L'histoire de Juno, la sonde de la Nasa qui arrive sur Jupiter après une odyssée de cinq ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
L'histoire de Juno, la sonde de la Nasa qui arrive sur Jupiter après une odyssée de cinq ans
©NASA / Domaine public

The final frontier...

L'histoire de Juno, la sonde de la Nasa qui arrive sur Jupiter après une odyssée de cinq ans

La sonde nous en apprendra plus sur les origines de la planète géante - si elle arrive à survivre aux radiations qu'elle aura à traverser.

Juno est une sonde lancée par la Nasa qui entrera, si tout va bien, en orbite de Jupiter dans la nuit du 4 au 5 juillet (heure européenne), pour y faire de nombreuses enquêtes scientifiques. Vers 4 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi, la sonde engagera ses moteurs pour ralentir assez fort pour pouvoir être happée dans l'orbite de Jupiter.

S'il y a un problème avec cette étape, Juno dépassera Jupiter à toute vitesse, et le milliard de dollars engagés dans la mission auront été gâchés, rapporte Scpace.com.

Si tout va bien, Juno sera en orbite de la géante gazeuse, et pourra activer ses neuf instruments de relevés, qui étudieront Jupiter en détail pendant les 3 prochains mois. La sonde observera Jupiter sous tous les angles pendant plus de 30 orbites, afin de recueillir des données qui pourront notamment nous éclairer sur les origines de Jupiter : comment, quand et où dans le système solaire la planète géante a été formée.

Juno terminera sa vie avec une plongée intentionnelle dans l'atmosphère de Jupiter en février 2018. Ce bond kamikaze est prévu pour éviter tout potentiel de contamination d'Europa, lune de Jupiter, avec des microbes terriens.

L'entrée de Juno dans l'orbite de Jupiter n'est pas rien : en effet, le champ magnétique de la planète géante est 20 000 fois plus puissant que celui de la Terre. Ce champ magnétique accélère la vitesse des électrons à presque la vitesse de la lumière. "Une fois que ces électrons touchent un appareil, ils font ricochet immédiatement et déploient de l'énergie, créant des photos et des particules secondaires, qui font des ricochets à leur tour. C'est comme une rafale de balles de radiation", explique Heidi Becker, directrice de l'équipe chargée de surveiller la radiation autour de Juno.

L'équipe de la Nasa a prévu plusieurs tactiques pour protéger Juno de ces radiations. Par exemple, la sonde aura une orbite extrêmement elliptique autour de Jupiter afin d'éviter le plus possible la ceinture de radiation.

De plus, Juno est dotée d'une "armure". L'ordinateur de Juno et la plupart des composants électroniques de ses senseurs sont placés au sein d'une carapace de titane massif, qui pèse 180 kilos et a une épaisseur d'1,75 centimètre.

Les experts de la Nasa pensent que ces précautions suffiront à protéger Juno de l'intense radiation, mais ils ne peuvent en être sûrs. "Jupiter a l'environnement de radiation le plus fort de toutes les planètes du système solaire, le plus intense, et on ne l'a pas encore exploré complètement—et il n'a jamais été exploré complètement à l'endroit où nous allons", explique Heidi Becker. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !