Pétrole : les innovations technologiques qui terrorisent l’OPEP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Pétrole : les innovations technologiques qui terrorisent l’OPEP
©FRED TANNEAU / AFP

Hausse de la production

Pétrole : les innovations technologiques qui terrorisent l’OPEP

Les Etats-Unis parviennent à augmenter leurs capacités de forage, ce qui inquiète les producteurs historiques de pétrole.

Jean-Pierre Favennec

Jean-Pierre Favennec

Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. 

Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets touchant à l’économie et à la géopolitique de l’énergie et en particulier Exploitation et Gestion du Raffinage (français et anglais), Recherche et Production du Pétrole et du Gaz (français et anglais en 2011), l’Energie à Quel Prix ? (2006) et Géopolitique de l’Energie (français 2009, anglais 2011).

Voir la bio »

Atlantico : Un article du Wall Street Journal explique que les innovations en matière de forages pétroliers aux Etats-Unis permettent une hausse de la production et entraînent une baisse des prix qui pourrait inquiéter les pays de l'OPEP, comme l'Arabie Saoudite. La réalité est-elle pour autant si évidente que cela si l'on met cette hausse de la production en perspective avec la hausse de la consommation mondiale de pétrole ?

Jean-Pierre Favennec :Les gains de productivité de la production de pétrole de schistes aux Etats Unis sont indéniables. Cependant on peut résumer la situation du marché du pétrole dans le monde aujourd'hui comme suit

- la production pétrolière mondiale (qui est grossièrement égale à la consommation et qui est bien entendu déterminée par cette consommation) est d'environ 100 Millions de barils par jour (100 Mbj). Elle est la somme de la production de pétrole de schistes (environ 5 Mbj) et de la production de pétrole traditionnelle (95 Mbj).

- la consommation mondiale augmente de 1 à 2 Mbj par an en fonction des prix. Compte tenu de l'augmentation de la demande en Asie on peut s'attendre à une consommation supplémentaire de plusieurs millions de barils par jour dans les toutes prochaines années

Il est possible que l'augmentation de la production de pétrole de schistes aux Etats Unis (qui pourrait être de l'ordre de 1 Mbj par an pendant quelques années) suffise à faire face à l'augmentation de la demande

Cependant le rôle des autres pays producteurs restera fondamental et la période récente a montré la capacité de l'OPEP et de la Russie à contrôler le marché face à la progression de la production américaine

Si la baisse des prix venait toutefois à se confirmer, quelles pourraient être les conséquences pour les pays de l'OPEP en cas de nouvelle crise pétrolière, au vu de la hausse de la production américaine ?

Il est très probable que l'OPEP pourra contrôler le niveau des prix. La situation récente montre en fait que OPEP et Russie considérent un prix de 80 dollars comme un peu trop élevé et envisagent de desserrer les restrictions de production imposées depuis 18 mois

Quelles autres conséquences, aussi bien économiques que géopolitiques cette hausse de la production pourrait-elle avoir sur le moyen terme?

Cette hausse de la production américaine ne sera pas vraisemblablement illimitée. Les plus optimistes parlent de plusieurs millions supplémentaires de pétrole de schistes produits dans les prochaines années. En face de cela il faut tenir compte de l'érosion naturelle de la production dans les champs traditionnels. Cette baisse ne pourra être enrayée que par des investissements substantiels. Or les investissements de l'industrie pétrolière restent actuellement limités.

Il est clair cependant que le maintien des prix entre 60 et 70 dollars, qui parait un scénario possible, est plutôt satisfaisant tant pour les producteurs que pour les consommateurs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !