Quand la sobriété commande au calendrier et quand la masse orbite en périphérie : c’est l’actualité des montres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Une mosaïque de malachite au vent précieux de diamants tourbillonnants (Piaget)…
Une mosaïque de malachite au vent précieux de diamants tourbillonnants (Piaget)…
©

Atlantic-Tac

Quand la sobriété commande au calendrier et quand la masse orbite en périphérie : c’est l’actualité des montres

Mais aussi une date circulaire garantie dix ans, une aurore dansante, un chronographe à monter soi-même, le boom des enchères horlogères et le retour des heures fluido-mécaniques…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

PIAGET : Vents tourbillonnants…

Rêvons un peu avec l’exceptionnelle Dancing Aurora de Piaget, une montre extra-plate réalisée dans une marqueterie de pierres dures (malachite) et de diamants qui évoquent un irrésistible vent tourbillonnant. Chaque cadran de cette série de huit pièces est forcément unique, aucun élément de cette mosaïque de malachite n’ayant le même veinage. Cette tradition des pierres dures de couleur remonte chez Piaget aux années 1960 : la marque était alors pionnière dans ce domaine. Bien entendu, Piaget n’a pas su résister au clin d’œil d’un mouvement mécanique à « tourbillon » pour assurer la précision d’une montre aussi… tourbillonnante. On préfère ne pas vous en avouer le prix…

PERRELET : Une danse sous le cadran…

La marque indépendante Perrelet est une des plus sympathiques maisons de la Suisse horlogère. Sans forfanterie, ni esbroufe, elle poursuit année après année son petit bonhomme de chemin. Sa nouvelle proposition : une Lab Peripheral trois aiguilles avec une date de 42 mm, d’une esthétique très contemporaine (lunette octogonale et cadran multidimensionnel). Pourquoi « peripheral » ? Parce que la masse oscillante qui assure le remontage automatique du mouvement est disposé non au centre, mais à la périphérie du cadran, autour duquel il orbite comme on peut le vérifier sous les index des heures : à chaque mouvement du poignet, ce rotor circulaire (repérable aux rainures obliques qui y sont gravées) se met à danser autour du cadran. Deux versions de boîtier (acier ou acier PVD Gris) et deux versions de cadrans (blanc ou noir) pour un prix très accessible (environ 3 800 euros) : Perrelet réussit le pari d’une horlogerie suisse qui sait allier une forte personnalité et un grand réalisme économique…

ORIS : Petite seconde et calendrier circulaire…

Cela ne fait guère que huit décennies (quatre-vingt ans) que la manufacture suisse Oris produit cette montre Big Crown Pointer Date qui, comme son nom le précise, propose une couronne de remontage légèrement surdimensionnée [c’est plus pratique] et une indication de la date « circulaire » par une aiguille à pointe rouge. La nouvelle version de cette montre de 38 mm est désormais équipée d’un mouvement manufacture automatique, le calibre 403, qui dispose d’une réserve de marche de cinq jours. La précision annoncée est de trois à cinq secondes par jour, ce qui en fait un des meilleurs « chronomètres » suisses, d’autant plus intéressant qu’il est également très bien protégé contre les rayonnements magnétiques qui peuvent affecter la bonne marche d’une montre. Le tout avec une garantie de dix ans ! Coquetterie esthétique : le grand chic d’une petite seconde à six heures. Dans un goût authentiquement et légitimement vintage, il sera difficile de trouver mieux à un tel prix (autour des 3 000 euros)…

OCHS UND JUNIOR : Quatre composants pour une semaine…

Il faut parfois en faire beaucoup pour n’en montrer que très peu : l’équipe horlogère de Ochs und Junior – un atelier indépendant suisse – propose ainsi, à un prix quasiment ridicule [moins de 2 600 euros, soit cinq à dix fois moins que n’importe quelle « grande » marque], un calendrier annuel d’une ingéniosité mécanique remarquable. Pour afficher les sept jours de la semaine, un point noir suffit sur le cadran, du lundi (à une heure) au dimanche (à sept heures). Ce point noir réapparaît le lundi matin à une heure : il ne faut pour cet affichage qu’une poignée de composants (très précisément quatre), les mécaniques traditionnelles en réclamant plusieurs dizaines pour un résultat comparable ! Cette montre Settimana est animée par un mouvement automatique suisse : elle est proposée en deux tailles (boîtiers en titane de 36 mm et 40 mm). On doit la démonstration de cette sobriété mécanique – typique de la philosophie et des recherches entreprises par les grands horlogers du XVIIIe siècle – au génial constructeur horloger Ludwig Oechslin…

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

•••• ASTROMYO : sous cet étrange nom de marque se cache un projet horloger tout ce qu’il y a de plus français. Il s’agit de laisser à chaque amateur le soin de monter lui-même sa montre : Antoine Capelle, qui vient fonder la marque, propose un « kit » (composants et outils : ci-dessous) pour permettre à chacun de réaliser son propre chronographe. Le style de cette montre MK2 est résolument vintage : il est même très inspiré par la montre Seagull de 1963 (en haut de la page), un grand classique de l’horlogerie militaire en Chine. Promesse : une montre montée en moins d’une heure, avec toutes les vidéos qui expliquent chaque étape, le tout pour une grosse centaine d’euros. Le lancement de la campagne Kickstarter aura lieu dans quelques semaines… •••• HYT : spécialisée dans le temps « hydro-mécanique » [un affichage de l’heure par la progression d’un liquide coloré dans un capillaire lové autour du cadran], la jeune marque indépendante HYT n’avait pas résisté à la première pandémie de 2020. Elle a été rachetée, repensée et relancée : nous pourrons découvrir dans quelques semaines le nouveau style de cette marque et ses nouvelles ambitions… •••• ENCHÈRES : 2021 aura vraiment été l’année des plus folles enchères horlogères, avec un quasi-doublement du chiffre d’affaires des principales maisons – pour les dix premières d’entre elles, on va largement dépasser le demi-milliard d’euros d’activité, avec, à ce rythme, le milliard en ligne de mire dans les deux ou trois ans à venir…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !