Carrie Johnson, épouse du Premier ministre britannique accusée d'être l'éminence grise du gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Boris Johnson
Boris Johnson
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Politique

Carrie Johnson, épouse du Premier ministre britannique accusée d'être l'éminence grise du gouvernement

Selon le livre de l'ancien vice-président du Parti conservateur

La vie politique n'est pas facile pour Boris Johnson, le Premier ministre qui est sévètement critiqué, même par des membres du parti conservateur, son parti.

Mais le livre  First Lady: Intrigue at the Court of Carrie and Boris Johnson écrit l'ancien vice-président du Parti conservateur Lord Ashcroft sur Carrie Johnson, l'épouse du Premier ministre ne va pas lui faciliter la vie raconte le magazine britannique Tatler.

Le livre sort à la fin du mois de mars, mais des extraits déja été publiés dans le Mail on Sunday, et ont déja entraîné une réaction de Carrie, via son porte-parole.

Le texte comprend des affirmations selon lesquelles Carrie s'absentait souvent du travail pour profiter de vacances à l'étranger, comme à St Tropez, Moustique, Toscane, Paris et New York; et qu'elle aurait pris des taxis qu'elle avait réservés sous le nom d'assistants subalternes alors qu'elle travaillait comme directrice des communications du Parti conservateur.  

Selon le quotidien TheTimes , un porte-parole de l'épouse du Premier ministre a rejeté ces accusations, déclarant: "Ces mensonges concernant les antécédents professionnels de Mme Johnson sont malveillants et préjudiciables"

Lord Ashcroft, accuse également Boris Johnson de prendre des décisions politiques sous l'influence de sa femme d'avoir nommé du personnel parce que Carrie se serait mise en colère s'ils n'avaient pas été nommés, tandis qu'il a limogé ds fonctionnaires qu'elle détestait.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !