Le pionnier du zouk Jacob Desvarieux, guitariste du groupe Kassav’, est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Jacob Desvarieux est mort à l'âge de 65 ans;
Jacob Desvarieux est mort à l'âge de 65 ans;
©Sia KAMBOU / AFP

Disparition

Le pionnier du zouk Jacob Desvarieux, guitariste du groupe Kassav’, est mort

Le musicien, âgé de 65 ans, a succombé au CHU de la Guadeloupe des suites du Covid-19.

Le guitariste guadeloupéen Jacob Desvarieux, l’un des fondateurs du groupe Kassav’, est mort le vendredi 30 juillet. Testé positif au SARS-CoV-2, il avait été hospitalisé au CHU de Pointe-à-Pitre le 12 juillet et avait dû être placé dans un coma artificiel afin que lui soient prodigués les soins nécessaires, sans succès. Le musicien était de santé fragile depuis une greffe rénale.

L'homme, qui a connu un énorme succès avec le groupe Kassav' dans les années 1980 aux Antilles, en mélangeant des musiques locales pour créer un style, le zouk, avait aussi sorti un album solo, Euphrasine's Blues.  

De nombreuses personnalités ont rendu hommage au musicien. "Compositeur de talent, leader du groupe Kassav’, il était l’un des pères de la musique afro-antillaise, qu’il a permis de faire rayonner dans le monde entier", a tweeté la ministre de la culture Roselyne Bachelot. Christiane Taubira a loué "sa voix, sa dégaine, son talent, sa joie, ce sourire, cette inclinaison de la tête et même sa salopette des débuts". Le chanteur sénégalais Youssou N’Dour a écrit : "Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de ses plus grands ambassadeurs. Jacob, grâce à ton art, tu as rapproché les Antilles à l’Afrique. Dakar, où tu as vécu, te pleure. Adieu l’ami".

Samedi midi, Emmanuel Macron a également rendu hommage à Jacob Desvarieux sur Twitter, le qualifiant de "monstre sacré du zouk", de "guitariste hors pair" et de "voix emblématique des Antilles".

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !