La thèse d’un mini âge glaciaire qui pourrait ralentir le réchauffement climatique revient... et demeure tout aussi fausse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La thèse d’un mini âge glaciaire qui pourrait ralentir le réchauffement climatique revient... et demeure tout aussi fausse
©Reuters

Atlantico Green

La thèse d’un mini âge glaciaire qui pourrait ralentir le réchauffement climatique revient... et demeure tout aussi fausse

Une étude anglaise fondée sur un modèle de prévision de l'intensité solaire a prédit une baisse de température dans les années 2030.

Olivier  Boucher

Olivier Boucher

Olivier Boucher a été chef de l’équipe « Climat, chimie et écosystèmes » au Centre Hadley du Met Office britannique de mars 2005 à mai 2011. Il est actuellemntent directeur de recherche au Laboratoire de météorologie dynamique. Il a coordonné le chapitre « Nuages et aérosols » du cinquième rapport d'évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

Voir la bio »

Atlantico : On entend beaucoup parler ces dernières années mais aussi ces derniers mois d'une théorie scientifique d'un mini âge glaciaire fondé sur l'existence d'un minimum solaire, baisse de l'intensité du soleil qui ferait baisser la température. Une étude anglaise fondée sur un modèle de prévision de l'intensité solaire a ainsi prédit une baisse de température dans les années 2030. Mais très nombreux sont les spécialistes qui critiquent cette théorie. Pourquoi ?

Olivier Boucher : Il est tout à fait possible que l'activité du soleil repasse par un minimum. Cela a existé dans le passé, et donc cela existera dans le futur. Il y a quelques indications qui peuvent aller dans ce sens. Le dernier cycle solaire a été un peu faiblard, et de fait le minimum a duré un peu plus longtemps, donc il existe une possibilité.
Il est aussi clair que le soleil a un impact sur le climat : c'est notre principale source d'énergie. Mais ses variations d'intensité de l'activité du soleil sont relativement faibles si on regarde bien. Si on se fonde sur les observations par satellite des dernières décennies, on constate des variations très faibles, et à partir de nos reconstructions sur les derniers siècles, on observe des variations cette fois-ci qui sont de l'ordre du millième ! C'est donc presque négligeable. Et donc même si le soleil est notre principale source de chaleur, ses petites variations ne sont pas capables de modifier les évolutions de chaleur dans le futur, d'autant plus que les autres variations climatiques sont plus importantes. Ce sont celles liées aux gaz à effet de serre anthropiques et autres facteurs de ce type... Et tous ces autres facteurs sont plus importants que les variations solaires. L'idée d'un mini âge glaciaire est donc possible mais ne serait très certainement pas perceptible.

Les modèles de prévision solaires sont donc d'une importance négligeable ?

Exactement, car il y a un certain nombre de facteurs qui vont continuer à influencer le climat dans les années à venir. Le soleil est un de ces facteurs. Mais son importance est faible par rapport aux autres facteurs. Et on peut affirmer cela avec un grand degré de certitude.

Comment éviter de se faire avoir par ce genre d'approximations, de mauvaises interprétations ou de « fake news » ?

Il faut bien voir que c'est une particularité de l'Angleterre qui dispose d'un certain nombre de journaux peu sérieux sur ces questions. On n'a pas vraiment d'équivalent en France, ils sont dans l'ensemble sérieux. Nous n'avons pas le problème du Daily Mail. De toute façon, il faut toujours vérifier et croiser ses sources ! Un certain nombre de rapports sur le climat ont été analysé par notre presse, tels les études du GIEC qui sont abondamment commentées. On y évoque ces questions de variations possibles de l'activité solaire dans le passé et dans le futur. L'information validée est là.
Pour ceux qui ne savent pas trop si une information est valable sur les questions de climat, nous avons fait un site, le-climat-en-question.fr (http://www.climat-en-questions.fr/) qui offre un service de FAQ et je pense que votre question y est traitée. Le site offre plusieurs niveaux de lecture selon le niveau scientifique du lecteur (vert/orange/rouge). Le vert est accessible à tous les lecteurs tout en étant validé par des chercheurs !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !