours au Kremlin". Le président Poutine a eu cette capacité d’arbitrer entre différents groupes d’intérêts ; le "lent putsch" consiste donc à s’attaquer d’abord à sa garde rapprochée, lui-même étant un président élu et en exercice, et dans l’immédiat encore très populaire.

Toutefois, prenons garde de ne pas oublier que la famille Romanov fêtait en grande pompe le 300e anniversaire de son accession au trône en 1913, avant de s’effondrer quatre ans plus tard… Une apparente solidité peut aller de pair avec une certaine fragilité, fût-elle imperceptible...

Des soupçons de corruption dans l’entourage de Vladimir Poutine, une économie en berne, des pressions internationales non négligeables, un isolement du pays… La Russie ne semble avoir gagné que la Crimée ces dernières années. Que reprochent à Poutine ceux qui tentent de l’affaiblir afin de l’exclure des hautes sphères du pouvoir ?

Cyrille Bret : Les difficultés de la Russie sont réelles mais circonscrites. Surtout, elles ne sont pas les mêmes que celle du président russe au sens où elles ne sont pas nécessairement portées à son débit.

Tout d’abord, l’isolement de la Russie sur la scène internationale est relatif. Les relations avec la Chine se renforcent constamment : les anciens alliés de l’ère communiste développent des projets gaziers importants depuis le printemps 2014. Ils coopèrent également en matière de sécurité et de défense au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai. En outre, la Fédération de Russie coopère étroitement avec la puissance (ré)émergente du Moyen-Orient, l’Iran, avec un contrat militaire sur les missiles SS-300 et des perspectives dans le nucléaire civil. Sur la scène internationale, les tensions avec l’Occident et le redéploiement de ses politiques d’alliance ne sont pas seulement sources de critique envers le président Poutine. Elles sont aussi portées à son crédit car elles manifestent la rivalité avec les puissances installées : Etats-Unis et Union européenne. Et elles débouchent sur la réactivation d’alliances de revers traditionnelles.

Les difficultés de l’économie russe, suscitées en partie par les cours des hydrocarbures, en partie par les sanctions occidentales ont assurément débouché sur une contraction de 4,8% du PIB au deuxième semestre 2015 par comparaison avec le deuxième semestre 2015. Elles sont promises à une accentuation en raison de l’absence de financement sur les marchés financiers. C’est le point le plus critique pour le président russe. Il ne faut pourtant pas en conclure que sa popularité est en baisse ou que son pouvoir sur les élites russes s’érode : les populations ont un sens plus aigu du sacrifice collectif au nom du prestige national et les élites russes ont depuis longtemps élaboré des stratégies alternatives.

Les difficultés diplomatiques et économiques de la Russie ne se traduiront pas dans l’immédiat par une remise en question du leadership personnel du président russe.

Démissionner ou cesser d’exister, pour certains Poutine serait bien accroché à son siège de leader. Quel est le rôle du Politburo 2.0, composé de Poutine et ses proches, dans la possible tentative de putsch qui se ferait par de multiples attaques contre le chef d'état russe et son entourage ?

Florent Parmentier : L’expression de "politburo 2.0", forgée notamment par le Minchenko consulting group (en référence à l’organe de décision soviétique, le politburo), désigne le clan des proches de Poutine. Le pouvoir russe ne se résume pas à une "verticale du pouvoir", mais doit au contraire s’analyser comme un conglomérat de clans et de groupes qui se concurrencent pour l’obtention de certaines ressources.

Des accusations de corruption étayées ont fusé contre plusieurs membres du clan Poutine : Dmitry Peskov, en charge des relations avec la presse, Vladimir Yakounine, démissionnaire du poste de directeur ferroviaire russe, l’oligarque Gennady Timchenko… Si l’on croit les tenants de la théorie du "pustch long", ce seraient eux les premières victimes de poids de ce scénario.

La population russe en plein essor est en quête de travail, d’un système d’éducation et de soins performants… Le peuple en Russie serait-il plus enclin à soutenir cet éventuel putsch ou est-il encore très attaché au dirigeant actuel ?

Cyrille Bret : en dépit des annonces réalisées par les médias occidentaux depuis plus d’une décennie, la popularité du président russe ne faiblit pas. Les critiques – sans doute justifiées – de la part des opposants russes sont écoutées par la population mais ne débouchent pas sur une contestation. Ainsi, les potentiels scandales de corruption dans l’entourage du président ne suscitent pas le même émoi en Russie qu’en Occident dans la mesure où la corruption est souvent considérée, en Russie, comme un attribut du pouvoir politique, comme en atteste la pièce de Nicolas Gogol Le Révizor.

Si l’attachement populaire à la personne du président russe est fort, il n’est ni éternel ni nécessaire. Sur le moyen terme, la baisse des dépenses sociales ou une humiliation de la Russie pourrait remettre en cause le "contrat social russe" qui lie implicitement le pouvoir à son peuple : l’obéissance en échange de dépenses publiques et de rayonnement international.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !