Le mois de mai serait le pire mois pour procréer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les enfants conçus au mois de mai sont plus souvent en mauvaise santé
Les enfants conçus au mois de mai sont plus souvent en mauvaise santé
©Reuters

Théorie loufoque ou pas ?

Le mois de mai serait le pire mois pour procréer

Car selon une étude scientifique, les bébés nés pendant la saison hivernale sont ensuite ceux qui sont en plus mauvaise santé.

A quelle période vaut-il mieux essayer d'avoir un enfant ? A priori les futurs parents ne se posent pas nécessairement cette question. Mais selon une étude scientifique récemment publiée, il conviendrait désormais d'y réflechir. En effet, dans un rapport publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences et repris par le site Wired, les bébés nés durant la période hivernale ont de plus grands risque d'être en mauvaise santé tout au long de leur vie.

Les économistes Janet Currie et Hannes Schwandt de l'Université de Princeton sont les rédacteurs de cette étude et ils assurent plus précisément que le mois de mai est le plus défavorable pour tenter d'avoir un enfant. Pour en arriver à de tels résultats, les économistes ont examiné des données démographiques du New-Jersey, de New-York et de Pennsylvanie pendant la période de 1994 à 2006. Ils se sont basés sur des enfants nés d'une même mère. Et ils ont donc constaté que les enfants conçus au mois de mai (et donc qui naissent en plein hiver) ont 13% de risques en plus d'être nés prématurés. Mais aussi que ces bébés avaient plus de risques d'avoir des systèmes immunitaires moins résistants, une mauvaise vision ainsi qu'une mauvaise ouïe.

Futurs parents vous savez ce qu'ils vous restent à faire pour avoir un enfant en bonne santé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !