"Comme il vous plaira" de William Shakespeare : Une adaptation réussie, moderne, haute en couleur et très festive. Un moment musical enchanteur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Comme il vous plaira" de William Shakespeare est à retrouver au Théâtre de la Pépinière à Paris.
"Comme il vous plaira" de William Shakespeare est à retrouver au Théâtre de la Pépinière à Paris.
©

Atlanti-Culture

"Comme il vous plaira" de William Shakespeare : Une adaptation réussie, moderne, haute en couleur et très festive. Un moment musical enchanteur

La pièce "Comme il vous plaira" de William Shakespeare est à retrouver au Théâtre de la Pépinière à Paris.

Catherine Bonte de Cuniac pour Culture-Tops

Catherine Bonte de Cuniac pour Culture-Tops

Catherine Bonte de Cuniac est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Comme il vous plaira" de William Shakespeare

Adaptation : Pierre-Alain Leleu

Mise en scène : Léna Bréban

Avec : Barbara Schulz, Ariane Mourier, Lionel Erdogan, Pierre-Alain Leleu, Eric Bougnon, Léa Lopez, Adrien Urso, Adrien Dewitte et Jean Paul Bordes.

INFOS & RÉSERVATION

LA PEPINIERE

7 rue Louis le Grand

75002 PARIS

01 42 61 44 16

http://www.theatrelapepiniere.com

Jusqu’au 31 Avril 2022, du mardi au samedi à 21h et Dimanche à 15h

Notre recommandation : EXCELLENT

THÈME

• Un Jeune Duc, après avoir banni son frère le Vieux Duc, veut renvoyer à présent Rosalinde la fille de celui ci. Mais Célia, la fille du Jeune Duc, se considérant comme la soeur de Rosalinde, s’enfuit avec elle dans la forêt d’Ardennes à la recherche du Vieux Duc. 

• Poursuivies par le Jeune Duc, les jeunes filles se déguisent : Rosalinde en homme et Celia en bergère. Dans la forêt d’ Ardennes se retrouvent alors le Jeune Duc, ses amis, sa fille Celia, ainsi que le Vieux Duc, ses amis et sa fille Rosalinde… L’amour est au coin du bois, l’intrigue est légère.

POINTS FORTS

• Une adaptation réussie de Pierre-Alain Leleu : moderne,haute en couleur ettrès festive, elle fait de cette comédie pastorale, un moment musical enchanteur. La mise en scène de Lena Breban ne laisse rien au hasard. Tout est règlé à la perfection. Aucun temps mort, un enchainement sans faute. 

• Les comédiens, excellents et solidaires,ont unjeu physique, une gestuelle appuyée, et s’en donnent à coeur joie. La scène ne leur suffit pas, ils évoluent dans la salle, se cachent, fuient, apparaissent, occupent tout l’espace.Une participation joyeuse avec le public.C’est une troupe talentueuse qui jongle et qui s’amuse avec et autant que nous. 

• Le décor - une forêt enchantée - est inventif, magique, bourré de clins d’oeil, et de trouvailles, Les costumes collent parfaitement aux personnages.On va de surprise en surprise, on est charmé, étonné. Musique des sixties marquant l’allégresse ou la tristesse avec des guitares, une mandoline, un discret piano. Voilà qu’on se prend à fredonner... 

• Une comédie loufoque, boufonne, car oui, il y a même un bouffon bien déjanté qui a son mot à dire sur tout et ne s’en prive pas ! L’excellente Barbara Schulz interprète avec brio les deux faces de Rosalinde, jeune fille brillante et amoureuse, puis jeune homme faussement bourru et donneurde leçons : un grand écart et quelle énergie !Elle est en accord parfait avec l’épatanteAriane Mourier, qui interpréte avec justesse et fantaisie sa cousine Celia.

QUELQUES RÉSERVES

• Les puristes shaekespeariens pointeront peut-être le parti pris d’une mise en scène privilégiant la farce et misant avant tout sur le rythmesoutenu d’une comédie musicale, ce qui nous éloigne un peu du texte subtil de Shakespeare,avec ses aphorismes ciselés et ses vérités au second degré. 

• La diction avale trop souvent le texte. Le jeu de mot sur baguette et braguette, on a fait plus fin. À bientôt Shakespeare...

ENCORE UN MOT...

Une adaptation réussie et moderne de cette comédie pastorale et musicale, à la limite de la bouffonnerie de cabaret. Un spectacle enchanteur et revigorant, mené tambour battant.

UNE PHRASE

L’ Ancien Duc [banni dans la forêt enchantée] :

« Tu voisnous ne sommes pas les seuls infortunés.Dans ce théâtre immense qu’estl’univers se donnent d’autres spectacles et plus attristants que la scène où nous jouons. »

Orlando : « Vous devriez me demander quelle heure il est au soleil. Il n’y a pas d’horloge dans la forêt. »

Rosalinde : « Alors il n’y a pas de véritable amoureux dans la forêt. Autrement un soupir à la minute et un gémissement par heure baliseraient la marche indolente du temps aussi bien que l’horloge. »

L'AUTEUR

• Qu’ajouter sur William Shakespeare ? On peut juste rappeler qu’il domine le théâtre élisabéthain avec des tragédies comme Othello, Macbeth, Roméo et Juliette, Le Songe d’une nuit d’été…

• Pour autant, il écrivit aussi des comédies au ton et au style plus léger et à la fin heureuse, comme Les Joyeuses Commères de Windsor, le Marchand de Venise, La Mégère apprivoisée, Le Songe d’une nuit d’été….et bien sûr Comme il vous plaira. 

• Cette fable romanesque donna lieu à de nombreuses imitations, dont la plus connue fut une charmante comédie en trois actes et en prose de George Sand. A présent, vient sur scène une nouvelle adaptation moderne et enlevée par Pierre-Alain Leleu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !