Le mythe des dates de péremption des médicaments | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le mythe des dates de péremption des médicaments
©Reuters

DLC

Le mythe des dates de péremption des médicaments

Selon la réglementation, un médicament périme cinq ans après sa sortie d'usine. Mais en réalité, celui-ci peut tenir bien plus longtemps...

Sauveur Boukris

Sauveur Boukris

Sauveur Boukris est médecin généraliste.

Enseignant à Paris, il participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision sur les questions de santé. Il est l'auteur de plusieurs livres médicaux dont "Santé : la démolition programmée", aux Editions du Cherche Midi.

Il a écrit  "Médicaments génériques, la grande arnaque" aux Editions du Moment.

Son dernier livre s'intitule "La fabrique des malades" aux Editions du cherche midi.

Voir la bio »

Atlantico : Comment juger des dates de péremption qui concerne les médicaments ? Quelles sont les différences entre les différents types de médicaments ( comprimés, liquides, ou produits sous d'autre forme) ? 

Sauveur Boukris : Les dates de péremption d’un médicament ne sont qu’une décision administrative et juridique de façon à protéger le consommateur et le patient à la consommation d’un médicament. En général, les médicaments ont une durée de consommation de 5 ans après la sortie de l’usine. Mais ce n’est pas une décision scientifique et qui ne repose sur aucun fondement. Un comprimé est, par définition, quelque chose de compact, et du coup imla une durée extrêmement longue. Mais pour les consommateurs, on est obligé de fixer une date de péremption. Mais il arrive souvent aux patients de prendre des médicaments qui ont dépassé de quelques semaines ou de quelques mois la date limite de péremption, et il n’y a pas de problèmes particuliers. En revanche, pour tout ce qui est injectable, comme ce sont des ampoules qui sont exposées à la lumière, on peut avoir des modifications physico-chimique du produit, dont une concentration ou une efficacité du médicament moins importante. Pour les collyres, les gouttes qu’on met dans les yeux, en général il y a des dates de péremption car il y a toujours un risque infectieux lorsque le bouchon est ouvert. Mais tout cela n’est que théorique. On a pas vu beaucoup d’effets indésirables de médicaments à cause d’un dépassement de la date de péremption.

Comment sont fixés les dates de péremption? Faut-il absolument les respecter, et quels sont les risques de consommer un médicament "périmé"?

Les dates de péremption sont fixées par les autorités administratives, et sont rendues obligatoires aux médicaments. Mais bien souvent, les laboratoires liquident les stocks de médicaments avant les dates limites de péremption.

Peut envisager, un jour, de retirer les dates de péremption des médicaments? Quels pourrait être les points positifs d'une telle mesure, notamment en termes de coûts ?

Je ne crois pas qu’on puisse un jour retirer cette date de péremption, car il y a une volonté de la part des pouvoirs publics de rassurer le consommateur. Et le médicament fait parti de ces produits qu’on consomme largement. Si on retirait la date de péremption, ça créerait beaucoup plus d’angoisse que ça en libérerait. En matière de coût, on a souvent entendu qu’en délivrant les médicaments à l’unité, on pourrait permettre de baisser les coûts des médicaments. Mais de quoi parle-t-on exactement? Des coûts de fabrication, ou de remboursement? Pour le laboratoire, si il fabrique à l’unité ça risque de coûter plus cher à la fabrication, et plus chère à la vente. Si l’objectif est, pour les pouvoirs publics, de réduire les dépenses de la sécurité sociale, il suffirait que le prix du médicament soit revu à la baisse. C’est une commission des prix du médicaments où sont réunis le ministère de la Santé, la Sécurité Sociale et les représentants de l’industrie. Il faudrait non seulement revoir les prix, mais également limiter la consommation de médicaments, en particulier chez les personnes âgées.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !