Recyclage : pourquoi la France est méchamment à la traîne dans les classements internationaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Recyclage : pourquoi la France est méchamment à la traîne dans les classements internationaux
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

A la traine

Recyclage : pourquoi la France est méchamment à la traîne dans les classements internationaux

La France est loin d'être une championne du recyclage de ses déchets. Dans l'hexagone, on ne recycle que 38% des déchets alors que la Corée du Sud arrive à en recycler 59%, derrière l'Allemagne avec près de 65% de déchets recyclés selon l'OCDE.

Dominique Audrerie

Dominique Audrerie

Dominique Audrerie est un expert indépendant des questions environnementales.

Il est également docteur en droit de l'environnement et ancien directeur du Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (en 1993).

Il est avocat à la Cour et maître de conférences.

Il est l'auteur de Petit vocabulaire du patrimoine culturel et naturel (Confluences, 2003).

Voir la bio »

Atlantico : Selon les chiffres de 2013 de l'OCED, la France ne recyclerait que 35% de ses déchets, loin derrière l'Allemagne à 65%, faisant d'elle ainsi qu'une élève médiocre. Comment expliquer ce retard? Quels sont les facteurs participants à ce manque de recyclage? 

Dominique Audrerie : La France a commencé plus tardivement que d'autres à favoriser les efforts nécessaires pour d'une part collecter les déchets suivant leurs natures et d'autres part pour les recycler, c'est à dire pour leur donner une nouvelle utilité.

Il faut noter à cet égard qu'en France l'approche écolo est certes politisée, ce qui à mon sens est regrettable, mais elle est aussi essentiellement négative: contre les voitures, contre les carrières, contre les lignes électriques, etc... Alors qu'une approche positive (pour les paysages, pour le silence, etc) serait infiniment plus séduisante et ... enthousiasmante.

Assez de 'non". L'écologie n'est pas et ne doit pas être un simple catalogue d'interdits et d'oppositions. Je disais récemment en matière d'éoliennes, qu'il ne s'agit pas d'être pour ou contre, la question est de considérer nos paysages et ce que l'on peut y faire ou non suivant la sensibilité et les caractéristiques de ceux-ci.

Ce taux faible de recyclage peut-il s'expliquer par un manque d'éducation écologique en France? 

Pour en revenir aux déchets plusieurs réflexions:

- le tri aujourd'hui, quand il est organisé, se limite généralement au verre, aux papiers et cartons, et le "reste". On ignore, et sans doute faut-il rester dans une ignorance bienveillante, ce qu'il en est fait après ramassage.

- Il y a de plus en plus de centres de collecte communaux ou intercommunaux, auxquels les particuliers et entreprises sont invités à se rendre. Le tri est réel, mais d'une part il faut un véhicule et le cas échéant une voiture avec remorque (qui en a ?) D'autre part, l'accés à ces centres est de plus en plus soumis à tarification, ce qui est le moyen le plus sûr pour dissuader les usagers.

Quelles seraient les mesures à mettre en place pour améliorer le recyclage en France? 

Il reste à mettre en place une véritable politique non pas de récupération, mais de traitement et valorisation des déchets: limitation des gaspillages, création d'emplois, limitation d'acquisition de certaines matières premières. De manière plus globale il faut redonner une dimension positive au discours écologiste. Arrêter d'être toujours dans l'interdiction où l'opposition. Par exemple, il est temps de travailler sur des discours positifs sur le tri sélectif en appuyant sur le fait que l'on peut parvenir à créer de l'emploi.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !