La pollution atmosphérique de l'Empire romain aurait provoqué un changement climatique en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La pollution atmosphérique de l'Empire romain aurait provoqué un changement climatique en Europe
©FRANCOIS LO PRESTI / AFP

L'impact de Néron sur le climat

La pollution atmosphérique de l'Empire romain aurait provoqué un changement climatique en Europe

La pollution de l'air à l'époque des Romains aurait provoqué un changement climatique en Europe. Des chercheurs viennent de publier une nouvelle étude sur la question. L'impact n'est pas comparable avec ce que nous connaissons à l'heure actuelle.

La pollution de l'air à l'époque des Romains aurait provoqué un changement climatique en Europe, selon des informations de la rédaction de NewScientist. Des experts ont estimé que l'Empire romain aurait eu un impact sur le climat en Europe. Cet impact était minuscule et bien moindre que les dangers du réchauffement climatique actuel. L'impact n'est pas comparable en "masse" avec ce que nous connaissons à l'heure actuelle.

Des chercheurs ont estimé la quantité de pollution de l'air - comme avec de la suie ou des particules de carbone - qui aurait été produite par l'Empire romain. Selon leurs résultats, l'impact des Romains sur la planète, lié à la pollution de l'air, aurait entrainé un refroidissement de 0,17°C. Cette diminution aurait été compensée par le climat chaud qui dominait à cette époque. Les experts affirment également qu'il est minimisé par le changement climatique moderne. 

L'Empire romain a allumé tellement de feux et provoqué des séries d'incendies que cela a entraîné une pollution de l'air ayant provoqué un rafraîchissement du climat en Europe. 

Anina Gilgen de l'ETH Zurich (Suisse) et ses collègues ont donc évalué l'impact de la pollution de l'air produite par l'Empire romain sur le climat de l'Europe. Les chercheurs ont utilisé les études existantes sur les terres et l'espace que les Romains utilisaient pour leurs fermes, leurs maisons et à d’autres fins, afin d’estimer la quantité de pollution de l’air générée par l'Empire romain. Ils en ont ensuite tenu compte dans un modèle de climat européen de l’époque.

Ils ont constaté que, bien que la déforestation et le dégagement de gaz à effet de serre aient un effet de réchauffement modeste atteignant 0,15 °C, la pollution atmosphérique a un effet de refroidissement plus important. Cela a donc entraîné une chute de température moyenne globale d'environ 0,17 ° C  et un refroidissement de l'Europe jusqu'à 0,46 ° C, selon Anina Gilgen et ses collègues.

L'étude a prouvé que les sociétés humaines ont affecté le climat terrestre pendant des centaines d'années. Ces changements étaient néanmoins très faibles face à l'actuel réchauffement climatique, causé principalement par les émissions de gaz à effet de serre. 

Le refroidissement était sans doute trop mineur pour avoir un impact significatif sur la société romaine, selon les chercheurs. Le refroidissement dû à la pollution atmosphérique aurait contrecarré légèrement le réchauffement naturel de l'époque.  

Le principal impact de l'empire Romain sur le climat et l'environnement concernait le fait de brûler des combustibles comme le bois pour chauffer leur maison ou bien encore la combustion de résidus de récoltes. Les Romains ont également abattu de nombreuses forêts.    

Les incendies à l'époque romaine auraient pu en revanche avoir un impact sur les habitants de l'époque, en augmentant les risques de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux. La pollution aurait pu également causer plus de pluie localement. 

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Climate of the Past. Cette nouvelle étude apporte donc une preuve supplémentaire de l'impact de l'activité humaine et de l'altération du climat depuis des millénaires.  

NewScientist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !