Les enfants nés prématurément rencontreraient plus de difficultés au long de leur vie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les chercheurs se sont concentrés sur deux panels d'enfants venus au monde après 20 et 42 semaines, en 1958 et 1970.
Les chercheurs se sont concentrés sur deux panels d'enfants venus au monde après 20 et 42 semaines, en 1958 et 1970.
©Reuters

Déterminisme

Les enfants nés prématurément rencontreraient plus de difficultés au long de leur vie

Une série d'analyses de circonstances menées auprès de 15 000 citoyens britanniques a révélé que les enfants nés prématurément sont plus sujets au chômage que les autres.

Selon les conclusions d'une étude menée par le professeur Dieter Wolke de l'université de Warwick, les bébés nés prématurément seraient généralement moins intelligents, rencontreraient plus de difficultés au long de leur scolarité, et obtiendraient des emplois moins rémunérés que les enfants venus au monde au terme d'une grossesse normale. 

Une série d'analyses de circonstances menées auprès de 15 000 citoyens britanniques a révélé que les enfants nés prématurément sont également plus sujets au chômage, en moins bonne santé, et rarement propriétaires de leur logement. 

Les chercheurs se sont concentrés sur deux panels d'enfants venus au monde après 20 et 42 semaines, en 1958 et 1970, dont ils ont étudié l'évolution à l'âge adulte. Dans ces deux groupes distincts, il apparaît que les bébés nés prématurément ont acquis moins de qualifications que les autres, se trouvent en moins bonne santé à l'âge de 42 ans.

Par exemple, 32,5% des adultes nés prématurément en 1970 sont devenus des travailleurs manuels, contre seulement 25% chez les enfants nés au terme d'une grossesse normale. De la même façon, 3,3% des bébés prématurés se sont retrouvés sans emploi à l'âge adulte, contre 2,5% pour l'autre catégorie. Les mêmes tendances ont été observées dans le groupe de personnes nées en 1958.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !