BCE : Christine Lagarde sort un bazooka aux contours imprécis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Christine Lagarde tient une conférence de presse sur la politique monétaire de la zone euro après la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, le 21 juillet 2022
Christine Lagarde tient une conférence de presse sur la politique monétaire de la zone euro après la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, le 21 juillet 2022
©DANIEL ROLAND / AFP

Embarras

BCE : Christine Lagarde sort un bazooka aux contours imprécis

Ce 21 juillet, la BCE a profondément changé, peut-être en entrant plus sous l’influence allemande. En effet, elle annonce une augmentation surprise de son taux à court terme à 0,5%, alors qu’elle avait annoncé à Amsterdam, il y a un mois, que sa prochaine hausse serait de 0,25%.

UE Bruxelles AFP

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio »

Mais la surprise n’est pas seulement que la BCE augmente ses taux deux fois plus vite que prévu, mais qu’elle entend continuer et surtout se départir de sa logique d’annonces de ses actions futures : le pilotage de ses anticipations, la fameuse forward guidance. Pour expliquer cet important changement, Ch. Lagarde reprend les arguments traditionnels notamment une inflation plus forte, répandue et  durable que prévu. Il fallait donc agir plus rigoureusement, mais la différence est que Ch. Lagarde annonce, au détour d’une phrase, qu’elle abandonne la forward guidance pour coller aux chiffres, mois après mois. C’est en cela que nous sommes plus dans une logique allemande, celle de la Buba puis celle de JC Trichet, qui répétaient : « we do not precommit », autrement dit, nous ne nous engageons pas pour la séance qui suit. Il ne s’agit pas d’être perçus comme étant « dans les mains des marchés financiers », en les mettant dans la confidence de ce que l’on fera. Donc augmenter les taux plus que prévu en même temps qu’abandonner la forward guidance paraît un tournant dans la politique monétaire européenne qui devient ainsi plus germanique.

Pour ceux qui attendaient un Bazooka, autrement dit un outil nouveau de la BCE pour éviter « la fragmentation », autrement dit pour réduire des écarts de taux longs trop importants pour les pays fragiles (Italie pourquoi pas), ils seront déçus. De fait, un outil nouveau est annoncé : le TPI (Transmission, Protection, Instrument). Il sera rangé à côté du PEEP et de l’OMT, outils classiques de gestion des taux longs, et prévu sans taille maximum. Il n’y a donc pas à s’inquiéter d’une taille trop faible, mais c’est là que s’arrête les bonnes nouvelles. En effet, cet outil est ouvert à tous les pays membres, donc il pourrait être énorme… sous la condition que ces pays répondent à 4 critères : ne pas être sous le coup d’une mesure de sanction pour dépassement excessif de déficit, ne pas souffrir de déséquilibres structurels importants, suivre une trajectoire de dette publique soutenable, enfin mener des politiques macroéconomiques saines et soutenables !

À Lire Aussi

La BCE est-elle prête à sortir le "bazooka" ?

Évidemment, aucun nom n’est cité, mais on imagine que l’Italie aura des difficultés à satisfaire à ces conditions, surtout aujourd’hui, et l’on ne sait pas ce qu’il en sera de la France. Ch. Lagarde indique, au détour d’une phrase, qu’à côté de ces critères, qui seront tous précisés, il en existe d’autres plus politiques et internes qui ne seront pas diffusés. Elle ajoute que tout le monde comprendra les raisons de ce choix…sauf qu’il laisse place à tous les rapports de force que l’on voudra !

Au total, on ne peut éviter de penser qu’il s’agit là d’un échange de (bons ?) procédés entre l’acceptation d’une hausse des taux courts plus haute que prévue et l’abandon de la forward guidance contre ce Bazooka a priori généreux, mais aussi exigeant et plus politique.

On peut donc comprendre l’embarras de Ch. Lagarde pour expliquer ces revirements et ces changements d’analyse… et de rapports de force, le lendemain du départ de Mr Draghi. Jamais le mot Italie, ni le nom de Draghi, n’ont été prononcés par elle, mais ils étaient dans tous les esprits. En réalité, une page s’est tournée dans la politique monétaire de la BCE et plus tôt nous en serons convaincus, notamment en France, mieux cela vaudra. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !