Et si on avait retrouvé le légendaire lieu de naissance du roi Arthur ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Et si on avait retrouvé le légendaire lieu de naissance du roi Arthur ?
©Capture d'écran

Excalibur

Et si on avait retrouvé le légendaire lieu de naissance du roi Arthur ?

La découverte d'un palais du 5ème ou 6ème siècle relance la controverse sur la réalité historique de la légende arthurienne.

Le roi Arthur est un personnage de légende qui fait rêver. Au 5ème et 6ème siècles de notre ère, il aurait défendu la Grande-Bretagne des envahisseurs saxons. Comme le signale l'historien N.J. Hingham, on ne sait même pas s'il a vraiment existé. La première histoire écrite conséquente qu'on ait de lui date de 1138, où fut écrite l'Historia Regnum Britanniae de l'historien Geoffrey de Monmouth. Même ses contemporains étaient sceptiques, comme le signale le Smithsonian magazine.

Et pourtant… Une découverte récente ajoute de la crédibilité à la légende : des archéologues ont découvert un grand palais, précisément là où Arthur serait né selon Monmouth, dans la péninsule de Tintagel dans les Cornouailles, rapporte David Keys de The Independent. Selon la légende, c'est là qu'Arthur a été conçu. Il est le fruit d'une union illicite entre un roi britannique et la belle épouse d'un seigneur local. Le palais daterait des 5ème et 6ème siècles, donc la chronologie colle.

La découverte est d'ailleurs importante indépendamment de son lien avec la légende arthurienne. C'est le premier complexe important de bâtiments du 5ème ou du 6ème siècle qui a été trouvé. Le complexe comprend des murs d'un mètre en maçonnerie, des escaliers, et des grandes salles en pierre de lauze et en ardoise. Les dizaines de fragments de poterie et de verre découverts sur place montrent que les habitants de ce complexe consommaient du vin de (ce qu'on appelle aujourd'hui la) Turquie, et de l'huile d'olive de Grèce et de la côte nord de la Méditerranée, et avaient de la belle vaisselle.

Ce palais était le centre d'un grand complexe de plusieurs dizaines de bâtiments, qui recouvraient presque tout le promontoire de Tintagel. Y vivaient sans doute des soldats, des artisans et d'autres féodaux qui servaient le dirigeant local, sans doute le roi de Domnonée, un domaine comprenant le Devon et une partie des Cornouailles. Le complexe a sans doute été construit au 5ème ou au 6ème siècle et semble avoir périclité à partir du 7ème siècle. S'il n'y a aucune trace de destruction brutale, la Grande-Bretagne a été dévastée à la deuxième moitié du 6ème siècle et au début du 7ème par une pandémie de peste, la Peste de Justinien qui a tué des millions de personnes dans le monde méditerranéen et est un ancêtre de la fameuse Peste noire. Il semble donc fort possible que le complexe ait décliné à cause de la peste et pas pour des raisons politiques ou militaires.

Et le roi Arthur dans tout ça ? Pour Graham Phillips, auteur du Tombeau perdu du roi Arthur, interrogé par le Telegraph, la découverte "montre qu'il pourrait vraiment y avoir une base de vérité derrière les plus anciennes histoires de la naissance du roi Arthur à Tintagel." A minima, selon lui, "cela veut dire que la légende sur la naissance d'Arthur n'est pas si fantaisiste et mérite qu'on se penche dessus à nouveau. [Cette découverte] va créer de nouvelles pistes d'enquêtes pour les historiens." 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !