Mais quelle mouche a piqué le pape pour qu’il s’en prenne à la Torah ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Le pape François tient son audience générale hebdomadaire dans la salle Paul VI du Vatican, le 25 août 2021.
Le pape François tient son audience générale hebdomadaire dans la salle Paul VI du Vatican, le 25 août 2021.
©VINCENZO PINTO / AFP

Le retour de Pro perfidis Judaies ?

Mais quelle mouche a piqué le pape pour qu’il s’en prenne à la Torah ?

Le Souverain Pontife ferait mieux de laisser les Juifs tranquilles !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

C’était lors d’une audience au Vatican. Le pape François a jugé utile de commenter l’épître de Paul aux Galates. Ça a plutôt bien commencé. « Dieu a donné la Torah à son peuple pour lui montrer le chemin de la vie et de la justice ». Après ça se gâte…

Le pape a poursuivi : « mais aujourd’hui, la Torah ne peut plus donner la vie car elle est incapable d’accomplir la promesse qu’elle contenait ». Des millions de Juifs sont persuadés du contraire : pour eux – les premiers concernés – la Torah est consubstantielle de la vie ! Des rabbins indignés ont écrit au pape pour protester. Ils voient dans ses phrases le retour de « l’enseignement du mépris ». On peut les comprendre.

Il n’est pas dans nos intentions de donner des conseils à Sa Sainteté. Mais on aurait trouvé bien que le locataire du Vatican félicite le peuple juif d’être resté fidèle à la Torah pendant des millénaires. Et cela en dépit des massacres, des persécutions et des conversions forcées au catholicisme.

Le pape pourrait également rappeler que Jésus était né de mère juive et que tous les apôtres étaient juifs comme lui. Et comment ne pas voir que les Evangiles sont les enfants, illégitimes certes (et bâtards aux yeux des Juifs pratiquants), de la Torah ?

L’humanité doit tout à la Torah. Que serions-nous sans les Dix commandements ? Que serions-nous si nous ne connaissions pas le sort funeste de Sodome et Gomorrhe, les plaies d’Egypte et la traversée de la Mer Rouge ? Quelle idée aurions-nous de la justice sans le jugement du roi Salomon ? Et que serait notre compréhension de l’amour sans le merveilleux Cantique des cantiques ?

Le pape François voit les choses autrement. Raison de plus pour parler de deux de ses prédécesseurs. Jean XXIII qui lors de Vatican II fit supprimer la terrible prière sur les Juifs perfides (pro perfidis Judaeis). Benoît XVI qui eut l’audace de dire quelques vérités sur l’islam. On remarquera que le pape François n’a pas trouvé le temps de s’intéresser à un autre livre saint, le Coran. C’est sans doute qu’il était trop occupé à lire la Torah.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !