Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Une famille juive dans les rues du quartier ultraorthodoxe de Méa Shéarim, à Jérusalem. AHMAD GHARABLI/AFP
Une famille juive dans les rues du quartier ultraorthodoxe de Méa Shéarim, à Jérusalem. AHMAD GHARABLI/AFP
©AHMAD GHARABLI/AFP

Quand la religiosité (extrême) rend bête !

On les appelle les "talibanes juives"...

Elles sont très, très peu nombreuses. Raison de plus pour en parler.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
Elles ressemblent à des fantômes. Entièrement bâchées de noir de la tète aux pieds. Même les yeux ne sont pas visibles. En effet, un regard pourrait susciter la convoitise des mâles. 
 
Israël est la terre des contrastes. Sur les plages de la Méditerranée et de la Mer Rouge on peut voir beaucoup de filles aux seins nus, heureusement bien plus nombreuses que les "talibanes juives". Et nul ne peut ignorer que Tel Aviv est une capitale gay internationalement reconnue.
 
Ce phénomène marginal fait débat en Israël où on le juge inquiétant. Le rabbinat s'en indigne et y voit à juste titre une forme de "fétichisme sexuel". Et même les communautés ultra-orthodoxes désapprouvent. Pour quiconque a lu la Torah ce livre abonde en filles dévêtues et décrit des étreintes rudes et simples connues sous le nom de "mariage biblique." 
 
Mais ces pauvres filles n'ont que faire de la Torah. Elles ont fouillé dans les recoins du Talmud et y ont trouvé (car on trouve tout dans le Talmud...) des passages incitant à la pudeur la plus stricte. 
 
Soyons mauvaise langue. En Israël les filles font comme les garçons leur service militaire. Deux ans sous les drapeaux c'est long ! A l'armée, les soldates portent des jupes courtes. Peut-être que les "talibanes juives" comptent brandir leur pudeur pour échapper aux contraintes du service militaire ? 
 
Une autre hypothèse peut également être envisagée. D'après le Mossad, les espionnes ont des qualités que les espions n'ont pas. Les "talibanes juives" feraient merveille en Afghanistan ou dans d'autres pays musulmans. Mais l'hypothèse que nous retiendrons pour notre part est la suivante : elles sont bêtes à manger du foin ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !