Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech

Nouvelles conditions d’utilisation WhatsApp

Faut-il accorder l’accès à ses contacts et partager ses données personnelles avec WhatsApp, Facebook messenger, Signal, Telegram et autres applis de messagerie ?

Des nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp entreront en vigueur le 8 février 2021. A cette date, si vous refusez de partager vos données avec Facebook, vous ne pourrez tout simplement plus utiliser le service. L'occasion de migrer vers une autre messagerie ?

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Anthony Poncier est Docteur en Histoire, membre du collectif Réenchanter Internet et expert en transformation digitale et en stratégies collaboratives. En cette qualité, il accompagne les entreprises dans la conception de leurs stratégies médias sociaux, ainsi que dans la création de leurs réseaux internes.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Jusque-là, WhatsApp permettait à ses utilisateurs de choisir s’ils désiraient ou non que leurs données soient partagées avec Facebook. Désormais ce partage va devenir obligatoire. Comment nos données transitent-elles entre les deux applications ? Qu’en font-ils ? 

Anthony Poncier : Il faut préciser que cela ne va pas concerner l'Europe car les habitants sont protégés par la RGDP et il est impossible de croiser les données. Cette question avait d'ailleurs été demandée à Facebook par la Commission Européenne lorsqu'ils avaient racheté WhatsApp. L'entreprise californienne s'était engagée à ne pas croiser les bases de données utilisateurs WhatsApp et Facebook. Cette nouvelle situation va clairement à l'encontre de ce qui avait été defendu face à de nombreuses commissions et à la loi anti-trust.

Cette nouvelle situation va faire "matcher" un nom avec un numéro de téléphone. Le numéro va donc aggrandir la base de données de Facebook de manière importante. Il y a aussi de nombreuses personnes qui ne sont pas sur Facebook mais sur WhatsApp. On est droit de se demander ce qu'il va se passer pour eux. Il faut savoir que lorsque l'on s'inscrit sur Facebook, le réseau propose de retrouver des personnes de son carnet de contacts en le téléchargeant et il y a déjà des profils fantomes qui apparaissent en tant que tel. Facebook prépare des profils avec des numéros et des noms qui ont été partagés.

Du point de de vue de la vie privée, c'est une mauvaise idée de partager son carnet d'adresses sur toutes ces plateformes sociales.

Qu’en est-il des autres grandes applications de messagerie ? leur donne t-on l’accès à nos contacts et données personnelles. Doit-on le faire ? 

Anthony Poncier : La situation entre Facebook et WhatsApp n'est pas le cas pour toutes les applications. Néanmoins, pour Messenger la question ne se pose pas étant donné que la plateforme est possédée par Facebook. Il y a d'ailleurs eu des accords avec Messenger pour partager les conversations des trafiquants avec la DEA (Drug Enforcement Administration), la brigade anti-stupéfiant américaine. Cela pose encore une fois la question de savoir si nos conversations sont réellement privées.

Une autre plateforme pose problème, c'est Telegram. Elle est bien connue en France car elle a été utilisée durant la campagne d'Emmanuel Macron, par LREM et ensuite par les ministres. Pourtant, toute personnes travaillant en sécurité informatique le sait bien, la seule façon pour être sûr que tout soit sécurisé est que le code source de l'application soit accessible. Ce n'est pas le cas pour Telegram, personne ne peut voir ce qu'il se passe. Telegram est d'origine russe, imaginons que celui qui a inventé l'application ait un deal avec le FSB alors toutes les conversations des ministres auraient pu être écoutées par les services russe. Si quelque part c'est un pot de miel créé par le FSB, ils disposeraient d'une back door vers toutes nos discussions.

Après cette décision de Whatsapp, Elon Musk a conseillé d’utiliser Signal. Est-ce un bon conseil? Y-a-t-il des messageries qui sont plus respectueuses de nos données privées ?

Anthony Poncier : Il n'y a pas qu'Elon Musk qui la conseille ! Edward Snowden aussi. Il annonce l'utiliser tous les jours et que si il est encore vivant c'est grâce à elle car elle crypte ses données et protège sa vie privée. La Commission Européenne en février 2020 a recommandé l'application de chat a l'ensemble de ses personnels pour travailler et discuter entre eux. Le serveur de Signal ne conserve que l'heure où on se connecte et où on se déconnecte, il ne garde pas les messages sur le serveur. Lorsque l'on perd son téléphone, on perd toutes ses conversations. C'est un WhatsApp light !

L'un des anciens fondateurs de WhatsApp fait parti des donateurs de Signal. Lui aussi veut que Signal continue à être indépendant et continue à être sans pub, sans revente des données à fonctionner totalement. Il y a même de nombreux guides pour que le transfert des groupes WhatsApp vers Signal se passent facilement.

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.