Et Fabien Roussel (communiste) s’afficha avec son poulet (communiste également ?) ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Photo publiée sur le compte Twitter de Fabien Roussel
Photo publiée sur le compte Twitter de Fabien Roussel
©

Nos amies les bêtes

Et Fabien Roussel (communiste) s’afficha avec son poulet (communiste également ?) !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Nous avons en France 30 millions d’amis. Des chats, des chiens, des lapins nains, des canaris, des hamsters… Nous les aimons et ils nous le rendent bien. 

Dans cette charmante galaxie c’est le chat qui l’emporte : soyeux, doux et câlin. Fabien Roussel, le numéro un du PC, a décidé de faire preuve d’originalité dans ce domaine. 

On le voit sur une photographie gentiment poser au-dessus de son poulet, sans doute pour lui donner des grains de la meilleure qualité. Le poulet de Roussel est certainement prolétarien. Et il symbolise à merveille tous les autres représentants de ces volatiles que les capitalistes font rôtir dans d’atroces souffrances. 

Ce poulet si bien assorti à Roussel peut rapporter des voix car la cause animale est de nos jours très tendance. Le numéro un du PC a été précédé dans cette course aux suffrages par Marine Le Pen. La patronne du Rassemblement National a posé avec ses chats. Du côté de l’extrême droite ce gentil animal de compagnie a toujours plu : Céline, Léautaud et d’autres écrivains vichyssois en avaient. 

A l’autre bout du spectre politique, il y a Mélenchon. Il s’est défini lui-même comme « un punk à chat ». D’habitude, on parle des punks a chiens. 

Mais un chien peut devenir méchant et mordre tandis qu’un chat … C’est pourquoi Mélenchon a été sage et prudent avec son « un punk à chat ». Les petits félins qui lui tiennent compagnie s’appellent peut-être Chavez ou Maduro. 

Mais la campagne électorale ne fait que commencer. Ce sera bientôt le tour de Macron d’y entrer. On le verra donc à la « Une » de Paris Match avec Nemo. Sans vouloir désobliger son épouse Brigitte, un labrador ça peut rapporter plus de voix qu’une femme aussi charmante soit-elle. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !