Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des violences avaient éclaté lors d'une manifestation pro-Palestine le 19 juillet 2014.
Des violences avaient éclaté lors d'une manifestation pro-Palestine le 19 juillet 2014.
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Et on ose appeler ça une manif ?

« Mort aux Juifs ! » : on a déjà entendu ça dans les rues de Paris…

Mais attention c’était en arabe, pas en français.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La manifestation pro-palestinienne de samedi a été interdite par Darmanin. Pour justifier sa mesure, il a évoqué le précédent d’une manifestation semblable en 2014 qui avait été suivie, selon ses propos, de « graves atteintes à l’ordre public ». Il aurait mieux fait de l’autoriser : il est bon que la haine puisse se montrer aux yeux de tous pour qu’on sache qui sont ces doux pacifistes.

On va vous dire maintenant ce qu’étaient ces « graves atteintes à l’ordre public ». Ce jour-là, la banlieue avait pris le RER pour venir dans la capitale. Des manifestants se sont rués vers la synagogue de la rue de la Roquette. Elle a dû à la présence de policiers et de jeunes Juifs de ne pas être saccagée.

Les manifestants criaient « mort aux sionistes » en français et « mort aux juifs ! » en arabe. Un peu partout dans Paris et en banlieues, des restaurants cacher ont été dévastés et des magasins juifs pillés. Ici et là, des Juifs ont été frappés.

Et on appelle ça une manif alors qu’il s’agit tout simplement d’un pogrom. Quelque temps auparavant, une autre manifestation du même type s’était déroulée boulevard Richard-Lenoir. Deux Juifs portant kippa se trouvaient là. Une meute d’une trentaine de personnes s’est précipitée sur eux pour les rouer de coups.

À Lire Aussi

Au moins 20 morts à Gaza après des frappes israéliennes suite à des tirs de roquettes du Hamas et des tensions à Jérusalem

La décision de Darmanin a eu le don de mettre Eric Coquerel en colère. Le député de La France Insoumise a protesté. Avec cet argument supposé imparable : « il y a eu des débordements dans d’autres manifestations et pourtant elles n’ont pas été interdites ».

Coquerel aurait dû préciser si ces débordements s’accompagnaient de lynchages de Juifs. Précisons qu’il y a aussi, parfois, des manifestations pro-israéliennes. A notre connaissance, elles n’ont jamais été accompagnées de pillages de kebabs et de lynchages d’Arabes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !