Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le crâne d'une femme vieux de 45.000 ans
©Marek Jantac

Les plus anciens humains connus d'Europe se sont accouplés avec des Néandertaliens il y a 45.000 ans

Les croisements entre Homo Sapiens et Néandertaliens ont été nombreux

Lorsque certains des premiers migrants humains en Europe ont rencontré des Néandertaliens qui y vivaient déjà il y a environ 45 000 ans, lils se sont accouplés selon des travaux signalés par Science News.

Les analyses de l'ADN trouvé dans des fossiles humains de cette époque - les plus anciens restes humains connus en Europe - suggèrent que les croisements entre Homo sapiens et Néandertaliens, qui étaient en voie d'extinction rapide, se sont produits plus fréquemment qu'on ne le pense souvent, selon deux nouvelles études parues hier dans Nature Ecology & Evolution .

Des preuves  de ce ancien métissage ont été trouvées dans un crâne humain presque complet découvert en 1950 dans une grotte de l'actuelle République tchèque. Environ 2% des gènes de l'ADN de ce fossile, identifié comme étant celui d'une femme, proviennent également de Néandertal, selon le généticien évolutionniste Kay Prüfer de l'Institut Max Planck pour la science de l'histoire humaine à Jena, en Allemagne, et ses collègues. L'analyse de ces segments d'ADN suggère qu'elle a également vécu il y a environ 45 000 ans.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !