Enfin de l’espoir pour les marronniers décimés par la maladie depuis des décennies ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les marronniers sont menacés par deux maladies venues des Etats-Unis
Les marronniers sont menacés par deux maladies venues des Etats-Unis
©REUTERS/Luke MacGregor

Docteur House

Enfin de l’espoir pour les marronniers décimés par la maladie depuis des décennies ?

Les marronniers sont si répandus dans les villes et les forêts que souvent nous leur prêtons assez peu d'intérêt. Pourtant, ils se trouvent menacés par deux maladies qui gagnent du terrain. Aux Etats-Unis la questions de la préservation de ces arbres est posée beaucoup plus sérieusement : des scientifiques auraient trouvé un moyen de lutter contre les champignons chinois qui les ravagent.

Philippe  Rousseau

Philippe Rousseau

Philippe Rousseau est ingénieur conseil, directeur du bureau d’études Arboriconseil  et  responsable d'un bureau études.

Voir la bio »

Aux Etats-Unis, des scientifiques se sont interessés aux marronniers touchés par une bactérie qui les fragilise et les détruit. Ils ont mis au point des marronniers génétiquement modifiés, plus resistants à cette bactérie, qui ont été plantés. 

Atlantico: De nombreux marronniers ont été déracinés aux Etats-Unis, atteints par une mauvaise bactérie. Des marronniers génétiquement modifiés réputés plus résistants à cette bactérie ont été replantés (voir ici). La menace est-elle sembalable en France ? 

Philippe Rousseau: En Europe du Nord, il existe deux maladies, très certainement différentes de celle qui touche les marronniers américains. La première est la mineuse du marronnier. Le processus est le suivant : les larves de papillons déposées sur les feuilles, occasionnent leur perte précoce. Il s'agit des petites taches grises que l'on peut voir sur les feuilles. Ainsi, l'arbre ne fait pas tout son processus de photosynthèse, et si le phénomène se répète plusieurs années de suite, il s'en trouve fragilisé.
La seconde maladie est plus redoutable, c'est une maladie bactérienne appelée le chancre suintant du marronnier. Une fois l'arbre infecté, des suintements et des taches apparaissent sur le tronc. La maladie peut tuer l'arbre en très peu de temps. Beaucoup d'arbres présentent ce symptôme depuis 2002, qui a d'abord été constaté dans le nord de la France.
Ces deux maladies ne sont pas toujours à séparer, un arbre peut très bien les subir toutes les deux en même temps. 

Quels sont les moyens de lutte contre ces fléaux ? 

Pour la maladie provoquée par les larves de papillon, on peut utiliser des pièges qui vont attirer les insectes et les papillons. Les animaux tués, ils ne pourront plus pondre sur les feuilles. Et si un arbre est infecté il faut systématiquement brûler les feuilles tombées. Le problème étant qu'il s'agit d'une manière de procéder qui prend beaucoup de temps. 
Pour la maladie bactérienne, nous n'avons pas de remède, plutôt des précautions à prendre. Si un arbre est malade, il faut éviter de le tailler, et si cela est nécessaire il faut alors désinfecter les outils, la tronçonneuse ensuite. En effet, ces outils peuvent transporter les maladies sur les arbres dont les tissus se trouvent à nu à cause de la coupe. Attention aussi quand on plante un arbre à côté d'autres marronniers. S'il est contaminé, il peut contaminer les autres. C'est d'autant plus difficile à évaluer que l'on ne voit les symptômes sur l'arbre que bien après la contraction de la maladie. Si un arbre n'a pas encore les symptômes, seules des analyses scientifiques pourront déterminer la contraction de la maladie ou non. 

En 2002 plusieurs recherches ont été lancées suite à la crainte partagée de voir disparaître les marronniers. Est-ce toujours d'actualité ? 

En 2002 quelques villes du Nord de la France se sont rassemblées pour constituer un début de fonds consacré à la recherche. Cela dénote une réelle prise de conscience de l'ampleur du phénomène. Phénomène qui aujourd'hui se propage. Cette maladie est maintenant présente à Paris. On peut avoir de sérieuses inquiétudes sur l'avenir du marronnier, mais son extinction totale est peu probable. 
En France, très peu d'argent est consacré à ces problèmes. Cela n’intéresse pas grand monde car le marronnier n'est pas un arbre cultivé pour ses fruits, et il n'est pas non plus exploité pour son bois. Pour les maladies qui touchent les arbres fruitiers, les fonds arrivent plus vite. En Europe, quelques pays y consacrent un budget. C'est le cas de la Belgique, et plus précisément de la région de Bruxelles, qui a commandé des études sur la question.

Quels sont les principaux bienfaits du marronnier ?

Le marronnier est surtout reconnu pour son esthétisme, il est très majestueux. Les marronnier rouge et blanc fleurissent, c'est aussi spectaculaire. Il fonctionne aussi par photosynthèse, comme tous les arbres, et produit des fruits appréciés en hiver. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !