Brexit : les promesses de la révolte sont toujours là | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un homme brandit à la fois un drapeau du Royaume-Uni et un drapeau européen devant le Parlement britannique lors d'une manifestation dans le centre de Londres, le 28 juin 2016.
Un homme brandit à la fois un drapeau du Royaume-Uni et un drapeau européen devant le Parlement britannique lors d'une manifestation dans le centre de Londres, le 28 juin 2016.
©JUSTIN TALLIS / AFP

Cinq ans après 

Brexit : les promesses de la révolte sont toujours là

Cinq ans plus tard, la promesse du Brexit est toujours au rendez-vous.

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill est rédacteur en chef du magazine Spiked, et chroniqueur pour Big Issue et The Australian.

Voir la bio »

C'était il y a cinq ans aujourd'hui. Des millions de Britanniques se sont rendus dans les bureaux de vote pour répondre à une question simple : devons-nous rester dans l'Union européenne ou la quitter ? Tout le monde s'attendait à ce que la réponse soit "restons". Les Britanniques ne seraient sûrement pas assez téméraires pour arracher leur nation à l'institution mondiale la plus belle, la plus juste et la plus pacifique de l'après-guerre, c'est ainsi que les Remainers parlaient de l'UE. Pourtant, comme le monde le sait maintenant, et comme l'histoire doit l'enregistrer, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Au mépris de la quasi-totalité de l'élite, et face à une campagne de peur implacable et bien huilée qui affirmait que quitter l'UE propulserait le Royaume-Uni vers un avenir sombre fait de pénuries alimentaires, de pénurie de médicaments et probablement de fascisme, les électeurs ont dit : "Vous savez quoi ? Partons".

Nous savons tous ce qui s'est passé ensuite. Le visage cendré de David Dimbleby annonçant solennellement la décision bouleversante du peuple britannique. Les politiciens se sont mis à pleurer. Les commentateurs sont restés bouche bée. Puis vint la demande d'un second référendum pour corriger l'idiotie destructrice des masses peu éduquées. Il y a eu des marches, des marches de colère, au cours desquelles des milliers de personnes de la classe moyenne se sont rendues à Westminster sous des bannières appelant à un "vote du peuple", ce qui était positivement orwellien étant donné que le but de ces rassemblements d'influenceurs en colère était de détruire le vote du peuple. Il y a eu le Remainer Parliament, dans lequel les députés se sont consacrés sans vergogne à contrecarrer les souhaits de leurs électeurs. Il y a eu les compromis de Theresa May, la vindicte de l'UE, et tout le reste. Tout cela n'a pas cessé, la crise la plus bruyante des temps modernes, un effondrement politique d'une ampleur sans précédent.

Pour ceux d'entre nous qui ont voté pour le Brexit - et qui le feraient encore et encore - la réponse de l'establishment était la preuve de notre justesse. Leur rage amère contre les masses supposées mal informées et xénophobes a confirmé notre soupçon qu'ils ne nous prennent pas au sérieux en tant que citoyens. Les machinations machiavéliques de l'UE - son exploitation cynique des préoccupations irlandaises pour tenter d'affaiblir le Brexit, son traitement de la Grande-Bretagne comme une colonie rebelle osant remettre en question les droits de l'empire - ont prouvé la vertu de notre révolte des urnes contre cette oligarchie néolibérale et distante. Et la décision des travaillistes et de la gauche au sens large de se ranger du côté de l'UE contre le peuple britannique, d'enfiler leur maquillage bleu et d'agiter leurs drapeaux en plastique en exigeant que la foule ignorante soit obligée de voter à nouveau, a attesté de la conviction de millions de personnes que ceux qui prétendent parler au nom des classes ouvrières nourrissent en réalité un mépris bouillonnant pour ces dernières.

C'est la beauté des retombées de notre vote : leur fureur a renforcé notre engagement envers le projet progressiste et démocratique de quitter l'UE. Face à la manifestation de colère de l'establishment la plus déséquilibrée dont chacun d'entre nous puisse se souvenir, l'électorat est resté fidèle à ses convictions et a réaffirmé ses croyances chaque fois que les isoloirs ont été ouverts. Lors des élections générales de 2017, où plus de 80 % d'entre nous ont voté pour des partis qui promettaient alors de respecter le résultat du référendum (les Tories et le Labour). Lors des élections européennes de 2019, lorsque le parti du Brexit est arrivé en tête. Et bien sûr, lors des élections générales de 2019, où le parti qui promettait de " faire le Brexit " (les Tories) a remporté une victoire historique, tandis que le parti qui a poignardé ses électeurs de la classe ouvrière dans le dos et s'est aligné sur le cri néolibéral pour un second vote (le Labour) a reçu sa pire raclée depuis les années 1930. La fermeté de l'engagement du peuple britannique envers le Leave, et envers la démocratie, a été tout à fait inspirante.

Voici ce qui est curieux dans ces cinq dernières années. À maintes reprises, le peuple a exprimé clairement sa conviction que le Brexit serait une étape positive pour le Royaume-Uni, et pourtant le récit autour du Brexit, le rendu politique et médiatique de celui-ci, était entièrement négatif. Il y a eu une déconnexion stupéfiante entre la confiance pro-Brexit d'une grande partie de l'électorat et la description hystérique quotidienne du Brexit comme un désastre total, un cauchemar démagogique, un nazisme avec un nouveau visage. On n'aurait pas pu demander une meilleure illustration du gouffre qui sépare désormais la vision des gens ordinaires de celle de la classe politique. Aujourd'hui, à l'occasion du cinquième anniversaire de cette brillante révolte, il est certainement temps de reprendre la main sur le récit aux mains des prophètes de malheur antidémocratiques qui ont plus que leur mot à dire, et de faire valoir un point très simple : le Brexit est la meilleure chose qui soit arrivée à la politique britannique et européenne depuis l'après-guerre.

Plus de grimaces de frustration quand les élites disent que le Brexit est un cauchemar. Plus de déclarations d'excuses du genre "ça va aller, je te le promets". Plus de traitement du Brexit comme une tâche technique que nous pouvons "faire" si nous nous y mettons - je vous regarde, Boris et Cie. Non, le Brexit doit enfin être replacé dans son contexte historique légitime. Cette révolte contre Bruxelles et Westminster, ce soulèvement pacifique contre les élites politiques, culturelles et économiques qui nous ont tous mis en garde contre la technocratie, est comparable à la lutte des Levellers pour le droit de vote des hommes, à la lutte des Chartistes pour une voix de la classe ouvrière en politique, à la marche de St Peter's Field pour l'émancipation des travailleurs et à la bataille des Suffragettes pour le droit de vote des femmes. À l'instar de ces avancées de l'imagination démocratique, la révolte du Brexit était une affirmation du droit des citoyens à jouer un rôle plus important dans la détermination du destin de la nation et de leur propre vie.

Ce n'était pas un vote raciste. Ce n'était pas un vote contre les étrangers. Ce n'était pas le cri désespéré des "laissés pour compte", implorant les Londoniens de la classe moyenne d'écouter pour changer. C'était un vote pour élargir la vie démocratique de la nation. C'était un vote pour arracher le contrôle à des bureaucrates non élus et le rendre à ceux sur lesquels nous, le peuple, avons une forme plus directe de contrôle démocratique. Ce vote s'inscrivait dans le droit fil du cri de John Lilburne, le grand niveleur de la guerre civile anglaise : "Il est contre nature, irrationnel, pécheur, méchant, injuste, diabolique et tyrannique qu'un homme quel qu'il soit - spirituel ou temporel, ecclésiastique ou laïc - s'approprie et s'arroge le pouvoir, l'autorité et la juridiction de diriger, gouverner ou régner sur toute sorte d'hommes dans le monde sans leur libre consentement". C'est ce que nous avons dit, nous les Brexiteers, à notre manière. Vous ne pouvez pas faire nos lois ou contrôler nos destins sans notre consentement - c'était le sens de "Reprendre le contrôle".

C'est pourquoi le référendum européen continue de jeter une ombre sur toutes les facettes de la politique au Royaume-Uni. C'est pourquoi nous nous définissons toujours par les termes "Leave" et "Remain". C'est pourquoi on parlera un jour de votre position lors de ce référendum de 2016 de la même manière que l'on vous demande quelle aurait été votre position lors de la bataille de Marston Moor, l'affrontement de 1644 entre parlementaires et royalistes. Parce que ce n'était pas seulement un vote sur une question technique. C'était une réorganisation complète de la vie politique britannique. Ce sont les gens ordinaires qui ont exigé la réorganisation du débat politique autour des questions de souveraineté, de démocratie et de pouvoir. C'était le peuple qui injectait dans le domaine distant et sclérosé de la politique la question sérieuse de l'autorité et de son origine. Nous ne devrions pas hésiter à diviser la politique en deux camps, celui des partisans et celui des conservateurs, en fonction de votre position sur la nation, les frontières, la souveraineté et le pouvoir. Nous ne devrions pas considérer ces camps comme des "identités", des "tribus". Nous devrions saluer la clarté historique que la guerre civile, heureusement sans effusion de sang, entre le peuple et les élites au cours des cinq dernières années a introduite dans la vie publique. Je serai un Leaver pour toujours.

Le Brexit a-t-il été correctement mis en œuvre ? Bien sûr que non. Regardez le désordre du protocole de l'Irlande du Nord. L'introduction du confinement quelques semaines seulement après que nous ayons célébré notre sortie officielle de l'Union européenne le 31 janvier 2020 suggère-t-elle que le "contrôle" - de la politique, de nos vies, de notre avenir - reste insaisissable ? Sans aucun doute. Le Brexit est-il une révolte inachevée ? Sans aucun doute. Nous sommes toujours dirigés par des élites politiques hostiles à l'esprit populiste et attirées, inexorablement, par la main morte de la gouvernance technocratique. Et pourtant, malgré tout cela, le Brexit reste une grande et émouvante réussite. Se laisser abattre par le chemin rocailleux de la politique post-Brexit serait risquer de s'aligner sur les rabat-joie anti-démocratiques qui accusent le peuple d'avoir donné naissance à une nouvelle ère dangereuse. C'est la magnifique promesse du Brexit que nous devons mettre en avant, et sur laquelle nous devons nous appuyer, si nous voulons nous assurer que la lutte séculaire pour une véritable culture du pouvoir populaire finisse par porter ses fruits.

Cet article a été initialement publié sur le site de Spiked : cliquez ICI

À Lire Aussi

Brexit : et si les électeurs britanniques avaient obtenu une bonne partie de ce qu’ils souhaitaient ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !