La droite a encore le temps d'organiser une vraie primaire à l'américaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand et la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.
Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand et la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.
©ÉRIC PIERMONT / AFP

2022

La droite a encore le temps d'organiser une vraie primaire à l'américaine

Alors que la campagne électorale pour l'élection présidentielle va s'accélérer dans les semaines à venir, l'organisation d'une primaire à l'américaine, une primaire étalée sur plusieurs mois, permettrait de faire émerger le candidat idéal pour la droite en 2022.

Roland Hureaux

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio »

Les résultats des élections régionales  qui ont vu, chez les Républicains actuels ou proches, l’émergence de trois candidats potentiels à la présidence : Bertrand, Pécresse et Wauquiez, facilement réélus dans leur région, a remis à l’ordre du jour l’idée d’une primaire de la droite – nous disons droite car elle doit s’élargir au-delà des seuls membres de LR.  

Une primaire ? Jamais plus,  répond-t-on, avec ce côté expéditif qui caractérise trop de jugements politiques ! On en a organisé une en 2016 et on a vu le résultat décevant. Ce fut encore pire pour le parti socialiste.

Que nenni !  Disons-le clairement : on n’a jamais organisé en France une vraie primaire, nous voulons dire  à l’américaine, c’est à dire une  primaire étalée sur plusieurs mois et non bloquée sur un ou deux dimanches.

Quelle différence , dira-t-on ? Elle est considérable. Pour sauter d’emblée aux conclusions, disons  que le système utilisé en France était une machine à reconduire « toujours les mêmes ». La primaire à l’américaine a l’effet inverse : elle a presque toujours fait émerger des hommes nouveaux.  

Et Dieu sait si c’est nécessaire !

La crise des Gilets jaunes, puis l’abstention aux régionales  ont montré la grave perte de légitimité , en France comme dans le reste de l’Europe, des partis politiques classiques. Il est également significatif que le dernier président élu ait émergé hors de ces partis.

En bloquant le vote sur  deux week-ends , un pour  le premier tour, un pour second, comme on l’a fait en 2016, on instaurait de fait une présélection par la notoriété déjà acquise, c’est-à-dire que l’investiture était  réservée à ceux qui avaient déjà été quelque chose : au moins  président de la République ou premier ministre. Certes Fillon a doublé sur le  fil les deux candidats tenus pour favoris, Sarkozy et Juppé, mais il avait été tout de même cinq ans premier ministre ! Les autres, les « petits candidats » , non dépourvus de  talent  pourtant comme Bruno Le Maire,  ont été écrasés. En définitive ce genre d’exercice  fut un concours de notoriété déjà acquise.   « Il faudrait , disaient beaucoup de Français, du sang neuf  : pourquoi pas Untel ? ». « Oui , mais qui le connait ? ».  Dans une France qui aspirait  profondément  à changer les têtes, la primaire telle qu’elle a été alors  organisée ne pouvait aboutir qu’à  ne pas les changer. 

Une   primaire étalée à l’américaine

Les Français ne sont que  trop prompts à imiter l’Amérique quand il ne le faut pas. Et il faut dire qu’aujourd’hui les Etats-Unis sont loin d’offrir le visage d’une démocratie exemplaire. Mais  nous ne devons pas hésiter à nous en inspirer quand c’est justifié. En  étalant  les  primaires sur plusieurs  mois,  en procédant  deux fois par mois à une élection partielle dans un groupe de départements, on permettra à des outsiders d’émerger. Gagnant la primaire dans un ou deux départements , ils attirent l’attention des médias et, s’ils sont bons, peuvent continuer sur la lancée. S’ils ne le sont pas, ils jettent l’éponge. Aux Etats-Unis les présidents élus, qui avaient au préalable arraché l’investiture d’un  des grands partis, étaient presque tous  inconnus avant l’élection :  Carter, Reagan, Clinton, Obama, Trump.  

Une primaire étalée mettrait en outre en valeur toutes les régions sans donner la préférence aux grandes.

Elle privilégie la capacité militante par rapport au  seul audiovisuel.

Le parti ou le bord qui tenterait cette expérience occuperait   le devant de la scène  pendant plusieurs  mois , ce qui ne  saurait lui nuire. 

Y a-t-il à cette heure d’autre moyen de faire émerger des hommes à la mesure des immenses problèmes qui se posent à la France et ainsi de réhabiliter la  politique aux yeux des Français ? L’enjeu est encore plus grand : c’est ni plus ni moins que de sauver la démocratie qu’il s’agit.

Roland HUREAUX

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !