A la découverte de “Heroes of the Storm” | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
A la découverte de “Heroes of the Storm”
©

Atlantico Games

A la découverte de “Heroes of the Storm”

Le Blizzard nouveau est (presque) arrivé ! Voici nos première impressions sur le prochain jeu de Blizzard Entertainment : Heroes of the Storm.

Greg Jacomet

Greg Jacomet

Greg Jacomet, 24 ans, est éditeur du magazine Parisian Gentleman, éditorialiste pour le magazine "The Rake" et un expert aujourd’hui très réputé en matière de parfumerie, notamment masculine. 
 
Il est également un grand spécialiste du monde des jeux vidéo et l’animateur de la rubrique "Atlantico Games" consacrée à l’actualité internationale du secteur.
Voir la bio »

L'arrivée d'un nouveau jeu issu de chez Blizzard (World of Warcraft, Starcraft, Hearthstone)  constitue toujours une perspective réjouissante. La vénérable institution Californienne jouit en effet d'une côte d'amour sans égal auprès des joueurs, et pour cause : peu de studios peuvent se targuer de posséder un catalogue aussi fourni en titres plébiscités par la presse et les joueurs du monde entier.

Avec Heroes of the Storm, Blizzard fait cette fois son entrée dans le monde extrêmement compétitif (et immensément populaire) du MOBA : « Multiplay Online Battle Arena ».

Le MOBA, pour les néophytes, est une sous-catégorie du jeu de stratégie en équipe se jouant à 5 contre 5.

Chaque joueur choisit son "champion", parmi une liste généralement bien fournie, qui sera son personnage pour la partie. L'objectif est de détruire un bâtiment localisé dans la base adverse, avant que  l'équipe adverse n'en fasse autant. Pour ce faire, chaque équipe est assistée de plusieurs colonnes de "creeps", des monstres contrôlés par l'ordinateur, qui apparaissent à l'infini, et qui se jettent sans relâche sur les bâtiment ennemis.

Un concept simple, mais qui a largement fait ses preuves et quelle preuves : le marché du MOBA compte aujourd'hui des dizaines de millions de joueurs passionnés, des joueurs professionnels sont salariés et sponsorisés, et ses tournois peuvent rapporter à l'équipe gagnante des millions de dollars (voir à ce sujet notre article sur l'Esport, publié dans ces mêmes colonnes).

Heroes of the Storm est probablement l'un des jeux les plus attendus dans la catégorie. Mais que fait-il, exactement, pour se différencier de la concurrence ?

Un jeu accessible aux néophytes

La principale critique faite par les néophytes au MOBA est la grande difficulté d'accès au genre pour le joueur débutant. En effet, la plupart des MOBAs requièrent du nouveau-venu un investissement en temps considérable, tant il y a de paramètres et de subtilités à prendre en compte.

Heroes of the Storm (HotS) s'affranchit d'une grande partie des mécaniques les plus chronophages à appréhender, pour se concentrer sur l'essentiel : le combat et les objectifs.

Ainsi, il n'est pas nécessaire de se préoccuper d'acheter des objets, ni même d'apprendre à last hit. Toute l'équipe monte de niveau en même temps, et il ne vous est demandé de choisir une compétence ou un talent supplémentaire que tous les 3 niveaux. En outre, chaque personnage débute la partie avec toutes ses compétences débloquées, à l'exception de sa dernière (l'ultimate) qui n'arrive qu'au niveau 10.

L'importance des objectifs

Là où les MOBAs les plus populaires du moment ne se concentrent que sur une seule et unique carte, HotS en propose (pour l'instant) une demi-douzaine, chacune comprenant des objectifs qui lui sont propres. Ainsi, si une carte vous demande de réunir des doublons pour payer un vaisseau pirate qui bombardera la base adverse, une autre vous proposera de réunir suffisamment de graines pour faire pousser dans votre base une abominable plante géante, que vous pourrez contrôler librement.

Un concept plaisant, qui permet de renouveler les plaisirs, et qui apporte au jeu un dynamisme non négligeable. Des combats se forment ainsi spontanément autour des objectifs, pour des parties courtes et sans temps morts.

L'importance du jeu en équipe

Si les MOBAs sont tous, par nature, des jeux d'équipe, HotS pousse le bouchon un cran plus loin : il est en effet pratiquement impossible pour un joueur seul de complètement dominer l'équipe adverse et le travail d'équipe doit primer. Le jeu est même bâti autour de cette idée.

Ainsi, il vous sera extrêmement difficile d'accomplir un objectif principal ou secondaire seul. De plus, l'impossibilité d'acheter des objets et la progression linéaire en puissance de votre personnage vous empêchera de prendre la tête de manière trop drastique sur les personnages adverses mais aussi sur ceux de votre propre équipe. Impossible d'être un loup solitaire : vous montez en puissance en même temps que le reste de votre équipe.

Pour gagner, pas le choix, il faudra jouer ensemble.

L'univers Blizzard

Heroes of the Storm n'est pas une nouvelle franchise à proprement parler, mais plutôt un « mash-up » des différentes franchises à succès du studio. On y retrouve donc avec plaisir des personnages de Warcraft, Starcraft, Diablo, et même des reliques des premières années de Blizzard comme les Lost Vikings.

Un univers riche pour des personnages charismatiques qui occupent déjà une belle place dans le coeur des joueurs, voilà sans doute l'un des plus grands avantages de HotS sur ses concurrents.

Un business model qui ne pousse pas à la consommation

S’il est difficile de jauger du business model alors que le jeu est encore en phase beta, il est appréciable de constater que Blizzard semble suivre le même chemin que Hearthstone (le jeu de carte en ligne immensément populaire du même studio).

Le jeu sera donc gratuit à sa sortie, avec la possibilité d'acheter des nouveaux personnages ou des objets cosmétiques avec de l'argent réel. En revanche, il est parfaitement possible de débloquer tous les personnages du jeu sans avoir à débourser un centime; vous gagnez de l'argent virtuel, a dépenser dans la boutique du jeu, en accomplissant certaines "quêtes" (jouer X parties avec X types de personnages...), en montant de niveau, et tout simplement en jouant une partie jusqu'au bout.

Une sélection de 7 champions gratuits est en outre en rotation chaque semaine, pour permettre au joueur d'essayer des héros différents chaque semaine sans débourser un centime.

L'accent est mis sur le fun et l'immédiateté

Contrairement à bien des MOBAs qui se targuent de proposent un game-play parfois artificiellement profond, Blizzard propose avec HotS une alternative intéressante, car fortement simplifiée, aux cadors du genre. La courbe d'apprentissage y est douce, et même un vrai néophyte peut s'y amuser rapidement.

En s'affranchissant de la plupart des mécaniques mettant l'accent sur les capacités personnelles du joueur et en mettant l'accent sur les objectifs à accomplir, le jeu est moins obscur, moins complexe et gagne en immédiateté et en pédagogie.

Ce n'est pas pour autant que le jeu n'offre pas ses subtilités et ses complexités, mais celles-ci se concentrent principalement autour du jeu d'équipe intelligent plus que sur la maîtrise d'une liste de mécaniques indispensable à la victoire.

Une partie de HotS dure en outre moins longtemps que ses principaux concurrents : un format d'une vingtaine de minutes, jusqu'à une trentaine parfois, qui permet d'enchaîner les parties à un bon rythme, en gardant la frustration à un niveau minimum en cas de défaite.

Un MOBA qui a sa place sur un marché saturé?

La grande force de HotS provient de sa volonté de ne pas proposer une énième copie de League of Legends ou de DotA2. Si les bases sont similaires, HotS réussi donc à creuser sa propre niche et la dynamique du  jeu n'a rien à voir avec celle de ses concurrents. Ce qui est une bonne nouvelle.

Serait-ce donc le MOBA idéal pour les nouveaux-venus ? La bonne « porte d’entrée » du genre ? Sans aucun doute.

Mais HotS est aussi une bonne solution pour qui souhaite s'adonner au genre sans avoir à accumuler des centaines d'heures d'expérience avant de commencer à s'amuser, et le tout en toute gratuité.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !