La science va-t-elle bientôt nous donner des pouvoirs de super-héros (et le souhaitons-nous vraiment) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La science va-t-elle bientôt nous donner des pouvoirs de super-héros (et le souhaitons-nous vraiment) ?
©Reuters

Iron Mad

La science va-t-elle bientôt nous donner des pouvoirs de super-héros (et le souhaitons-nous vraiment) ?

Exosquelettes, intelligence artificielle, interfaces homme-machine... La forte progression des investissements visant à "augmenter l'homme"' permet de concevoir des possibilités jusqu'ici reléguées à la science-fiction.

Vincent  Pinte Deregnaucourt

Vincent Pinte Deregnaucourt

Ingénieur en informatique de formation, il est aujourd’hui professeurs à l’Institut Poly Informatique de Paris et consultant avec l’agrément « expert scientifique » auprès de PME sur leur programme de recherche et développement.

En 2014 il a reçu la médaille d’Or au Grand Prix de l’Innovation Digitale dans la catégorie « Entreprise optimisée ».

Voir la bio »

Atlantico : selon le jeu de rôle "Marvel Super Heroes", il existe plusieurs catégories de pouvoirs attribués aux héros : les humains "altérés", comme Spiderman, ceux qui utilisent à leur profit les innovations technologiques à l'instar d'Iron Man ou encore de Batman, les mutants comme les personnages de X-Men, mais aussi les robots avec la Vision, apparaissant dans le numéro 58 des Avengers (1968). Pour chacune de ces catégories, les départements R&D et la recherche scientifiques ont-ils mis au point des solutions profitables aux humains ?

Vincent Pinte Deregnaucourt : Il y a pouvoir et super pouvoir ! Avant d’avoir une vie augmentée, il y a la vie "tout court" et la première augmentation notoire, au sens propre, c’est son espérance ! Au XVIIème siècle, près de 30% des nouveaux nés n’atteignaient pas l’âge d’un an et 50% n’atteignaient pas 20 ans. L’espérance de vie était par ailleurs de 25 ans. 350 ans plus tard, la mortalité infantile en France est un peu supérieure à 3/1000 et l’espérance de vie a été multipliée par plus de trois. Est-ce en soi un super pouvoir ? Pourtant, le nouveau-né a déjà une forme de super pouvoir : un mois avant sa naissance, il est prêt. Tout le neuvième mois ne lui sert qu’à faire des réserves afin de se préparer à des conditions difficiles à la sortie.

En ce début de XXIème siècle, alors que depuis plus de 50 ans, de nombreux héros sont dotés de super pouvoirs qui semblaient il y a encore peu, plus extravagant les uns que les autres, l’Homme se rapproche tout doucement d’eux à force de R&D, de gros budget, de tests et parfois de réussites. 

Les humains altérés sont rares et une classe à part. La science n’y est souvent pour rien. On pourra considérer qu’ils sont ceux dotés de pouvoirs anormaux mais acquis naturellement. On peut citer par exemple certaines formes d’autismes qui permettent à ceux qui en sont atteints de disposer d’une mémoire eidétique ou de fantastiques capacités de calculs. Il arrive également que lors de traumatismes, certaines personnes se réveillent avec des dons exceptionnels et cependant inexplicables : celui-ci jouant du piano merveilleusement bien alors que celui-là se mettra à parler telle langue, parfois morte depuis 2000 ans comme l’araméen. L’autre "moitié" des humains altérés repose généralement sur un entrainement intensif permettant de développer des sens ou une technique à la limite de la perfection (tir, réflexe, arts martiaux etc.). Dans cette demie classe, la science joue parfois un rôle, en posant par exemple des indicateurs de progression tout au long de l’entrainement. Récemment, il a même été découvert que l’on pouvait apprendre deux fois plus vite en répétant inlassablement un élément à apprendre ainsi qu’une toute petite variation de celui-ci.

Ceux de la classe d’Iron Man, hors la combinaison (encore que...) sont les plus nombreux. Aider l’Homme à dépasser ses propres capacités, en un sens, peut même nous faire remonter au temps des pharaons dont les connaissances médicales étaient "pharaoniques" : infections, réductions de fractures, amputations, sutures etc. Même l’opération de la cataracte était pratiquée du temps des Ptolémée, il y a près de 2200 ans ! Il s’agit bien d‘aider l’Homme grâce à la technique. Plus récemment, des progrès ont été fait dans de très nombreux domaines : prothèses auditives, ophtalmologie, greffes, cœur totalement artificiel ou membres directement raccordés au nerf et au muscle etc. Mais toujours au service d’une réparation. 

Depuis peu, au-delà de ces capacités régénératrices, qui se suffisent à elle-même où qui visent à réparer plus efficacement, mieux ou plus rapidement, ce sont des capacités augmentées qui arrivent sur le devant de la scène. C’est un vaste champ de recherche qui veut simplement magnifier l’Homme en augmentant ses capacités : ici des lentilles qui feront jumelles, là, une technologie qui ira modifier tel ou tel brin d’ADN, ici la recherche d’interface homme –machine directement "plugguée" dans le cerveau. 

Dans les solutions "aidantes", on retrouvera des aides "déportées" ou externe au corps comme les Google Glass qui visent à apporter une information pertinente, temps réel, directement à l’œil (avant, demain, de l’apporter directement sur l’œil puis dans le cerveau, probablement après-demain) ou encore les Intelligences Artificielles en support comme Siri, Cortana ou Google Now, à l’image même de Jarvis, l’intelligence artificielle d’Iron Man, que Facebook veut aussi copier en développant "M".

Les aides "internalisées" comme les puces RFID que l’on peut s’injecter sous le bras et qui peuvent servir à toute forme d’authentification forte (démarrage d’une machine, ouverture de porte, paiement) se développent moins pour deux raisons principales : la pseudo irréversibilité du processus d’une part, et les lois bioéthiques qui ne permettent pas à ce jour à n’importe quelle entreprise de faire ce qu’elles veulent avec le corps d’autrui, quand bien même ce dernier serait d’accord. 

Ces différentes formes d’augmentation de la capacité humaine s’appellent le transhumanisme, dont une bonne définition indique qu’il s’agit de "la promotion de l'amélioration de la condition humaine à travers des techniques d'amélioration de la vie, comme l'élimination du vieillissement et l'augmentation des capacités intellectuelles, physiques ou psychologiques". 

En robotique pure, si on ne considère pas les membres et organes artificiels ni les exosquelettes, ceux-ci se développent lentement car leur apprentissage doit aujourd’hui être supervisé. Un robot ne sait pas apprendre par lui-même : il faut lui donner des exemples, et il sait reproduire. Ainsi, on peut faire marcher un robot (et même le faire courir de façon très stable, comme chez Boston Dynamics, propriété de Google...), on sait faire conduire une voiture toute seule, mais les versions "intelligentes" comme iRobot, ce n’est pas pour demain : on ne sait toujours pas modéliser actuellement l’intuition, ou même la notion de ce que nous appelons nous, humains, le "sens commun".

GAFA, laboratoires pharmaceutiques... Qui sont les principaux investisseurs dans le domaine de l'humain augmenté ?

Il y a principalement deux grands acteurs dans le monde du transhumanisme : Google, qui domine de la tête et des épaules ce monde, affichant ouvertement son envie de "tuer la mort" avec sa startup Calico et son développement "autant que faire se peut" de l’intelligence artificielle, jusqu’à ce qu’elle soit même supérieure à celle de l’espèce humaine. A sa tête, le pape de l’intelligence artificielle, théoricien du transhumanisme et de la singularité technologique : Raymond Kurzweil.

Google travaille par ailleurs les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) dans l’espoir que chaque découverte puisse servir le transhumanisme sous une forme ou sous une autre. Kurzweil prédit même que prochainement, des nanorobots seront implantés par milliers dans notre corps, passant leur temps à tout surveiller, diagnostiquer et réparer. 

L’autre acteur est ... le reste du monde. Il y a une myriade d’entreprises et autres startups qui travaillent sur des sujets comme le remplacement ou le transfert du cerveau dans un ordinateur ou un robot, la cryogénisation, la médecine prédictive ou régénérative, les organes artificiels, le développement des capteurs intelligents. Bien évidemment, souvent, des laboratoires pharmaceutiques sont associés aux projets de R&D. Leurs budgets sont parfois conséquents mais sont sans commune mesure avec Google qui a notamment racheté depuis cinq ans toutes les grandes entreprises du domaine.

Quelles sont selon vous les recherches les plus impressionnantes parmi celles actuellement menées et qui ont de bonnes chances d'aboutir ?

Parmi celles "impressionnantes" qui ont de grandes chances d’aboutir prochainement, on peut noter les interfaces cérébrales. Nous n’en sommes qu’au début mais les expériences se multiplient et montrent qu’on peut actionner, au sens propre, des pointeurs, des machines, voire son propre bras artificiel uniquement à l’aide de fonctions cognitives et de quelques fils électriques. C’est un progrès formidable.

Mais l’étape d’après consiste à mettre en place le mouvement inverse : ne plus simplement faire parler le cerveau vers la machine mais la machine vers le cerveau. Simplifions à l’extrême : derrière l’oreille, vous avez un port USB. Vous y placez une clé et quelques minutes après, vous savez manier parfaitement cinq langues supplémentaires. Ou piloter parfaitement une moto. Ou vous connaissez sur le bout des doigts l’histoire de l’architecture contenue dans tout Wikipedia. Ou vous avez acquis telle ou telle technique professionnelle : plombier en langue polonaise ou informaticien, en notation polonaise. 

A partir de quel degré d'augmentation de l'humain devrons-nous nous interroger sur les implications morales et pratiques ?

Il est impératif que nos sociétés s’emparent du sujet dès aujourd’hui car le maitre mot dans les changements de paradigmes sociétaux est "anticipation" : ce n’est pas quand nous aurons de fait deux "classes d’humains" ou que nous aurons subit par la force, l’argent ou la vitesse du progrès une rupture technologique de cette ampleur qu’il faudra s’en occuper. Il sera bien évidemment trop tard.

La cinquième catégorie des Marvell concerne les Aliens comme le "dieu Thor" : rien à dire sur cette catégorie ?

A ce jour, et jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons pas de preuve scientifique de l’existence d’Aliens même si la plupart des scientifiques pensent que la vie sur terre a été apportée depuis "l’extérieur", théorie appelée la panspermie.

Sur terre, nous avons à ce jour découvert deux animaux dont les Marvel n’arrivent pas la cheville : le tardigrade et la méduse "Turritopsis nutricula". Le premier a des capacités physiologiques tout à fait indécentes : il peut ne pas manger pendant 10 ans, résister à des températures de -272°c à +150°c, descendre à 3% d’eau, survivre à une pression de 1200 atmosphères, ou encore se porter comme un charme après avoir été congelé 2000 ans dans la banquise. Quant à la méduse, c’est simple, elle est capable d’inverser son processus de vieillissement, ce qui en fait le seul être vivant biologiquement immortel, tout simplement.

Bien évidemment, Il y a 2000 ans, il parait que... Mais ça, c’est une autre histoire qui n’appartient pas à la science.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !