En 2013, l'ampoule à filament tire sa révérence : la fin de 140 ans d'une histoire de la lumière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Trop énergivores, les ampoules à filament ont progressivement été remplacées.
Trop énergivores, les ampoules à filament ont progressivement été remplacées.
©Reuters

Extinction des feux

En 2013, l'ampoule à filament tire sa révérence : la fin de 140 ans d'une histoire de la lumière

Le 31 décembre 2012 a marqué la fin de la commercialisation des derniers exemplaires d'ampoules à filament en Europe. Trop énergivores, elles ont progressivement été remplacées ces dernières années par des ampoules plus vertes : fluocompactes, halogènes ou encore LED.

Bertrand  Wolff

Bertrand Wolff

Bertrand Wolff est professeur agrégé de sciences physiques et diplômé de l'ENS. Il a notamment travaillé sur l'histoire de l’électricité et sur les utilisations pédagogiques de l'histoire des sciences.

Il est l'auteur de "De la création d’un site scientifique à son exploitation pédagogique : Ampère et l’histoire de l’électricité" (Revue Atala, Rennes 2007) et de "Quelques questions encore posées aujourd’hui par l’histoire de l’électrostatique" (Actes de la 7ème conférence de la Société Française d’Électrostatique, 2010).

Voir la bio »

Au moment où prend effet l'arrêt de mort de l'ampoule à incandescence après tant d'années de service, une petite oraison funèbre s'impose. 

Une naissance difficile

Dès 1800, après l'invention de la pile par Volta, on constate qu'un fil métallique reliant les deux bornes d'une pile suffisamment puissante s'échauffe et peut devenir incandescent.

Dans les années 1840 des tentatives sont menées pour utiliser cette incandescence comme source de lumière. Mais si les métaux usuels rougissent lorsqu'ils s'échauffent, ils fondent ou brûlent avant d'être "chauffés à blanc". On se tourne vers des conducteurs non métalliques, comme le carbone, de température de fusion très élevée. Mais le charbon brûle à l'air ! Pour limiter sa combustion, on le place à l'intérieur d'un globe dans lequel on a fait un vide le plus poussé possible. Cependant il est difficile de produire des fils de charbon et en outre le vide créé par les pompes demeure insuffisant.

Au milieu des années 1860 apparaissent des pompes plus performantes. Le chimiste Joseph Swan en Angleterre et Thomas Edison aux Etats-Unis mettent au point chacun de leur côté de nouveaux procédés pour obtenir des filaments de carbone à la fois fins, souples et durables. A partir de 1879, immédiatement suivis par plusieurs concurrents, ils parviennent à mettre au point des lampes dont la durée de vie atteint quelques centaines d'heures.

L'ampoule à incandescence, baguette magique de la "fée électricité"

En 1879 est créée une grande revue française d'électricité La lumière électrique. Son titre est significatif : c'est l'éclairage, plus que toute autre application, qui a lancé le mouvement d'électrification générale de la société. Le développement de l'éclairage à incandescence est en effet indissociable de celui d'un système électrique complet. Dans les années 1880 les constructeurs proposent de tels systèmes, de la machine à vapeur ou du moteur à gaz qui actionnent les dynamos jusqu'aux lampes, en passant par le système de distribution.

Mais c'est seulement au XXe siècle, avec le développement des grands réseaux de transport et de distribution de l'électricité, que l'éclairage électrique remporte, dans les lieux publics comme chez les particuliers, la longue bataille qui l'oppose à l'éclairage au gaz.

Entre temps on a réussi à obtenir une lumière plus intense et plus blanche, en élevant la température du filament. Pour cela on revient au filament métallique, avec des métaux à très haut point de fusion, et on remplace le vide par une atmosphère inerte. Au début du XXe siècle apparaît le filament de tungstène, et une dizaine d'années plus tard sont commercialisées les premières lampes à atmosphère inerte. Leur règne va durer un siècle.

[Pour en savoir plus sur l'avènement de l'éclairage à incandescence on pourra consulter la page la dynamo et la lumière électrique sur le site CNRS "Ampère et l'histoire de l'électricité"]

Détrônée pourquoi ? Par qui ?

L'ampoule à filament a un grave défaut : elle transforme en lumière moins de 5% de l'énergie électrique consommée. Le reste est transformé en chaleur. Les tubes luminescents ont au contraire un excellent rendement énergétique. Ils utilisent les effets lumineux des décharges électriques dans les gaz raréfiés. Ces effets sont connus de longue date comme le montre cette vidéo mais les perfectionnements techniques menant aux modèles "fluo-compacts" actuels sont récents. Enfin les diodes électroluminescentes, qui utilisent le phénomène d'émission de lumière par des semi-conducteurs, ont un rendement encore plus élevé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !