Hollande, vainqueur de la primaire : "J'ai reçu un mandat impérieux : faire gagner la gauche" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Hollande, vainqueur de la primaire : "J'ai reçu un mandat impérieux : faire gagner la gauche"
©

Verdict

Hollande, vainqueur de la primaire : "J'ai reçu un mandat impérieux : faire gagner la gauche"

Le nouveau candidat du PS s'est dit prêt à accueillir "ceux qui n'étaient pas là au début". Il remporte 56,57 % des voix lors d'un scrutin qui a réuni près de 2,9 millions de votants.

François Hollande a été désigné candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle au terme du second tour des primaires citoyennes organisé dimanche. Il l'emporte face à Martine Aubry avec environ 56% des voix.

>Les réactions à la victoire de François Hollande :

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP s'est réjoui que "l'heure des explications soit venue". Il a souligné que la victoire de François Hollande à la primaire PS n'était "pas le 10 mai 81".  "J'ai l'image de quelqu'un qui a beaucoup de mal à prendre des décisions difficiles", a déclaré M. Copé concernant François Hollande.

PourJean-Luc Mélenchon,  le projet de François Hollande est synonyme de "tarif minimum de la gauche". Le candidat du PCF et du Parti de Gauche invite le candidat du PS à débattre. "Je dis à François Hollande : Je te propose de défendre ensemble que les revenus du capital soient autant taxés que ceux du travail. Si tu es d'accord, on aura fait un grand pas en avant", a-t-il déclaré sur France Info.

Patrick Devedjian, ancien dirigeant de l'UMP reconnaît que la victoire de François Hollande est "réelle" et lui donne de "la force". "Je pense évidemment que cette victoire est réelle, elle confère de la force au candidat socialiste dans la mesure où il rassemble à la suite du processus de primaires".

Nadine Morano estime, elle, que Martine Aubry a été désavouée. "Arrivée en seconde position, elle qui avait dit de François Hollande qu'il était l'homme du système, l'homme flou qui lui a laissé le PS à l'état de cadavre à la renverse, on ne voit pas aujourd'hui comment elle pourrait faire avec honnêteté intellectuelle sa campagne", a déclaré la déléguée générale de l'UMP aux élections.

Marine Le Pen qualifie François Hollande "Chirac de gauche". La présidente du FN s'est "félicitée" "de la désignation de quelqu'un qui, comme Nicolas Sarkozy, est un champion du mondialisme le plus féroce, du fédéralisme européen, de la soumission de la France à l'ensemble des diktats imposés par les grandes puissances financières et aussi un champion de la dette".

> Les points forts de la soirée de la primaire du PS :

  • Les résultats presque définitifs : sur 2 860 157 de bulletins dépouillés, François Hollande est en tête avec 56,57%, contre 43,43% pour Martine Aubry
  • La participation est légèrement plus élevée que pour le premier tour. Jean-Pierre Mignard annonçait 1,7 million de votants à 17h, et l'on s'achemine vers un total de 2,7 à 3 millions d'électeurs, soit une hausse d'environ 10%. De 15 à 25% des votants ne s'étaient pas déplacés pour le premier tour.
  • Manuel Valls, Ségolène Royal et Jean-Michel Baylet, qui s'étaient ralliés à François Hollande, sont apparus à ses côtés à la tribune.
  • Dans son premier discours, François Hollande a appelé au rassemblement, et à "un Parti socialiste solidaire" :

  • Dans son deuxième discours, le député de Corrèze est plus spontané. Sur le perron de Solférino, le vainqueur s'adresse aux militants du PS et rend hommage aux jeunes socialistes. "François président !" scande la foule. "Demain, nous avons une autre bataille, qui n'a rien à voir avec celle que nous avons vécue. Nous serons dans la vraie bataille. Nous aurons deux adversaires : la droite et l'extrême droite". Voir la vidéo.
  • Dans son troisième discours, adressé à ses militants rassemblés dans son QG de la Maison de l'Amérique Latine, il a insisté sur la nécessité de rassembler : "Nous ne sommes pas un clan, une faction. Nous sommes l'avant-garde prête à accueillir tout le reste, sans savoir qui était là au début et qui sera là à l'arrivée [...] Il faut accueillir ceux qui ne savent pas s'ils sont de gauche, mais qui savent déjà qu'ils ne sont plus de droite.  Le vainqueur évoque avec amusement son score de 94,2% en Corrèze : "Je n'ose pas vous dire le chiffre que j'ai fait dans ce département. Même aux pires temps de certaines dictatures, il n'y avait pas de tels chiffres".
  • Martine Aubry a reconnu sa défaite, avant de s'afficher souriante aux côtés de son rival, au siège du Parti, rue de Solférino. "François Hollande est notre candidat". Après les résultats, elle n'a pas souhaité aller saluer ses militants dans son QG de la Péniche, se réfugiant directement dans la Questure de l'Assemblée.

  • Arnaud Montebourg a rappelé  sa loyauté à François Hollande, "leader incontesté", mais n'a pas rejoint les autres candidats au siège du parti :

[Mise à jour 22h15]

De retour à la maison de l'Amérique latine, son QG de campagne, François Hollande a prononcé un troisième discours devant ses supporters.

"Aujourd'hui est un jour important. Mais le grand jour de notre vie sera lors de notre victoire, le 6 mai 2012".

"Je n'ose pas vous annoncer le score que j'ai fait en Corrèze : même dans les pires dictatures, on n'atteignait pas ce score. C'est dire si la démocratie est librement consentie en Corrèze. [...] J'ai toujours pensé qu'il n'était pas possible de briguer un mandat national sans la confiance des électeurs [locaux]".

"Nous ne sommes pas un clan, une faction. Nous sommes l'avant-garde prête à accueillir tout le reste, sans savoir qui était là au début et qui sera là à l'arrivée."

"Il va falloir se mettre à la diète démocratique, pour retrouver nos forces et préparer le débat démocratique avec la droite."

"La campagne des primaires n'est pas l'aboutissement. Nous n'avons pas fait un acte de victoire. Nous avons préparé la victoire de demain."

"Il n'y a pas de perdants dans cette Primaire : nous avons tous gagné. Nous n'avons rien comme risque de division ou de blessure. Nous sommes dans l'obligation de nous unir et de nous rassembler."

"Il faut accueillir ceux qui ne savent pas s'ils sont de gauche, mais qui savent déjà qu'ils ne sont plus de droite."

[Mise à jour 21h50]

Dans un deuxième discours prononcé sur le perron du siège de Solférino, François Hollande a rendu hommage aux jeunes socialistes et les a invités à s'impliquer pleinement dans la campagne.

"Demain, nous avons une autre bataille, qui n'a rien à voir avec celle que nous avons vécue. Nous serons dans la vraie bataille. Nous aurons deux adversaires : la droite et l'extrême droite".

[Mise à jour 21h40]

Dans son premier discours depuis sa désignation, François Hollande a qualifié la primaire de "processus irréversible qui s'imposera à toutes les familles politiques".

"Je prends acte avec fierté et responsabilité du vote de ce soir, qui me donne la majorité large que j'avais sollicité. Ce résultat me confère la force et la légitimité pour affronter la présidentielle".

"J'ai besoin de l'unité, du rassemblement, d'un Parti Socialiste solidaire. Je suis un rassembleur, j'ai reçu les soutiens des candidats qui ne pouvaient pas être présents au second tour."

"Je veux dire à Martine Aubry que j'ai particulièrement apprécié sa dignité, je veux lui dire tout mon respect et tout le besoin qui est le notre de pouvoir travailler ensemble."


[Mise à jour 21h30]

François Hollande vient d'arriver au siège du PS, rue de Solférino, où il est apparu souriant en compagnie de l'ensemble de ses concurrents défaits, à l'exception d'Arnaud Montebourg.

[Mise à jour 21h20]

Dans un discours prononcé rue de Solférino, Martine Aubry a reconnu sa défaite, et indiqué qu'elle retrouverait ses fonctions de Première Secrétaire dès lundi matin, en participant à l' "équipe de France du changement".

Les dernières estimations portant sur 2 122 781 de bulletins placent François Hollande en tête avec 56,35%, contre 43,65% pour Martine Aubry

A Paris, la maire de Lille est pour l'instant légèrement en tête (1 point). Elle était largement en tête au 1er tour.

Arnaud Montebourg a félicité François Hollande pour sa victoire. Il s'est félicité de l'effet des lettres qu'il avait envoyées dans la semaine aux deux candidats, estimant que les lignes avaient bougé depuis le 1er tour. Arrivé 3ème avec 17%, il avait indiqué qu'il voterait pour François Hollande "à titre personnel", car il était le mieux placé pour battre Nicolas Sarkozy.

Dans un communiqué, Nadine Morano a estimé que Martine Aubry devrait démissionner de ses fonctions de Première Secrétaire après avoir subi le "désaveu des militants du PS".

Ségolène Royal arrive à Solférino : "C'est une grande joie. Je félicite François Hollande (...)  C'est le succès de François Hollande qui recueille une grande légitimité. L'heure est au rassemblement".

[Mise à jour 20h45]

Une nouvelle estimation portant sur 1 639 039 votants place François Hollande largement en tête (56,47%) devant Martine Aubry (43,53%).

Directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici estime que les tendances sont bonnes, et qu'elles ne s'inverseront pas. La journaliste Valérie 

[Mise à jour 19h25]

Le premier secrétaire par intérim du PS Harlem Désir annonce une participation de 1.745.213 votants à 17h (6600 bureaux de vote sur 9425), une progression de 6% par rapport au 1er tour. Il s'attend à un total de plus de 2,7 millions de votants.

Le fait qu'il n'y ait que 6% de participation supplémentaire pourrait constituer une première indication : François Hollande avait environ 200 000 voix d'avance sur Martine Aubry à l'issue du premier tour. Même avec de mauvais reports des électeurs d'Arnaud Montebourg et de Ségolène Royal, il semble qu'il aurait fallu plus de participation pour réussir à dépasser ces 200 000 voix d'écart. 

Les premiers résultats dans les DOM sont tombés : François Hollande l'emporte en Guadeloupe (77%), en Martinique (72%) et en Guyane (64%).

Le site des Primaires citoyennes annonce provisoirement une courte avance de François Hollande (50,9%) sur Martine Aubry (49,1%). Une estimation encore largement incomplète.

[Mise à jour 18h45]

Jean-Pierre Mignard,  le porte-parole de la Haute Autorité de la primaire, a annoncé une participation de 1,717 million de votants à 17h25, soit une hausse de 6% par rapport au 1er tour, à la même heure. Il y aurait environ 30% de nouveaux votants, qui pourraient faire basculer le scrutin.

[Mise à jour 17h30]

Dominique Strauss-Kahn est allé voter à Sarcelles, mais a refusé d'indiquer pour qui. Au premier tour, il avait affirmé avoir voté pour Martine Aubry.

Dans plusieurs villes tenues par le PS, comme Ajaccio ou Laval, les responsables socialistes disent observer jusqu'à "entre 15 et 25% de nouveaux votants", même si la participation est "à peu près stable".

Les premiers estimations devraient arriver vers 19h30-20h. Les résultats officiels devraient quant à eux être proclamés autour de 22h30.

[Mise à jour 14h]

Harlem Désir, le secrétaire général du PS a annoncé une participation en hausse pour le second tour de la primaire avec 868 879 électeurs à 13 heures sur 6000 bureaux contre environ 800 000 la semaine passée à la même heure, soit une progression de 8,6%.

Arnaud Montebourg qui votait en Saône et Loire a confirmé qu'à titre "personnel" il avait voté pour François Hollande comme il l'avait annoncé vendredi mais que "beaucoup de ses amis" avaient fait "un autre choix que le sien" et donc voté pour Martine Aubry. 

A Melle dans les Deux-Sèvres, Ségolène Royal a souligné que les socialistes avaient le "devoir de se réconcilier" car "on ne peut gagner que dans l'unité" en 2012.

Les 9474 bureaux de vote de la primaire socialiste ont ouvert ce matin à 9h. Alors qu'il votait lui-même à Tulle, la préfecture de la Corrèze dont il est le Président du Conseil général, François Hollande a mentionné les signes d'une participation plus importante qu'au premier tour. "Je pense qu'il y aura plus d'électeurs, nous avons déjà des signes avec les votes qui ont eu lieu pour les Français de l'étranger, en outre-mer. Nous avons confirmation qu'il y a une participation plus importante". 

Le candidat était suivi d'une trentaine de journalistes et de plusieurs dizaines de militants. "Plus la mobilisation sera forte et plus la victoire sera claire et plus grandes seront les chances de notre candidat pour gagner en 2012" a-t'il déclaré après avoir voté avant d'appeler au rassemblement.

Martine Aubry pour sa part a voté à Lille dont elle est maire aux alentours de 11 heures.  Evoquant un beau dimanche pour la démocratie, la candidate arrivée en deuxième position à l'issue du premier tour a souligné qu'elle souhaitait que les Français "votent pour les cinq prochaines années qui seront plus justes avec [elle]. Qu'ils me fassent confiance autant que je leur fais confiance". 

A l'issue du premier tour de la primaire le 9 octobre François Hollande avait obtenu 39,2% devant Martine Aubry à 30,4%. 2 664 013 personnes s'étaient déplacées pour voter. 

Dans son troisième discours, adressé à ses militants rassemblés dans son QG de la Maison de l'Amérique Latine, il a insisté sur la nécessité de rassembler : "Nous ne sommes pas un clan, une faction. Nous sommes l'avant-garde prête à accueillir tout le reste, sans savoir qui était là au début et qui sera là à l'arrivée [...] Il faut accueillir ceux qui ne savent pas s'ils sont de gauche, mais qui savent déjà qu'ils ne sont plus de droite.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !