Le week-end durera une seconde de plus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La nuit de samedi à dimanche durera une seconde de plus que d'habitude.
La nuit de samedi à dimanche durera une seconde de plus que d'habitude.
©Capture d'écran

Grasse matinée ?

Le week-end durera une seconde de plus

La faute à la vitesse de rotation de la Terre, qui décroît.

Dans la nuit de samedi à dimanche, après 1 heure 59 minutes 59 secondes, il ne sera pas encore 2 heures, mais 1 heure 59 minutes et 60 secondes ! C'est suite à cette seconde supplémentaire que les horloges les plus précises passeront à 2h.

Cette incongruité est due à la réduction de la vitesse de rotation de la Terre, un freinage permanent lié notamment aux marées et aux interactions entre le noyau et le manteau terrestre. « Les modèles montrent qu’il y a 300 ou 400 millions d’années, le jour ne durait pas 24 heures comme aujourd’hui, mais seulement 22 heures. La Terre tournait plus vite », souligne Daniel Gambis, directeur de l’IERS (International Earth Rotation Service, service international de rotation de la Terre), un organisme hébergé à l’Observatoire de Paris.

Au fil des années, le temps astrologique se décale donc du temps indiqué par les horloges atomiques, dit UTC (temps universel coordonné). Les scientifiques injectent alors des secondes intercalaires dès que la différence devient trop flagrante : cela s'est produit 34 fois depuis 1967. « Il est vrai qu’ajouter une seconde pose des problèmes, mais sans doute moins que si l’on ne faisait rien », estime Noël Dimarcq, le directeur du Syrte (Systèmes de référence temps-espace). Une réunion internationale est prévue en 2015 pour faire le point sur la question.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !