Pourquoi les libraires doivent absolument apprendre à vendre des livres numériques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les lecteurs de livres numériques représentent déjà 15% de la population française.
Les lecteurs de livres numériques représentent déjà 15% de la population française.
©

Ne pas rater le coche

Pourquoi les libraires doivent absolument apprendre à vendre des livres numériques

Les lecteurs de livres numériques représentent déjà 15% de la population française. Les libraires indépendantes doivent attraper le train de la modernité, et oublier l’attachent nostalgique au livre papier comme seul vecteur valable de littérature.

Bertrand Allamel

Bertrand Allamel

Bertrand Allamel est titulaire d'un DESS Ingénierie Culturelle et d'un DEA de Philosophie économique.

Il a pu analyser le monde de la culture depuis des postes d'observation privilégiés tels que machiniste, régisseur, organisateur, concepteur, consultant.

Il travaille aujourd'hui dans le secteur privé et développe en parallèle des projets éditoriaux et des conférences.

Bertrand Allamel est l'auteur d'un A-book paru en 2014 sur Atlantico éditions : De l'illégitimité de l'intervention publique en matière culturelle

Voir la bio »

Le salon du livre vient de fermer ses portes. Rien de sensationnel à Paris, mais une tendance se confirme : le marché du livre numérique se consolide. De quoi faire peur aux libraires indépendants qui luttent pour leur survie. Leur fin est-elle proche ? Le baromètre « Usage du livre numérique », publié par la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit), le SNE (Syndicat national de l’édition) et la SGDL (Société des Gens de Lettres) à l’occasion des 12e assises du livre numérique, conclue en effet que même si « les lecteurs de livres numériques restent fortement attachés au livre imprimé », on peut constater « une évolution importante du taux d’équipement des lecteurs de livres numériques ». On y apprend au passage que les lecteurs de livres numériques représentent déjà 15% de la population française.

Parce qu'Atlantico prend activement part à ce mouvement de numérisation du livre, découvrez l'ensemble des ouvrages numériques parus dans la collection Atlantico Editions, et notamment celui de Bertand Allamel  : Culturellement incorrect : De l'illégitimité de l'intervention publique en matière culturelle

Les librairies indépendantes, qui résistent avec l’énergie du désespoir à la suprématie d’Amazon, risquent fort d’être achevées par le coup de grâce que représente le développement du livre numérique, et de subir ainsi le même destin que les disquaires aujourd’hui disparus.

Cette disparition est malheureusement quasi certaine si les libraires continuent à s’accrocher au livre imprimé et à le reconnaître comme seul vecteur valable de littérature, au mépris de cette nouvelle technologie numérique.

C’est un schéma « socio-technique » devenu classique : quand la technologie prend le pas sur la finalité, la déroute est assurée. Cette formule est d’ailleurs valable des les deux sens chronologiques. L’attachement nostalgique à une technologie peut faire passer à côté d’évolutions majeures et de mutations de marchés. Dans l’autre sens, la course effrénée à l’innovation peut nous amener vers des impasses éthiques et des abîmes civilisationnels, si elle dépasse les motivations et valeurs initiales de leurs concepteurs (« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », etc.).

Les exemples ne manquent pas pour illustrer ce schéma de crispation aveuglante autour de l’aspect technologique d’un métier conduisant à l’échec. La célèbre marque Kodak a oublié que son métier était de permettre à ses clients de capturer des images, des instants de vie. Elle a ainsi complètement loupé le virage numérique au point de se mettre en faillite. Focalisée, c’est le cas de le dire, sur la technologie argentique, la mécanique, la production de l’objet « appareil photo », la firme autrefois leader du marché, n’a pas su voir que de nouvelles technologies novatrices pouvaient permettre d’assurer sa fonction sociale auprès de ses clients, avec de nombreux avantages et à moindre coût.

Dans un autre registre, le leader français de la presse gratuite d'annonces Paru-vendu, probablement englué dans des problématiques de coûts et de techniques d’impression, de qualité de papier, en a oublié sa fonction sociale qui est de  mettre en relation des annonceurs et des acheteurs. Le groupe a oublié son cœur de métier et n’a pas su exploiter les nouvelles technologies pour remplir sa fonction. Là aussi, les dirigeants ont pensé « objet » au lieu de penser « fonction ». On connaît le résultat : surclassement par le site Le Bon Coin  (du groupe Spir communication) à l’esthétique tellement minimaliste qu’on le croirait sans ambition, et l’un des plus gros plans sociaux en France de ces dernières années.

Plus proche de ce qui nous occupe ici, on peut appliquer le même schéma de décadence industrielle aux éditeurs de dictionnaires et encyclopédies, complètement dépassés par Wikipédia.

Les libraires sont en proie au même syndrome d’aveuglement, avec leur attachement au livre imprimé. Voyons-nous des librairies proposer des liseuses ou tablettes ? La réponse, incroyable, est non. Nous assistons à une mutation du secteur du livre et même à une « crise », dans le sens initial du mot que René Guénon nous rappelle comme étant une « phase critique (…) qui aboutit immédiatement à une solution favorable ou défavorable ».

Face à cette phase critique technologique, il y a deux réactions possibles pour les libraires : s’arc-bouter sur une posture de résistance et dans un esprit de victimisation, en s’accrochant à du papier, dont l’une des propriétés est de se déchirer. Soit faire le pari industriel de la réussite de la technologie numérique, et dans ce cas, ce sont eux qui devraient être à la pointe dans la distribution de ces nouveaux objets, être les experts de la commercialisation des liseuses et tablettes. Est-il normal de n’en point trouver chez les libraires, dont la fonction sociale est de permettre à leurs clients de … lire ? Le livre imprimé n’est qu’un objet, un médium, certes noble et beau. Mais le libraire ne doit pas oublier son métier : faire lire et découvrir des œuvres littéraires.

Dans le pire des cas, si le livre numérique n’arrivait pas à s’imposer comme un média dominant et restait une anecdote ou curiosité technologique, ce qui est à mon avis peu probable, car c’est un mouvement qui nous dépasse, les libraires auront fait un pari perdant et auront des liseuses invendues.

Dans le cas inverse, si le livre numérique devient à terme le support de lecture universel, les libraires auront accompagné le mouvement, et en auront tiré profit tout en continuant à faire leur métier. Il y a un modèle à réinventer. Cela passe premièrement par l’appropriation et la distribution quasi exclusive des cette nouvelle technologie par les libraires eux-mêmes, pour ne pas laisser le champ libre à Darty et aux grandes surfaces ou plateformes de vente de produits électro-ménagers. L’avantage comparatif du libraire si souvent avancé n’est-il pas le conseil au client ? Mais cela ne suffira pas. Car une fois le terminal de lecture vendu, comment vendre en magasin de l’immatériel, des fichiers ? Voilà une sacrée problématique pour le milieu.

Rien n’est perdu pourtant. Avec de l’imagination et de l’audace, les libraires peuvent tirer leur épingle du jeu. C’est à eux de voir s’ils veulent accompagner les lecteurs de demain ou devenir des antiquaires... Les seuls commerçants indépendants de disques ne vendent plus que des vinyles.

De belles réussites et des initiatives intéressantes peuvent donner espoir : les cinémas CGR ont par exemple compris que leur fonction sociale était de donner à voir de l’unique et de l’original, d’offrir un moment de sortie, instant libérateur du chez-soi intimiste et replié, de briser la routine du quotidien en permettant à leurs clients de vivre des sensations spectaculaires. Confronté à la menace non pas de leurs concurrents, mais des nouvelles technologies (Home cinema, piratage, streaming), le groupe a réagi en se recentrant sur son métier et en considérant que la technologie qu’il maîtrise n’est qu’une technologie, qui peut lui permettre d’aller plus loin dans le spectaculaire : améliorations techniques (lunettes 3D, son) et surtout diversification de la programmation avec des retransmissions de concerts, de ballets, d’évènements sportifs, de one man show... La salle était comble dans un cinéma CGR de province pour la retransmission du tonitruant concert du groupe MUSE à Rome.

Une telle audace doit être transposable dans les librairies.

Dans quelques années, face à l’usage quotidien et banal des liseuses, la réticence de notre génération ne sera peut-être plus qu’une posture snob intellectuelle et curieusement anti-moderniste. Sur la planète Dune, inventée par Franck Herbert, le progrès technologique n’est pas incompatible avec la Tradition (avec un grand T, comme dirait Guénon).

Un livre ne vit que s’il est lu. Peu importe qu’il soit imprimé ou numérique. Libraires de France et de Navarre, numérisez-vous !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !