Pourquoi l'obscurité pousse à la malhonnêteté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une corrélation est établie entre les villes sombres ou peu éclairées et leur taux de criminalité.
Une corrélation est établie entre les villes sombres ou peu éclairées et leur taux de criminalité.
©Reuters

Question de morale

Pourquoi l'obscurité pousse à la malhonnêteté

Il est établi que plus une ville est éclairée plus la délinquance se fait rare. Des travaux scientifiques révèlent que les agressions criminelles se produisent le plus souvent pendant les heures d'obscurité.

Le noir. Certains en ont peur, notamment les enfants, d'autres en font un allié. Ce qui pousse parfois à se poser des questions. Ainsi, de nombreux chercheurs se sont penchés sur les mystères de l'obscurité. C'est le cas de Francesca Gino. La jeune femme raconte en effet dans The Atlantic comment elle s’est intéressée au rapport entre la lumière et la morale. À l'été 2008, elle déménage à Chapel Hill pour son travail. Quelques jours après son installation, elle reçoit une lettre de la Ville stipulant que le nouvel éclairage de rue serait ajouté dans le quartier dans les semaines qui suivent puisque cette partie de la ville a récemment connu une augmentation de la criminalité. Son sang ne fait qu'un tour, les interrogations se bousculent dans sa tête. L’éclairage permettrait-il de réduire la criminalité ? Plus généralement, la morale résulte-t-elle seulement d'une convention sociale et arbitraire, ou bien d'une pure idée morale ?

Dans le livre I de la République, Platon tente de répondre à cette interrogation. Thrasymaque, défend le droit du plus fort. Il soutient contre Socrate, que commettre l'injustice est profitable. Selon lui, la justice est le fait des faibles. Mais la réfutation que lui administre Socrate ne convainc pas Glaucon et Adimante, les deux frères de Platon. Dans le but de discuter de la position de Thrasymaque, Glaucon reprend cette position à son compte, sans toutefois l'approuver, et l'illustre avec la fable de Gygès. En tournant vers l'intérieur de sa main le chaton d'une bague découverte par hasard lors d'un violent orage qui ouvrit le sol devant lui, Gygès découvre qu’il peut devenir invisible. Il s'arrange alors pour faire parvenir des messages à la reine. Il la séduit, complote avec elle et assassine le roi pour s'emparer du pouvoir. Doté d'une telle arme, rien ne peut lui résister. La question que posent donc Glaucon et Adimante est : Est-ce qu'être un homme juste, ce n’est pas en réalité être assez naïf pour respecter les lois et la morale même si cela peut être désavantageux ?

Selon The Atlantic, des travaux scientifiques menés dans les années 1960 et 1970 révèlent que les agressions criminelles se produisent le plus souvent pendant les heures d'obscurité et que l'amélioration de l'éclairage public dans les zones urbaines réduit la criminalité de 33 à 70%. En effet, le site dormirenfrance, et tant d’autres comme lui, affirme qu’il est « évident que l’éclairage joue un rôle crucial dans la sécurité d’une maison ».

Francesca Gino raconte, dans The Atlantic, qu’elle a voulu mener sa propre enquête. Elle a placé quatre-vingts étudiants dans des chambres dont la moitié était bien éclairées et le reste faiblement. Les participants devaient résoudre des problèmes. Ils étaient payés pour chaque problème. Au bout de cinq minutes, les participants étaient invités à une auto-évaluation de leur performance sur la tâche de résolution de problèmes. En exagérant leur performance, ils pouvaient obtenir plus d’argent. Environ la moitié d'entre eux ont triché. Le niveau de l'obscurité dans la pièce a influencé de façon spectaculaire la tendance des participants à mentir par la surévaluation de leur performance : près de 61% des participants dans la salle obscure ont triché, contre "seulement" 24% dans la pièce bien éclairée. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !