La princesse héritière des Pays-Bas serait en couple avec le fils du Roi des Belges et la presse belge s’en inquiète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Belgique
Belgique
©Flickr/fdecomite

Royauté

La princesse héritière des Pays-Bas serait en couple avec le fils du Roi des Belges et la presse belge s’en inquiète

Une loi de 1830 pourrait s'opposer à leur éventuelle union

Le prince héritier Gabriel de Belgique et la princesse héritière Catharina-Amalia des Pays-Bas seraient-ils en train de se rapprocher ? Le journal belge flamand Het Laatste Nieuws rapporte les interrogations d’un  journal argentin. Cette hypothèse viendrait ajouter de l’eau au moulin des spéculations sur la vie amoureuse de la princesse Catharina-Amalia écrit le quotidien belge francophone Le Soir.

En octobre dernier, une émission télévisée aux Pays-Bas spéculait sur la possible homosexualité de la princesse et son accession au trône. La question a été posé sur ce sujet au Premier ministre par intérim lors d’une session parlementaire. « Le gouvernement estime que l’héritier peut également se marier avec une personne du même sexe », avait écrit en réponse le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, le 12 octobre dernier.

Si l’on en croit les tabloïds allemands et argentins, le prince Gabriel, 18 ans, et la princesse héritière néerlandaise Amalia, 17 ans, seraient en couple. Une union présumée qui remet une question ancienne et délicate sur le tapis. Les membres des familles royales néerlandaise et belge ne sont pas autorisés à se marier, en vertu d’une loi datant de... 1830.

"Le décret n° 5 du 24 novembre 1830, qui stipule que “les membres de la Maison d’Orange-Nassau sont à jamais exclus de tout pouvoir ou autorité en Belgique" est toujours en vigueur, et il n’est pas question d’en changer selon 7 sur 7

.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !