"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin : quand les médias s’emballent et fabriquent une erreur judiciaire. Un essai talentueux qui se lit comme un roman | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin a été publié aux éditions Les Belles Lettres.
"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin a été publié aux éditions Les Belles Lettres.
©

Atlanti-Culture

"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin : quand les médias s’emballent et fabriquent une erreur judiciaire. Un essai talentueux qui se lit comme un roman

"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin est à retrouver aux éditions Les Belles Lettres.

Marc Buffard

Marc Buffard

Marc Buffard est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"La Fabrique des innocents. L’Affaire Mis & Thiennot. Histoire d’une manipulation médiatique" 

De Gilles Antonowicz et Isabelle Marin

Les Belles Lettres

Parution le 4 mars 2022

207 pages

21 euros.

Notre recommandation : EXCELLENT

THÈME

Ceux qui n’ont plus le privilège d’être jeunes se souviennent sûrement de l'affaire Mis et Thiennot comme d’un incroyable battage médiatique à l'instar de l'affaire Seznec. 

L'une comme l'autre ont occupé des décennies d'ondes radio, d'articles de journaux et d’émissions de télévision. 

Il s'agissait, à force de requêtes en révision, réitérées et toutes rejetées, de rendre innocents ceux que la justice avait, à plusieurs reprises et par des juges et jurés différents - pas moins pour l’affaire Mis et Thiennot de 12 décisions définitives prononcées par 36 juges et jurés - consacrés comme coupables d'un meurtre, dans les deux cas. 

Une septième requête en révision vient d'être déposée ( juin 2022 ) par les héritiers de Mis et Thiennot ( 9 pour Seznec).

POINTS FORTS

Le livre de Gilles Antonowicz et Isabelle Marin, comme d'habitude aussi facile à lire qu'un roman, nous montre à la fois pourquoi la justice ne s'est pas trompée en condamnant Raymond Mis et Gabriel Thiennot, comme l’avait fait Michel Pierre pour son Seznec, mais surtout comment la machine médiatique s'est emballée avec un parti communiste, tout puissant à l'époque, qui n'a cessé de souffler sur les braises. 

Le 26 décembre 1946 le garde-chasse de la propriété de monsieur Lebaudy, riche industriel du sucre, est tué de deux coups de fusil. On retrouve son corps au bord d'un étang de la Brenne, paradis des oiseaux et autres gibiers. 

Immédiatement les soupçons se portent sur une bande de chasseurs, braconniers, du village d'à côté avec lesquels le garde-chasse a souvent eu des démêlés et une altercation le jour même du meurtre. 

On aboutit aux aveux de deux des chasseurs, Raymond Mis, 19 ans d’origine polonaise et Gabriel Thiennot, 20 ans, membre du parti communiste. Leur version est confirmée par tous les participants. 

Alors que les interrogatoires par la gendarmerie locale ont lieu au sein même du village, quinze jours plus tard les meurtriers dénoncent leurs aveux, pourtant confirmés au juge d’instruction ; ils leur auraient été extorqués par des tortures policières dignes des romans de genre les plus imaginatifs. 

A partir de là, la presse, communiste d'abord, régionale et ensuite nationale, incluant tous les supports médiatiques pendant des décennies construit pas à pas une nouvelle vérité, à l'encontre des décisions judiciaires, celle de l'innocence des coupables. 

Ce qui prévaut, c’est la richesse de la famille Lebaudy dont la victime était le garde-chasse, face à la simplicité et la pauvreté des accusés forcément innocents…

Depuis le Voltaire de L'affaire Calas on sait que c'est beau de défendre un innocent contre la justice ( de préférence " de classe " ) et cela permet de passer à la postérité.

Mais autant dans ce beau modèle, la justice rendue apparaissait partiale et expéditive, autant, ici, tout conduit à penser que les aveux recueillis, largement confirmés par les témoins et les faits, étaient bien l'expression de la vérité sinon de remords. 

Que de nombreux journalistes peu scrupuleux aient pu embrayer derrière cette cause où tout semblait pour eux bon à prendre est malheureusement habituel, mais que des hommes politiques, et non des moindres ( notamment les ministres Pierre Arpaillange et Michel Sapin ) aient pu épouser cette fausse belle cause, en allant même jusqu'à baptiser et inaugurer des places, des rues et des plaques commémoratives au nom des prétendus innocents torturés, est d'autant plus stupéfiant qu'ils sont les représentants de la République, elle-même garante du respect dû aux décisions de justice. 

Voilà ce que dénonce cet ouvrage (ainsi qu’un autre paru peu de temps avant ) sans être lui relayé par quiconque, sauf au 15 juin 2022 par une excellente chronique du journal Le Monde.

QUELQUES RÉSERVES

Rien à reprocher à ce livre dont les auteurs ont le courage de ne pas vouloir être, faute d'un dossier le permettant, les Voltaire de L'affaire Calas des vingtième et vingt et unième siècles. 

C'eût été tellement plus beau d'être avec les autres les défenseurs des innocents quitte, s'ils ne l'étaient pas, à les fabriquer !

ENCORE UN MOT...

Les auteurs de ce livre décortiquent avec talent et conviction tant le dossier judiciaire de cette affaire retentissante que le dossier médiatique, pour montrer qu’il est plus intéressant de glorifier des faux innocents que des vrais coupables. 

Rappelons ici que d’autres livres évoquent ces affaires judiciaires : celui de Michel Pierre L’impossible innocence : Histoire de l’affaire Seznec (Tallandier, 2019) et celui de Jean-Louis Vincent Affaire Mis et Thiennot. La Contre-enquête (Vendémiaire, 2022) qui va dans le même sens que Gilles Antonowicz. Grâce à un examen très attentif des dossiers, les auteurs démontent la machine médiatique et ses ressorts et démontrent que, Seznec d’une part et Mis et Thiennot d’autre part, n’ont pas été victimes d’une erreur judiciaire.

UNE PHRASE

" Les cinéphiles n’auront pas de mal à se représenter le décor et les personnages…En cette période de Noël, le second suivant la Libération, le hameau des Loups tient à la fois de l’austérité de la ferme représentée par Georges Rouquier dans son documentaire Farrebique, prix de la critique internationale au festival de Cannes 1946, et de l’insouciance du film de Jacques Tati, Jour de fête, dont le tournage va commencer cinq mois plus tard, non loin de là, à Saint-Sévère-sur-Indre.

L'AUTEUR

Gilles Antonowicz, avocat honoraire, est notamment l’auteur des Procès historiques de Maurice Garçon (Les Belles-Lettres 2019), des Procès historiques de Jacques Isorni (Les Belles Lettres, 2021) et d’un remarquable « beau-livre » préfacé par François Sureau, Maurice Garçon, artiste (Seghers, 2021).

Isabelle Marin qui a collaboré à ce livre est expert-traductrice de grec moderne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !