Une carte montre comment la glace de l'Océan arctique se réduit comme peau de chagrin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Cette carte montre bien l'évolution des glaces en Arctique depuis 1979
Cette carte montre bien l'évolution des glaces en Arctique depuis 1979
©Reuters

Les calottes sont cuites

Une carte montre comment la glace de l'Océan arctique se réduit comme peau de chagrin

Sa superficie augmente lors du mois de mars, pour diminuer durant l'été. En 2015, le minimum a été atteint ce 11 septembre.

Suivant les périodes de l'année, la couche de glace (de l'eau salée gelée), qui se trouve à la surface de l'océan Arctique, évolue naturellement. Ainsi, sa superficie augmente lors du mois de mars, pour diminuer durant l'été. En 2015, le minimum a été atteint ce 11 septembre. Pour comprendre comment la surface dans l'océan arctique s'est modifiée depuis 1979, Mapbox, une start-up de Washington, a utilisé des données du National Snow and Ice Data Center.

Sur la cartereprise par le site The Atlantic, on peut ainsi voir l'évolution de la surface couverte par les glaces au cours de chaque mois de septembre depuis 1979. Et comparer la température (en augmentation) à la surface (en baisse) sur un graphique.

A lire aussi : El Niño 2015 annoncé comme deux fois plus important que celui de 1998 : les conséquences auxquelles il faut s’attendre

Ce tweet reprend en gif cette vidéo et montre bien l'évolution des glaces en Arctique depuis 1979 :

En vue de  prévenir et limiter les répercussions de ce phénomène, les espoirs reposent désormais sur le COP21 qui se tiendra en fin d'année à Paris. Ce sera la conférence de la dernière chance pour tenter de parvenir à des accords visant à réduire les émissions de gaz. Si l'accord est au rendez-vous, on pourrait réussir à limiter la hausse des températures à 2° d'ici la fin du siècle. 

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !