Et si votre médecin était un algorithme ? 3 innovations qui vont bouleverser la manière de vous soigner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Et si votre médecin était un algorithme ? 3 innovations qui vont bouleverser la manière de vous soigner
©Reuters

Quoi de neuf docteur

Et si votre médecin était un algorithme ? 3 innovations qui vont bouleverser la manière de vous soigner

L'innovation poussée par les entreprises spécialisées propose des innovations qui s'associent à votre médecin et vous offrent une médecine sur mesure.

Illumina, le séquençage du génome

Illumina, entreprise de biotechnologie basée à San Diego, est l’illustration même de la rapidité avec laquelle la science évolue. Spécialisée dans le séquençage ADN, la société californienne a développé une machine baptisée HiSeq X Ten capable de décrypter les 3,2 millards de paires de bases constituant notre génome en seulement 72 heures. En 2000, le premier séquençage du génome humain avait duré dix ans et coûté près de 3 millards de dollars. Illumina le propose aujourd’hui pour 1000 dollars. Et le séquenceur HiSeq X Ten, vendu 1 million de dollar, fait l’objet d’une demande croissante de la part des hôpitaux, centres de recherche, laboratoires d’analyse ou des universités.

Mais au delà des performances et perspectives économiques que l’entreprise offre, cette révolution pourrait bien nous toucher directement au quotidien. C’est en tout cas ce qu’entend Jay Flatley, le dirigeant d’Illumina. D’après lui, un séquençage ADN complet du génome du patient permettrait de connaître en détail les pathologies dont il peut souffrir, de trouver les bonnes molécules pour les soigner, voire d’anticiper les risques de maladies. Du domaine de l’agriculture à celui de la recherche en passant par la police criminelle, cette technologie pourrait faire des miracles : accélération de la sélection des variétés, portraits-robots… Plus encore, en véritable expansion, l’économie du séquençage et des tests devrait voir arriver d’ici quelques années la généralisation d’objets connectés au service de la santé. Ainsi pourra-t-on un jour analyser son génome ou faire un tas d’autres test depuis sa montre connectée.

L’impression 3D au service de votre santé

L’imprimante 3D est capable de tout. Si elle peut créer des armes, elle peut aussi se placer au service de la médecine et permettre aux spécialistes de fabriquer toute sorte de prothèses. De plus en plus utilisée, la technologie d’impression en trois dimensions permet de concevoir des maquettes qui servent aux étudiants de médecine à s’entrainer ou à planifier les interventions chirurgicales. Mais la véritable prouesse réside dans la fait que les objets 3D peuvent également venir remplacer des organes défaillants ou manquants. Ainsi a-t-on vu se développer ces dernières années des greffes de prothèses ou implants purement artificiels et crées à partir d’imprimantes 3D. Des oreilles au crâne, sans oublier les dents et les os de tout type, les objets imprimés semblent présenter tous les avantages : réalisés sur mesure, plus précis, de meilleure qualité et facilement réalisables.

Les technologies d’imagerie en trois dimensions présentes habituellement dans les services médicaux tels que les scanners, IRM ou échographies, servent à modéliser l’objet numériquement à partir de la morphologie exacte du patient. Grâce à une précision inégalable, ces prothèses peuvent alors être «imprimées» dans les matériaux les adaptés (alliages de titane, plastique, collagène…). Une équipe dirigée par le Professeur Bayley, de l’université d’Oxford, est même parvenue à réaliser une impression de tissus biologiques synthétiques visant à remplacer les tissus vivants. Si cette technologie semble révolutionner le monde de la médecine, elle s’avère également être très lucrative pour les nombreux laboratoires qui se développent autour d’elle. En effet, les chirurgiens n’ayant pas le droit d’implanter des prothèses 3D conçues dans leurs services, ils doivent faire appel à des prestataires externes. On peut alors imaginer les perspectives considérables que le seul marché de la prothèse dentaire pourrait par exemple représenter pour ces laboratoires. Une fois l’investissement - considérable - en imprimantes amorti, le production peut se faire à la chaîne. 

 

Les objets connectés

Leur commercialisation a déjà commencée et devrait être prometteuse. On peut en effet déjà suivre son poids, son rythme cardiaque ou encore son sommeil par l’intermédiaire d’une balance, d’une montre ou d’un simple bracelet électronique connectés à une application smartphone. On peut également se doter de lunettes connectées ou même suivre son activité sportive grâce à de petits capteurs placés dans la semelle de nos chaussures ou encore dans notre montre. Mais les entreprises vont plus loin et nous proposent des technologies au service de notre santé toujours plus performants. Désormais le téléphone mobile alcootest est une réalité, tout comme la bosse à dents connectées qui apprend aux enfants les bons gestes pour se brosser les dents, ou même la fourchette connectée qui veille au bon suivi de votre régime. De l’analyseur et purificateur d’air aux textiles régulant la chaleur et l’humidité, la technologie connectée n’a pas de limites. En témoignent les lentilles intelligentes pour diabétiques que Google est en train de développer avec le groupe pharmaceutique Novartis et qui pourront calculer le taux de glycémie présent en temps réel dans le sang. 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !