L’ocytocine, cette hormone de l’amour… mais pas seulement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Structure chimique de l'oxytocine avec acides aminés marqués
Structure chimique de l'oxytocine avec acides aminés marqués
©

Influence

L’ocytocine, cette hormone de l’amour… mais pas seulement

Les neuroscientifiques découvrent enfin comment l'hormone façonne les comportements sociaux tels que les liens de couple ou l'attention des parents envers leurs enfants. Et les choses sont plus compliquées qu'ils ne le pensaient.

Bob Holmes

Bob Holmes

Bob Holmes est un journaliste scientifique. Il écrit pour Knowable Magazine.

Voir la bio »

Cet article a été publié initialement sur le site de la revue Knowable Magazine from Annual Reviews et traduit avec leur aimable autorisation.

Lorsqu'il y a de l'amour dans l'air, que se passe-t-il dans le cerveau ? Pendant de nombreuses années, les biologistes ont répondu : "L'ocytocine !". Cette petite protéine - de neuf acides aminés seulement - a parfois été appelée "l'hormone de l'amour" parce qu'elle a été impliquée dans la formation de couples, les soins maternels et d'autres comportements sociaux positifs semblables à l'amour.

Mais récemment, les neuroscientifiques ont revu leur vision de l'ocytocine. Des expériences menées sur des souris et d'autres animaux de laboratoire suggèrent qu'au lieu d'agir comme un déclencheur de comportement prosocial, la molécule pourrait simplement aiguiser la perception des indices sociaux, de sorte que les souris puissent apprendre à cibler plus précisément leur comportement social. Il s'avère que ce n'est pas aussi simple et direct que dire : "ocytocine égale amour", déclare Gül Dölen, neuroscientifique à l'université Johns Hopkins. Si quelque chose de similaire est vrai chez l'homme, cela pourrait, entre autres, ajouter une nouvelle pierre à l'édifice des tentatives de traitement des troubles sociaux tels que l'autisme en jouant sur le système de l'ocytocine.

Les neuroscientifiques pensent depuis longtemps que la libération d'ocytocine dans le cerveau pourrait être déclenchée par des interactions sociales avec certains individus, tels que la progéniture ou les compagnons, qui sont importants pour un humain ou un autre animal. Et lorsque les chercheurs bloquent expérimentalement l'action de l'ocytocine, les souris perdent la capacité de reconnaître les individus socialement importants. Cela suggère que la molécule joue un rôle central dans l'apprentissage social - mais les chercheurs ne savaient pas exactement comment l'ocytocine faisait son travail.

À Lire Aussi

L'hormone de l'amour nous pousserait à mentir

Cet état de fait est en train de changer, grâce aux progrès des techniques de neurosciences qui, ces dernières années, ont permis aux chercheurs d'identifier et d'enregistrer l'activité de neurones individuels produisant de l'ocytocine au plus profond du cerveau. Et ces enregistrements racontent une histoire qui diffère de l'ancienne vision, de manière subtile mais importante.

Dans le centre principal de l'odorat du cerveau des rats, par exemple, les mesures montrent que l'ocytocine inhibe la mise à feu aléatoire et bruyante des cellules nerveuses, ce qui permet aux signaux neuronaux des odeurs réelles de ressortir plus nettement. (Elle y parvient d'une manière détournée, en excitant des cellules nerveuses appelées cellules granuleuses, qui inhibent d'autres cellules nerveuses).

"Il y a beaucoup de bruit dans le cerveau", explique Larry Young, un neuroscientifique du comportement de l'université Emory qui, avec son coauteur Robert Froemke, explore notre nouvelle compréhension de l'ocytocine dans la revue Annual Review of Neuroscience de 2021. "Mais lorsque l'ocytocine est libérée, elle diminue les parasites pour que le signal soit beaucoup plus clair".

Cette clarté est familière aux nouveaux parents, explique M. Froemke, neuroscientifique à la Grossman School of Medicine de l'université de New York et coauteur de l'article de Mme Young. "J'ai deux petits enfants", dit-il. "Même à deux pièces de distance, avec le climatiseur en marche, et alors que je suis profondément endormi, le bébé se met à pleurer et, tout de suite, je suis réveillé et attentif, la pupille dilatée." 

Selon Yevgenia Kozorovitskiy, neuroscientifique à la Northwestern University, l'ocytocine renforce également la réponse du système de récompense du cerveau. Cet effet pourrait détourner le comportement de l'animal de la recherche de nouveautés dans l'environnement et l'amener à se concentrer sur les récompenses sociales.

Chez les campagnols des prairies, par exemple - qui intriguent les chercheurs pour leur comportement monogame, rare chez les rongeurs - ce changement facilite la formation de couples. Entre autres effets, certaines des cellules sensibles à l'ocytocine relient l'odeur d'un compagnon au système de récompense. "La relation de couple est un peu comme une dépendance à un partenaire", explique Young. "Le partenaire devient intrinsèquement gratifiant". Les espèces libertines comme les souris et les campagnols des prés n'ont pas ces récepteurs d'ocytocine, mais, chose intéressante, ils sont présents dans le cerveau des humains, ce qui laisse penser que nous réagissons peut-être plus comme les campagnols des prés que comme les souris. (La vasopressine, cousine moléculaire de l'ocytocine, joue également un rôle dans l'établissement de liens de couple). 

Cette compréhension nouvelle du fait que l'ocytocine aiguise l'attention sur les signaux socialement saillants peut contribuer à expliquer l'expérience commune selon laquelle l'amour fait briller le monde. "Lorsque vous regardez votre partenaire dans les yeux, l'ocytocine pourrait rendre le monde plus vivant", déclare Young.

Il y a ici une autre complication, et une complication importante : Si le rôle réel de l'ocytocine est de clarifier les perceptions sensorielles liées à la société, et non pas simplement de favoriser la sociabilité, alors cette substance chimique est susceptible d'avoir des effets différents selon le contexte. Par exemple, note Young, l'ocytocine renforce les soins maternels chez les souris - un comportement clairement pro-social - mais elle augmente également l'agressivité maternelle envers les individus non familiers.

En outre, Young et ses collègues ont découvert que les campagnols de prairie femelles réagissent différemment à l'ocytocine selon qu'elles ont formé ou non un lien de couple. Chez les femelles non liées, l'ocytocine réduit le bruit dans le système de récompense, leur permettant d'apprendre à aimer l'odeur d'un partenaire potentiel. Chez les femelles qui se sont déjà liées à un partenaire, la molécule augmente le volume du système de récompense pour rendre le partenaire plus gratifiant, réduisant ainsi l'agressivité envers celui-ci.

Un phénomène similaire pourrait s'appliquer aux humains. Dans une étude réalisée en 2012, 30 hommes engagés dans une relation monogame ont maintenu une distance sociale légèrement plus grande avec une étrangère attirante lorsqu'ils ont reçu un spray intranasal d'ocytocine que lorsqu'ils ont reçu un placebo. L'effet n'a pas été observé dans un groupe similaire de 27 hommes célibataires.

La dépendance de l'ocytocine vis-à-vis du contexte peut compliquer les efforts visant à utiliser l'ocytocine pour traiter les troubles du spectre autistique. Certains thérapeutes utilisent déjà des sprays intranasaux d'ocytocine pour traiter les personnes autistes, en partant du principe que cela devrait améliorer leur réponse aux stimuli sociaux. Cependant, un vaste essai clinique n'a récemment révélé aucun effet démontrable.

Ce n'est pas surprenant, dit Young, car l'essai ne contrôlait pas le contexte dans lequel les patients recevaient les sprays. Si un enfant est victime d'intimidation à l'école, par exemple, le traitement proposé pourrait ne pas l'aider mais plutôt intensifier cette expérience négative, note-t-il. M. Young pense plutôt que toute thérapie à base d'ocytocine devrait être administrée avec précaution dans le cadre d'une séance de thérapie.

Les neuroscientifiques notent également que, même si l'ocytocine joue manifestement un rôle important dans la régulation des comportements sociaux tels que la formation de couples et les soins parentaux, elle n'en est pas le seul acteur. "Tomber amoureux est une expérience complète du cerveau et du corps", explique Kozorovitskiy. "Elle comporte des éléments sensoriels et des éléments cognitifs, et la mémoire est importante". L'ocytocine est-elle l'un des nombreux modulateurs qui interviennent dans tous ces changements ? Absolument. Mais peut-on tout mettre sur le dos de l'ocytocine ? C'est de toute évidence une simplification excessive."

Traduit et publié avec l'aimable autorisation de Knowable Magazine. L'article original est à retrouver ICI.

pastedGraphic.png

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !