Meghan Markle aurait voulu être rémunérée lors d'une "tournée royale" en Australie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Meghan Markle et le prince Harry, en 2018.
Meghan Markle et le prince Harry, en 2018.
©JULIAN SMITH / POOL / AFP

Y'a pas de petits profits

Meghan Markle aurait voulu être rémunérée lors d'une "tournée royale" en Australie

Un nouveau livre explosif sur le prince Harry et Meghan Markle lève le voile sur la vie derrière les murs du palais, avant que le couple s'émancipe de la famille royale.

L'experte de la famille royale britannique Valentine Low, dans son nouveau livre "Courtiers : The Hidden Power Behind The Crown", affirme que les tensions entre le prince Harry, Meghan Markle et le reste de la famille royale s'accumulaient bien avant que le couple ne quitte le Royaume-Uni pour aller vivre aux Etats-Unis.

Le livre prétend que Harry avait peur de devenir "sans importance" lorsque le prince George deviendrait adulte et affirme également que Meghan a menacé de rompre avec Harry s'il ne rendait pas leur relation publique. Meghan Markle aurait posé un ultimatum : "Si tu ne publies pas de déclaration confirmant que je suis ta petite amie, je vais rompre avec toi."

Le livre affirme également que la duchesse de Sussex était agacée de ne pas être rémunérée lors d'un voyage royal de 16 jours en Australie, aux Fidji, aux Tonga et en Nouvelle-Zélande, en 2018. A l'époque, des foules immenses s'étaient déplacées pour voir le couple, alors qu'ils visitaient les pays et assistaient à un nombre impressionnant de 76 évènements. Meghan, "appréciait l'attention" qu'elle recevait, écrit Valentine Low, mais ne comprenait pas l'intérêt des voyages royaux. "Bien qu'elle ait apprécié l'attention, Meghan n'a pas compris l'intérêt de tous ces bains de foule, serrant la main d'innombrables inconnus." Citant des membres anonymes du personnel, le livre affirme que Meghan a été entendue dire : "Je ne peux pas croire que je ne suis pas payée pour ça."

Mirror

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !