Ronfler durant la grossesse serait associé à des risques pour le bébé ; non, la peste n'est pas une maladie du passé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une femme enceinte qui ronfle régulièrement durant sa grossesse a davantage de risques d’accoucher par césarienne et de donner naissance à un petit bébé.
Une femme enceinte qui ronfle régulièrement durant sa grossesse a davantage de risques d’accoucher par césarienne et de donner naissance à un petit bébé.
©Reuters

Atlantico santé

Ronfler durant la grossesse serait associé à des risques pour le bébé ; non, la peste n'est pas une maladie du passé

Et aussi : pour éviter les crises cardiaques, brossez-vous bien les dents ! ; Tous nos neurones n’ont pas le même génome ; Eczéma : et si le staphylocoque était à l’origine de la maladie ?

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Ronfler durant sa grossesse serait associé à des risques pour le bébé

Une femme enceinte qui ronfle régulièrement durant sa grossesse a davantage de risques d’accoucher par césarienne et de donner naissance à un petit bébé. C’est d’autant plus vrai si les ronflements étaient déjà habituels avant qu’elle ne porte un enfant.

Si l’on accuse souvent les ronfleurs d’empêcher leur compagnon de nuit de dormir, on oublie parfois que ces bruits gênants peuvent être la manifestation d’un mal plus profond : les apnées du sommeil. Ce trouble se caractérise par des épisodes d’arrêt respiratoire une fois la personne endormie, conduisant notamment à une baisse du niveau d’oxygène sanguin. Rarement graves, elles ont tout de même des répercussions sur la qualité de vie de la personne concernée, mais également sur celle des membres son entourage. Et éventuellement sur le bébé à naître.

Lire la suite sur Futura sciences

Non, la peste n’est pas une maladie du passé

Souvent considérée comme une maladie appartenant à l’histoire, la peste fait pourtant fréquemment parler d’elle, notamment dans les pays d’Afrique. Sa résurgence est telle qu’elle est aujourd’hui considérée comme une maladie réémergente dans le monde par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Avec l’amélioration des connaissances et les progrès de la médecine, certaines maladies ont peu à peu disparu de nos vies. La variole par exemple, qui était autrefois un fléau redoutable, est aujourd’hui complètement éradiquée.

Cependant, les épidémies de choléra et de polio qui frappent régulièrement certains pays nous rappellent que les maladies oubliées dans le monde occidental ne font pas toujours partie du passé.

Lire la suite sur Futura sciences

Pour éviter les crises cardiaques, brossez-vous bien les dents !

« N’oublie pas de te laver les dents ». Cette phrase bien connue des enfants prend tout son sens quand on sait que l’hygiène dentaire protège aussi le cœur. Cela serait lié aux bactéries de la bouche et à leur impact sur le fonctionnement global de l’organisme. Il y a de petits gestes simples et quotidiens qui sont bien plus importants qu’on ne le croit.

Se laver les dents par exemple, permet d’éviter le développement de caries et de parodontites, mais cela est également primordial pour la santé du cœur. Il y a quelques années, des chercheurs taïwanais avaient d’ailleurs montré qu’un détartrage régulier des dents réduisait les risques d’attaques cardiaque et cérébrale.

Lire la suite sur Futura sciences

Tous nos neurones n’ont pas le même génome

Alors que l’on a longtemps pensé que toutes les cellules de notre corps étaient composées du même ADN, hérité de nos parents, une vaste étude révèle qu’une grande partie de nos neurones possèdent de nombreuses variations génétiques qui les rendent uniques. On ignore encore l’impact direct sur notre cerveau.

Ce fait pourrait aussi concerner d’autres tissus de l’organisme. S’il y a bien une chose à retenir en biologie, c’est que rien n’est simple ni limpide. Exemple : on a longtemps résumé le patrimoine génétique à une succession de gènes, alors que l’on considérait une bonne partie des régions non codantes comme de l’ADN poubelle, avant de se rendre compte de son utilité.

Lire la suite sur Futura sciences

Eczéma : et si le staphylocoque était à l’origine de la maladie ?

Pour les millions de personnes touchées par l’eczéma dans le monde, la seule chose plus pénible que la maladie elle-même est probablement de ne pas en connaître les causes. Des chercheurs américains viennent d’incriminer le staphylocoque doré, une bactérie fréquemment rencontrée sur la peau, et pouvant dans certains cas devenir très dangereuse. Cette découverte pourrait conduire au développement de traitements plus adaptés.

La dermatite atopique, plus communément appelée eczéma atopique, est une maladie de peau provoquant d’importantes démangeaisons. Elle débute le plus souvent vers l’âge de 3 mois et touche 15 % des jeunes enfants en France. Dans certains pays européens, ce chiffre pourrait même atteindre les 20 à 30 %. Heureusement, la dermatose disparaît la plupart du temps à l’âge adulte, même si environ 18 % des malades continuent de vivre avec ce handicap après l’enfance.

Lire la suite sur Futura sciences

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !