Cars 2 : Chérie, j'ai rétréci avec les gosses ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Cars 2 : Chérie, j'ai rétréci 
avec les gosses !
©

Pixar, vous avez dit Pixar ?

Cars 2 : Chérie, j'ai rétréci avec les gosses !

Le dernier dessin animé du studio Pixar, Cars 2, sort en salles ce mercredi. Connaîtra-t-il le même succès que le premier épisode, monté en 2006 sur le podium du box-office américain ? Il illustre en tout cas les atouts et limites des dessins animés d'aujourd'hui qui plaisent à la fois aux petits et aux grands.

Sébastien Banse

Sébastien Banse

Sébastien Banse est journaliste pour un hebdomadaire d'information locale en Seine-Saint-Denis.

Il écrit aussi pour le supplément culturel d'un quotidien.

Voir la bio »

Depuis le succès de Toy Story en 1995, l’engouement de masse pour les images de synthèse ne s’est pas démenti. Un tel succès n’a été possible qu’en attirant un large public à la fois parmi les plus jeunes et parmi leurs aînés. Le cinéma d’animation, que l’on a pu considérer comme un cinéma pour la jeunesse, reçoit ainsi désormais les commentaires du cinéphile et les honneurs de l’Académie. Si les derniers films des studios Pixar ou ses concurrents séduisent les enfants et les adultes, c’est que les premiers y découvrent le prototype de la trame hollywoodienne tandis que les seconds s’amusent de sa contrefaçon burlesque.

L'exemple du "Monde de Némo"

Le Monde de Némo, par exemple, peut être vu au premier degré comme un récit d’initiation classique, mais c’est aussi un excellent prétexte pour passer en revue, au deuxième degré, les clichés du film d’aventure et pour multiplier les pastiches (les Oiseaux,Shining...). Le casting est référentiel : Paul Newman, en prêtant sa voix dans Cars à une ancienne voiture de course devenue le mentor d’un jeune bolide, évoque son rôle dans la Couleur de l’Argent. Le pastiche peut même devenir auto-référentiel: à la fin de Cars, les protagonistes vont au drive-in regarder des films de Pixar dans des versions entièrement automobiles : « Toy car story », « Monster Trucks »...

Le film d’animation apparaît donc comme un film et sa parodie déjà prête, simultanée. Les effets les plus spectaculaires obtenus par la technologie de synthèse et la fréquence des séquences « d’action » distrairont souvent jusqu’au spectateur le moins attentif. Le spécialiste, de son côté, se fera reconnaître au nombre de visionnages nécessaires pour épuiser les références.

Les dessins animés à la Pixar : moins inventifs que Tex Avery...

Le regret que l’on peut conserver à l’égard des images générées par ordinateur, comme François Niney le soulignait dans L’épreuve du réel à l’écran, c’est qu’elles n’aient pas étendu les possibilités du langage cinématographique : "Les conventions du récit hollywoodien standard ont imposé leurs canons bien-pensants, bien rodés et étriqués aux virtualités innovantes d’une machine capable de bien autre chose. Le créativité n’est pas qu’une question de « libération » technique. Sans être réactionnaire, on peut continuer à trouver Tex Avery plus inventif que Toy Story".

... mais adaptés au nouveaux modes de production du cinéma

Dans le numéro de juillet du magazine Harper’s, David Thompson, entre autres réflexions, évoquait le nouveau mode de production (et de consommation) du cinéma et regrettait que les plus jeunes d’entre les spectateurs n’aient pas eu la chance de pouvoir goûter, avant qu’il ne soit dissipé par la technologie, au frisson profond et intense que suscitait l’écran immense, dans la salle obscure, le jour de la sortie d’un chef d’oeuvre inconnu :  "Je ne suis pas sûr que la jeune génération de spectateurs (ils se réveillent devant un écran ; il est encore allumé lorsqu’ils s’endorment) soit réellement en mesure de se plonger aussi profondément dans une histoire. Ils restent plus attachés à l’écran qu’à la susbstance". Et d’ajouter : "De plus en plus, on peut dire la même chose de leurs aînés".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !