Égypte : une nouvelle théorie explique l'effondrement des pyramides | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les pyramides d'Egypte.
Les pyramides d'Egypte.
©Reuters

Mystère architectural

Égypte : une nouvelle théorie explique l'effondrement des pyramides

L'ingénieur Peter James assure que la perfection des constructions égyptiennes est en fait leur problème principal.

Alors que des archéologues et des riverains ont manifesté au mois d'avril pour dénoncer le pillage des tombeaux situés près des pyramides de Dahchour, l'ingénieur Peter James estime qu'il faut voir plus loin que de simples pillages pour expliquer l'état de certaines pyramides.

Peter James, censé sécuriser le revêtement extérieur de la structure de la pyramide rhomboïdale estime en effet que les pièces manquantes qui se trouvent aussi bien en bas que plus haut sur la pyramide ne peuvent pas toutes être expliquées par le simple fait de pilleurs. Il assure ainsi dans la revue STRUCTURE que les dommages s'étendent "d'une manière a priori aléatoire, sans aucun signe d'indentations d'un échafaudage temporaire ou d'une coupe symétrique des blocs".

Selon l'ingénieur, l'effritement de la pyramide serait donc en fait causé par un mouvement thermique, soit l'expansion et la contraction du calcaire en fonction des changements de température qui peuvent atteindre en une journée 37°C. Ce mouvement thermique aurait en effet déplacé les pierres.

L'expert assure que le mouvement peut atteindre 2,54 centimètres pour 100 mètres. Alors que la pierre se déplace, la poussière mais également le sable tombent des pierres et remplissent alors les espaces entre elles. Conséquence : les espaces dans lesquels les pierres pouvaient se contracter la nuit diminuent et avec le temps les pierres changent donc de position.

Ce phénomène explique selon Peter James pourquoi "tout le boîtier externe s'est déplacé vers les extrémités où il s'est déformé et a été déplacé par les blocs bougeant dans la direction opposée avant de tomber".

Peter James assure par ailleurs que si la pyramide rhomboïdale conserve son enveloppe alors que les grandes pyramides n'en ont quasiment plus par exemple, c'est parce que sa construction était imparfaite contrairement aux autres pyramides. En effet, les Egyptiens ont de mieux en mieux maîtrisés les techniques de construction à tel point qu'ils ont réussi à faire disparaître les vides entre les pierres et donc que les structures absorbaient moins facilement les fluctuations de calcaire. Les autres pyramides, meilleurs techniquement que la pyramide rhomboïdale, ont donc développé des fissures  assez rapidement. La perfection des pyramides se révèle donc selon l'expert le problème aujourd'hui. La façade lisse de ces constructions a en effet été affectée par la précision des architectes.  

Lu sur The Atlantic

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !