Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©Reuters

Une avancée majeure

Alzheimer : une étude cible neuf facteurs qui pourraient en être à l'origine

Selon le Professeur Wei Xu, neurologue du Centre sur la mémoire et l'âge de l'université de San Francisco en Californie, il y aurait neuf facteurs de risques de maladie de démence.

Une étude menée par le Pr Wei Xu, neurologue de l'université de San Francisco et ses collègues de l'université de Qingdao en Chine a réussi à mettre en lumière neuf facteurs de risques de maladie de démence du type Alzheimer. Les recherches effectuées par le Pr Wei Xu ont été menées entre 1968 et 2014, en effectuant l'analyse de 351 études. D'après les travaux de ces scientifiques, les neuf facteurs déterminants sont l'obésité, le tabagisme, l'athérosclérose des artères carotides (du cou), le diabète de type 2, le faible niveau d'éducation, la dépression, l'hypertension artérielle, le taux d'homocystéine élevé dans le sang et une fragilité générale.

A lire aussi : Maladie d'Alzheimer : quel sort réservé à l'identité pour les malades et leurs proches ?

"C'est un travail titanesque qui a été réalisé, commente le Professeur Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur d'unité Inserm, mais comme toutes les études elle possède ses biais, et ce qu'il faudrait maintenant, c'est une grande étude européenne financée par les États pour confirmer les bénéfices d'une stratégie de prévention fondée sur le contrôle des facteurs de risque." De son côté, Bruno Dubois, chef du service des maladies cognitives et comportementales à La Pitié Salpêtrière (Paris), invite a bien distinguer la maladie d’Alzheimer des autres cas de démence : "La démence est un syndrome qui résulte de plusieurs causes (vasculaires, nutritionnelles, endocriniennes…) et si on agit sur ces facteurs on va faire régresser la fréquence de la démence. C’est plus compliqué pour la maladie d’Alzheimer qui est une démence dégénérative, mais on peut penser que ces facteurs de risque agissent aussi soit directement soit indirectement sur l’expression de la maladie."

A lire aussi : Ouvrez les oreilles ! La musique adoucit les mœurs et augmente la mémoire

Au départ, les chercheurs avaient trouvé 93 facteurs de risque mais en recoupant divers résultats, ils sont parvenus à n’en retenir que neuf. S'il s'agit d'une avancée considérable, les scientifiques sont encore loin de créer un remède à Alzheimer. En effet, ces derniers précisent qu’il est impossible d’affirmer qu’il existe un lien de causalité entre ces facteurs de risque et la maladie. Des débuts encourageants donc. En attendant de nouvelles études, les chercheurs de l’université de San Francisco pensent que leurs travaux pourraient servir à appliquer "des stratégies préventives ciblant le régime alimentaire, les médicaments, l’homocystéine, la santé mentale, les maladies sous-jacentes et le mode de vie". Modifier ces facteurs "pourrait aider à ralentir l’épidémie de cas de la maladie d’Alzheimer".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !