Macron flatte LR et… le PS, Bompard montre un croc à Ruffin, L’Obs flingue le Qatar, Valeurs Actuelles les ONG d’aide aux migrants; L’Express encense nos services de renseignement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Une des hebdomadaires
©
Une Marianne 17/11/22Une 17 ChallengesUne 17 le pointUne 17 le pointUne 17 le point

Revue de presse des hebdos

Macron flatte LR et… le PS, Bompard montre un croc à Ruffin, L’Obs flingue le Qatar, Valeurs Actuelles les ONG d’aide aux migrants; L’Express encense nos services de renseignement

Et aussi : CMA CGM plus profitable que Total ou LVMH

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

« Un président Zombie, pas de majorité, peu d’alliés et des secousses » Emmanuel Macron est à la Une du Point. « Nos espions sont-ils à la hauteur ? » se demande la Une de l’Express. « Bons baisers du Qatar » « Pétrodollars, dégâts climatiques, esclavage moderne » à la Une de l’Obs. « Financement, lobbying, ingérence » Marianne enquête sur « Le vrai pouvoir des ONG ». « Que ce bateau retourne en Afrique » titre Valeurs avec une photo de l’Océan Viking à quai. « Augmentations, Spécial salaires » à la Une de Challenges.

Macron va-t-il réussir à désembourber son quinquennat ?

Selon Le Point, Emmanuel Macron et Gérard Larcher s’entretiennent une fois par mois en tête-à-tête. « La relation est devenue normale. Lors des cinq dernières années, c’était beaucoup plus erratique », apprécie-t-on au palais du Luxembourg. « Gérard Larcher est plus rond. Les échanges sont désormais utiles et constructifs avec la droite sénatoriale », se satisfait un conseiller élyséen. 

« La loi sur l’immigration, à partir de janvier, passera d’abord par le Sénat. La manœuvre permet au gouvernement de mettre la pression sur les élus du Palais-Bourbon, en particulier à droite : comment un député LR pourrait-il s’opposer à des mesures validées par ses homologues du Sénat ? »  

« Emmanuel Macron nourrit un goût certain pour la tactique. Les socialistes étant alliés au très radical Jean-Luc Mélenchon au sein de la Nupes, c’est dans le bataillon des 62 députés LR qu’il escompte récupérer des voix. « Le pays est à droite. Le nombre de députés LR fait que ce sont eux qui font la bascule », tranche le député Renaissance Charles Sitzenstuhl.Depuis la rentrée, l’agenda politique du président est donc tout entier pensé pour charmer le dernier quarteron de la droite dite de gouvernement qu’il n’a pas encore conquise. »

Pour sauver ses principales réformes, Macron a besoin de LR

Pour Le Point « S’il y a des réformes économiques que le gouvernement espère faire passer avec le concours des Républicains, ce sont celles de l’assurance-chômage et des retraites. Pour faire adopter son texte sur le premier sujet, la majorité a dû composer avec la droite. En commission mixte paritaire, elle a accepté les mesures introduites par Les Républicains contre lesquelles l’exécutif avait initialement plaidé. Les allocations de chômage seront coupées pour les titulaires de CDD ou les intérimaires qui refuseraient deux fois un CDI (sur le même poste, le même lieu, avec la même rémunération) dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. »

Le PS intéresse les macronistes

Emmanuel Macron plaide en faveur d’une alliance avec les députés Les Républicains et assume de se poser en héritier du « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy... Cela n’empêche pas les troupes du président de continuer d’observer avec intérêt ce qui se passe de l’autre côté de l’échiquier politique. Il n’a guère échappé aux macronistes que, contre toute attente, le très technique projet de loi sur les énergies renouvelables porté par Agnès Pannier-Runacher, adopté début novembre à une très large majorité en première lecture au Sénat, a fait le plein de voix à gauche : le groupe Socialiste, écologiste et républicain (SER) a voté en faveur du projet de loi et le groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE) ne s’y est pas opposé. Au Palais-Bourbon, le président de la commission des lois, Sacha Houlié, se réjouit de l’évolution de l’attitude du groupe socialiste à l’Assemblée, qui serait désormais dans une attitude plus « constructive ». »

Un portrait d’Aurélien Pradier

Le Point présente Aurélien Pradié comme le "bébé Chirac" : "A 18 ans, avec le bac pour seul diplôme, il prend sa carte à l’UMP. Après avoir arraché son premier mandat de conseiller général; à 21 ans, il devient maire à 28 ans et député à 31, tendance gaulliste social. Comme son idole, Jacques Chirac, élu président quand il était gamin."

"Ces jours-ci il préconise d’interdire le voile « peut-être même » dans la rue, au risque de se déjuger. En 2019, il déclarait qu’il serait le premier défenseur du voile dans l’espace public. « Une sortie d’extrême droite pour séduire les militants LR ! » accuse aujourd’hui l’un de ses rivaux".

Ruffin averti par Bompard

Selon l’Obs, François Ruffin a été averti par Manuel Bompard : « A l’heure où les insoumis phosphorent sur la structuration de leur mouvement gazeux, Bompard, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, tient à rappeler les conditions à remplir pour intégrer la direction collégiale du parti qui sera désignée en décembre. La première : verser à La France insoumise une partie de son indemnité parlementaire. » Mais «  François Ruffin cotise à son propre parti, Picardie debout !. « On lui demande de clarifier sa position, prévient Bompard. C’est à lui de préciser s’il veut être membre à part entière de LFI ou s’il veut rester un groupe extérieur associé. »

Où en sont nos services de renseignement ?

L’Express se demande « Nos services de renseignement sont-ils aujourd'hui à la hauteur des enjeux ? » Réponse lors d’une conférence au théâtre des Sablons, à Neuilly (Hauts-de-Seine), sur le thème du "renseignement de la Seconde Guerre mondiale à nos jours". "On a l'un des meilleurs renseignements du monde, on est en tout cas dans le top 3", avance ce soir-là Bernard Emié, le patron de la mythique Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).. Une référence aux déclarations de Gina Haspel, ex-directrice de la CIA, publiées dans Challenges pendant l'été. Interrogé par L'Express, David Petraeus, directeur de la CIA entre 2011 et 2012, situerait lui aussi la DGSE parmi les trois meilleures agences : "Je suis tout à fait d'accord. La DGSE française est une agence extrêmement professionnelle et compétente, avec laquelle les membres des services de renseignement américains entretiennent depuis longtemps une relation productive et mutuellement bénéfique."

« Une collaboration accrue avec les agences américaines permet en outre de bénéficier d'informations presque en temps réel. "Les échanges, c'est dix fois par jour", confirme un dirigeant du renseignement français. »

Un ancien patron des renseignements britanniques, lui, placerait volontiers les services secrets français dans le top 5 mondial : "La DGSE est très estimée par tous les services de renseignement britanniques.

« Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, considère que les services secrets tricolores atteignent le "sixième rang mondial", derrière les Etats-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni et Israël ».  

CMA CGM plus profitable que Total ou LVMH

L’Obs explique comment la CMA CGM de Rodolphe Saadé est devenue l’entreprise la plus profitable de France. En surfant sur la demande post-Covid, en payant le moins d’impôts possible et en diversifiant son activité… tout en entretenant d’excellentes relations avec l’Etat Rodolphe Saadé est-il l’emblème des profiteurs de la crise ? Sa société familiale, le géant du transport maritime CMA CGM, est aujourd’hui le groupe le plus profitable de l’Hexagone, devant Total-Energies ou LVMH, avec 18 milliards de dollars de bénéfices en 2021 pour un chiffre d’affaires de 56 milliards de dollars. Et il devrait faire encore mieux cette année, au vu des 14 milliards de dollars de résultat engrangés au premier semestre. De quoi susciter la curiosité, mais le Rodolphe Saadé, PDG de CMA CGM, au Havre le 6 septembre 2018 pour l’inauguration du plus grand porteconteneurs du monde, l’« Antoine de Saint-Exupéry ». patron de 52 ans déteste l’exposition publique ».« Il a refusé de nous recevoir. » ajoute l’hebdo.

Le business des ONG

Marianne a enquêté sur les associations : « Environnement, santé, pauvreté... bien sûr, les combats des grandes associations sont nobles. Mais elles évoluent dans un secteur mondialisé et ultra-concurrentiel. Alors, elles usent parfois des mêmes méthodes que les multinationales qu’elles dénoncent par ailleurs : lobbying forcené, com outrancière, débauchage sauvage de personnels. »

Le WWF est l’une des mieux représentés, avec une soixantaine de salariés à Bruxelles, dont 35 sont enregistrés en tant que lobbyistes. Il est notamment présent dans une vingtaine de groupes d’experts de la Commission européenne dans des thématiques diverses qui touchent à l’environnement, à l’agriculture et à la biodiversité. Il participe encore à des intergroupes et groupes non officiels du Parlement européen. Sachant que le bureau bruxellois de l’ONG, qui affiche un budget de près de 5 millions d’euros, ne perçoit pas loin de 20 % de ce montant de la part de... la Commission européenne. Un financement révélateur de « l’incapacité des ONG occidentales à se détacher de manière significative des pouvoirs qui ont directement ou indirectement fourni leur argent, leur personnel et leur vision du monde », selon la chercheuse australienne Eleanor Davey, spécialiste de l’histoire de l’humanitaire.

On apprend au passage qu’en l’espace de quinze ans, Bruxelles a distribué des
fonds à plus de 12 000 ONG !

Rony Brauman, qui a été président de Médecins Sans Frontières pendant dix ans explique : « MSF, c’est 2 milliards d’euros de budget et plus de 8 000 salariés. Quand j’y suis entré, c’était 300 000 « balles » de budget .

Pour Valeurs, le rôle des ONG en matière d’immigration est « néfaste » et il y a une « collusion » entre les associations dites humanitaires et les réseaux de passeurs de migrants.

En 2021, une vaste enquête (651 pages) du procureur italien Maurizio Agnello accusait certaines ONG, telles que Save the Children, Médecins sans Frontières, et Jugend Rettet, d’avoir étroitement collaboré avec les passeurs. Au coeur de l’affaire, l’existence révélée par la police d’une groupe WhatsApp intitulé Humanitarian SAR (pour « Search and Rescue), sur lequel environ 70 personnes s’échangeaient les coordonnées GPS pour fixer des rendez-vous avec des passeurs sur les lieux d’embarquement (…) Les trois ONG mises en cause avaient d’ailleurs refusé de signer le code de déontologie élaboré par l’Italie pour encadrer le rôle des associations de sauvetage. »

International

Le patron de la milice Wagner

« Ce sont les détenus ou vos enfants", cingle Evgueni Prigojine, quand un journaliste lui demande à la mi-septembrepourquoi le groupe de mercenaires Wagner recrute des nouveaux combattants dans les colonies pénitentiaires russes. La réponse est typique de l'individu : agressive, presque menaçante, assumant sans états d'âme une initiative pourtant parfaitement illégale. Plus surprenant, il ne prend même plus la peine de nier, comme par le passé, ses liens avec la société militaire privée. Quelques jours plus tard, il va encore plus loin en reconnaissant ouvertement avoir fondé Wagner en mai 2014, au moment de l'intervention russe dans le Donbass. En quelques semaines, Evgueni Prigojine est sorti de l'ombre pour endosser pleinement son statut de pièce maîtresse et étoile montante du système Poutine". 

« Cet homme au crâne rasé et au regard inquiétant semble pouvoir tout se permettre. "Il n'y a que deux personnes qui peuvent vous faire sortir d'ici, c'est Allah et Dieu, dans une boîte", déclare-t-il à un groupe de détenus dans la cour d'une prison, sans se soucier de la présence d'une caméra. "Moi, je vous fais sortir vivants. Mais je ne vous ramène pas toujours vivants.

Le rival de Donald Trump

Le Point parle de l’homme qui monte aux Etats-Unis.« Affaibli après les élections de mi-mandat, l’ancien président a désormais un rival de poids côté républicain, le gouverneur de Floride, Ron DeSantis ».

DeSantis est « discipliné et travailleur. Et très doué pour lever de l’argent. Des 200 millions de dollars récoltés pour sa campagne, il lui reste 90 millions. « La Floride est en plein essor, et il y est en campagne présidentielle », note John Morgan., avocat médiatique et connaisseur de la politique floridienne. »

L’incontournable Qatar

L’Obs se penche sur le Qatar : « C’est un pays sans fleuve ni rivière, un pays de cailloux et de poussière, où hormis quelques dunes de sable dans le Sud, les seules montagnes sont les gratte-ciel de verre (…) A l’échelle du Golfe, le pays est un minuscule confetti : 11 500 kilomètres carrés, 2,8 millions d’habitants, dont moins de 12 % sont qataris. A peine la taille de l’Ile-de-France. Un bout de désert où il fait chaud à crever. Mais à l’échelle du monde, une puissance de frappe qui donne le tournis : avec 24,7 milliers de milliards de mètres cubes de gaz naturel, le Qatar se place à la troisième place des réserves mondiales, derrière la Russie et l’Iran. Avec son PIB par habitant, il s’impose comme le pays plus riche au monde. »

Pour accueillir la Coupe du Monde 2022, qui débute le 20 novembre et s’achèvera le 18 décembre, le Qatar a dépensé sans compter : 8 stades, 64 centres d’entraînement et des villes entières sorties de terre pour accueillir joueurs et supporters. Coût total : 220 milliards de dollars, dont 35 millions d’euros de climatisation.

Le Point, de son côté, note qu’au Qatar « réclamée de longue date par les organisations de défense des droits de l’homme, l’enquête sur les circonstances exactes de chaque mort (pendant les travaux de construction des stades de la Coupe du monde de football) n’a jamais été menée par le Qatar. «Le problème est que l’autopsie des corps dépend des traditions et de la religion de chaque pays, se justifie le responsable qatarien. Nous avons travaillé avec chaque ambassade pour obtenir une autopsie fondée sur les requêtes des familles des défunts qui souhaitaient récupérer le corps au plus vite.» À l’ambassade d’Inde à Doha, on affirme ne pas avoir constaté de hausse substantielle du nombre de décès au cours de la dernière décennie, hormis celle liée à la pandémie de Covid. Si le Qatar souhaite manifestement enterrer ce dossier encombrant, dont la réouverture pourrait entraîner des demandes de milliards d’euros de dédommagement aux familles des victimes, il se montre plus prolixe sur les progrès réalisés en matière de droits des travailleurs ». 

Le sable disparaît des plages africaines

L’Express souligne que « Avalé par la montée des eaux, pillé et revendu aux industriels du BTP, le sable disparaît à vue d'oeil des plages africaines. Un désastre environnemental et humain. »

Un drame « frappe les côtes du littoral atlantique africain, où la mer avance de 1 à 5 mètres par an en moyenne, et où le sable disparaît à vue d'oeil, double victime de l'érosion et d'une extraction à grande échelle à destination de l'industrie du bâtiment. »

"L'Afrique verra sa population doubler d'ici à 2050, rappelle Arnaud Vander Velpen, expert au Programme des Nations unies pour l'environnement/GRID (Genève). Inévitablement, cela va accélérer l'exode rural vers les villes et les zones côtières, et donc l'urbanisation effrénée. La demande en sable - l'un des principaux composants du béton - va donc exploser." Or, cette bétonisation accentue l'érosion naturelle. Un cycle infernal aux conséquences catastrophiques. »   

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !