Les parents passent deux fois plus de temps avec leurs enfants qu’il y a 50 ans. Sauf en France... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les parents passent deux fois plus de temps avec leurs enfants qu’il y a 50 ans. Sauf en France...
©Reuters

Famille

Les parents passent deux fois plus de temps avec leurs enfants qu’il y a 50 ans. Sauf en France...

Une étude, menée dans une dizaine de pays montre que les parents passent plus de temps avec leurs enfants qu'il y a un demi-siècle. En France, cette durée a baissé.

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec

Monique de Kermadec

Psychologue clinicienne et psychanaliste, spécialiste de la précocité et la réussite chez l'enfant et l'adulte. Elle est l'auteur de Le petit surdoué de six mois à six ans et de Pour que mon enfant réussisse parus chez Albin Michel.

Voir la bio »

Atlantico : Une étude, menée dans une dizaine de pays et publiée dans le "Journal of Marriage and Family" montre que les parents passent plus de temps avec leurs enfants qu'il y a 50 ans. Toutefois, un pays ne semble pas suivre la tendance : il s'agit bien de la France où l'on voit que le temps que les mères passent avec leurs enfants a tendance à baisser depuis 50 ans, avec une légère augmentation du côté des pères. Selon vous, y a-t-il une vraie exception française ?

Monique de Kermadec : Je regrette que l'étude ne montre pas le type de questions qu'ils ont posé. Lorsque l'on parle de temps passé avec les enfants on parle de temps consacré aux soins corporels, à l'aide dans les devoirs mais on ne parle pas de temps de partage, de temps d'échange avec l'enfant, on parle surtout de temps de garde. Cela doit biaiser les résultats. Il y a donc un bémol à mettre. Est-ce que l'enjeu c'est la présence physique du parent dans le domicile familial ou est-ce qu'il s'agit d'une présence auprès de l'enfant dans un temps de partage ?

Dans le passé les mères restant à la maison étaient présentes physiquement mais pas forcément disponibles pour leurs enfants car occupées par de nombreuses tâches.  

On peut en partie expliquer ce résultat par la qualité des services disponibles en France dans la garde d'enfants, ce qui est peut-être moins le cas dans d'autres pays. Néanmoins, là encore il y a un biais car tout dépend de la zone géographique dans laquelle la famille évolue. Il est plus difficile de trouver des endroits de garde d'enfant en campagne que dans une grande ville. Il me semble aussi que le relai que peuvent prendre les grands parents est important à mentionner et permet aux parents de rentrer plus tard.

Concernant le niveau d'éducation des parents et la différence que cela fait dans l'attention apportée aux enfants là encore il s'agit d'être prudent car une personne ayant un travail à responsabilité qui l'oblige à rentrer tard le soir aura aussi plus de difficultés. A l'inverse une personne aux revenus modestes compensera souvent en travaillant plus pour gagner plus d'argent. Cette étude et cette exception française me semble donc à relativiser.

Est-ce qu'au final l'important n'est pas simplement de passer du temps de qualité avec ses enfants plutôt que de chercher à en passer un maximum sans qu'il soit forcément de qualité ?

Tout à fait. Il faut du temps de qualité où l'on est disponible pour les enfants; Où l'on n'est pas sur son téléphone ou devant son ordinateur. Il faut mettre tout de côté pendant un temps. Soit un quart d'heure, une demie heure ou une heure… Passer au moins un quart d'heure avec l'enfant lui permet de confier ses problèmes et ses angoisses et permet au parent d'apporter le soutien affectif dont l'enfant a besoin.

Etre présent sans l'être n'est pas un temps qui va permettre à l'enfant de ne pas se sentir seul, c'est ce qu'il faut retenir.

De manière idéale il faut du temps pour les voir le matin avant de quitter la maison et un temps le soir avant de se coucher qui permet au parent d'être disponible pour répondre aux questions de l'enfant, jouer, discuter… Si l'enfant ne veut pas l'utiliser ce jour-là ce n'est pas grave mais il faut qu'il sache que vous êtes disponibles.

Quels conseils pourrait-on donner aux parents qui peuvent s'inquiéter d'accorder trop de temps à son enfant ?

Il ne faut pas que le parent oublie que son rôle est primordial et qu'il ne peut pas confier l'éducation de son enfant à des personnes extérieures. Il reste un référent, quelqu'un qui va aider l'enfant à se construire pour la vie. Ce temps n'est pas du luxe, il est essentiel pour le bien être de l'enfant et son développement. Lorsque l'on est tenté de couper ce temps d'échange, il faut bien réfléchir à l'importance de ce que nous apportons.

A l'inverse il ne faut pas toujours être sur le dos de l'enfant, il faut lui laisser du temps où il se sent seul et où il pourra puiser dans ses ressources. Il faut lui laisser une possibilité d'indépendance et d'autonomie. Un parent omniprésent serait un parent qui garderait son enfant dans un état de dépendance et c'est là aussi mauvais pour son développement personnel.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !