Le choix entre la carpe et le lapin. Encore une fois le choix est tristement simple | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Deux tracts présentant Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le premier tour de l'élection présidentielle française
Deux tracts présentant Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le premier tour de l'élection présidentielle française
©NICOLAS TUCAT / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

Le choix entre la carpe et le lapin. Encore une fois le choix est tristement simple

Quelle tristesse. Encore un combat déjà écrit. Une victoire sans gagnant. Un vote de plus pour rien. Entre un « jeune acteur » qui a déjà tout d’un vieil homme politique et une héritière de la plus ancienne PME de poissonnerie de la politique française (mes excuses à la profession !), quel triste exercice, dit « démocratique »

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

Au rabais. Un triste exercice qui n’a rien de démocratique, alors qu’elle a été conçue pour donner une parole à tant d’hommes et de femmes qui ne voient plus l’intérêt d’en user. On les avait laissé sortir de cage, en permission de la terreur du Covid, pour aller voter, et ils sont partis en week-end avec l’argent du chômage partiel et des économies réalisées pendant les confinements. 

Le Français, qui avait perdu la mémoire à long terme, vient de perdre la mémoire « cash », certainement confiée à son smartphone. Il a oublié avoir été dupé pendant 24 mois et a donné 20% de ses voix à un candidat qui sera encore un peu plus, le vainqueur d’une République vaincue, d’un vote minoritaire, dépositaire d’un destin confié du bout des votes. Ci-gît le peuple français et sa République. Définitivement enterrée le 24 avril prochain au crématorium de l’Élysée.

Macron aura parachevé le rêve de Mitterrand. Tout brûler derrière lui, y compris le PS, et faire avancer le FN pour décapiter la droite, à l’époque. Macron y a ajouté une touche finale, le carnage absolu. Il a détruit en les pillant, la droite et la gauche, nous livrant aux extrêmes pour les prochaines élections de 2027. Il restera pour moi le « boucher » du paysage politique Français. Le match Le Pen-Macron, sera donc celui du « boucher » contre la « poissonnière » (A nouveau désolé pour ces 2 magnifiques professions).

Du coup, je suis vraiment heureux que les USA soient mon nouvel eldorado, un État vivace, tourné vers l’avenir, qui n’a pas cédé à la panique « covidienne », dopé par une croissance sans précédent, dirigé par un homme qui sera l’un des prochains candidats, et favori (après Trump) de la Présidentielle Américaine. Se retrouver devant la télé pour assister un remake digne du Muppet Show, le talent en moins, me permettra de me concentrer ici, en bon entrepreneur, sur Shark Tank, qui entame sa 10ème année, animé par Mr Wonderful, qui vit, lui aussi en Floride. La carpe, qui viendra sans ses piles de dossiers cette fois, et le lapin, dont on pensait qu’il courait vite mais en s’interdisant toute ambition numérique pendant ses années au pouvoir. Pourtant il a 2 smartphones.. !!

Cet article pourrait du coup s’arrêter là. Que dire de plus ? 

  • Que l’on puisse espérer que Macron fera lors du second mandat, ce qu’il n’a pas fait ou fini pendant le premier ? On dit cela à chaque fois. On devrait donc en tirer la conclusion, que la France devrait limiter le mandat Présidentiel à un seul mandat, mais plus long. Et ainsi, s’affranchir de l’embarras de la réélection, et de la pression du quotidien, pour penser au terme long. Mais qui voudra se priver de 2 hivers au chaud, servis par un Chef à domicile, une armée de nouveaux « amis » serviles et de voyages dans les Antilles en période de Covid ou de réélection ?

  • Que l’on puisse espérer qu’il y aura enfin un plan embrassant les technologies, les secteurs d’avenir, espace en tête, non seulement au niveau de la France, mais également de l’Europe ? Peut-être, mais pourquoi y aurait-il plus de clairvoyance en 2022 qu’entre 2017 et 2022 ? Le smartphone a 13 ans, l’internet 25 ans (plus en réalité, mais partons de son démarrage commercial), le quantique près d’un siècle dans sa théorie au moins, alors comment penser qu’un président de 44 ans réaliserait l’énorme bévue et manque de vision dont il a fait preuve en 5 ans. Il ne l’a pas fait à 39 ans, il ne le fera pas à 44.

  • Que l’on puisse espérer un Méa Culpa sur le Covid ? Même pas en rêve. Macron a remis l’État et la mauvaise administration au centre du village. C’est fini, le mammouth est de retour. La fonction publique s’est encore épaissie et pas au bon endroit. La main de fer devient chape de plomb.

  • Que l’on peut espérer une réforme institutionnelle majeure, qui réduirait la fonction présidentielle à un mandat, qui supprimerait l’inamovibilité des hauts fonctionnaires, supprimerait le département et les métropoles, ces nids à inefficacité, ces lieux liberticides, tueurs de petits territoires, et créateur de « gras » administratif, de doublons d’incompétences et de sièges destinés au copinage et aux rentes de situation. Peut-être. Mais il faudra avoir une sacrée majorité à l’Assemblée, et ce ne sera pas le cas cette fois. L’effet Macron ne suffira plus aux opportunistes de 2017 pour se faire élire sur la base d’une photo sur un T-shirt de campagne à l’effigie du premier blondinet venu.

En clair, je pense que la France va se contenter d’un rebond de croissance, de son meilleur taux de chômage et penser que tous les problèmes sont derrière nous. La tête dans le sable, plutôt que le regard porté sur l’avenir. Les français de l’étranger sont souvent plus lucides. Zemmour arrive par exemple juste derrière Macron, partout en Floride. Les Français ici observent qu’il est le seul qui ne soit pas issu de la rente politique, et constatant les faibles chances de Pécresse, votent utile, et pas pour Le Pen, ce qui est rassurant. Les Français de l’étranger ont compris que Le Pen n’était qu’un vestige du passé qui n’apportera rien à l’avenir.

Pour les entrepreneurs, je parle des fondateurs, pas des grandes entreprises, le nouveau quinquennat ressemblera à l’ancien. Il ira comme ce sera possible, avec une embellie de départ liée à l’après-covid et l’après Ukraine. Puis retombera comme un soufflé ensuite. L’inflation sera alors rejointe par la stagnation, et le tapis roulant ira en arrière pendant que nous allons au ralenti, nous offrant une magnifique stagflation, comme on s’offre une hernie en faisant une séance de sport. Tous les sports ne sont pas bons pour la santé.

Bonne chance à notre pays, mais en cas de doutes, entrepreneurs, venez faire un saut aux USA, on y investit sur l’avenir et faites-le avant de vous retrouver encerclé par les extrêmes en 2027. Il sera trop tard !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !