Ces ténors de la macronie qui flinguent discrètement Elisabeth Borne; Macron veut soumettre les LR qui le rallient; Les boomers ont ruiné la France… et se tuent dans des chutes domestiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le Point a enquêté sur le remaniement ministériel. L'Express s'est penché sur les boomers.
Le Point a enquêté sur le remaniement ministériel. L'Express s'est penché sur les boomers.
©

Revue de presse des hebdos

Ces ténors de la macronie qui flinguent discrètement Elisabeth Borne; Macron veut soumettre les LR qui le rallient; Les boomers ont ruiné la France… et se tuent dans des chutes domestiques

Et aussi : La fin de l'ambition professionnelle.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Le Point est le seul à consacrer sa Une à Elisabeth Borne. L’Express dénonce les boomers qui ont ruiné la France. L’Obs enquête sur notre nouveau rapport au travail et prophétise la fin de l’ambition professionnelle.

La macronie ne veut pas de Guillaume Larrivé 

Auteur en 2018 d'un brûlot contre le chef de l'Etat, le député LR de l'Yonne multiplie depuis les signes de bienveillance à son égard. Son désir d'entrer au gouvernement ne fait guère de doute. Stéphane Séjourné ferme la porte : "Entre son bouquin à charge contre Macron et son comportement dans la Commission Benalla, c'est impossible. »

Et Larrivé devra même affronter un candidat "Ensemble !" aux prochaines législatives, Victor Albrecht, chef du pôle élections à LREM. 

L’avenir de Didier Lallement

Selon Le Point, au début du mois de mai, lors d'une réunion matinale le préfet de police Didier Lallement, 65 ans, a affirmé vouloir mettre un terme à sa mission au mois d'août, avant son 66e anniversaire. Selon son entourage, il n'aurait jamais fait mystère de son envie de partir avant la limite de 67 ans. 

Bayrou ne voulait pas de Borne

D’après Le Point, le président du MoDem aurait œuvré en coulisses contre la nomination d’Élisabeth Borne à Matignon. (…) Mais ces derniers jours, l’hypothèse de la promotion de l’ex-LR Catherine Vautrin l’a fait changer d’avis : il était de ceux qui ont mené la fronde contre la présidente du Grand Reims au profit d’Élisabeth Borne

LREM morte et enterrée

Le Point rappelle qu’à la surprise générale, Stanislas Guerini, patron des Marcheurs, a annoncé le 5 mai que La République en marche devenait « Renaissance ». En réalité, il ne s’agit pas simplement d’un ripolinage de façade, mais de repartir de zéro. Emmanuel Macron a souhaité enterrer LREM, devenue un repoussoir. « Le président a acté la nécessité de créer un nouveau parti, qui a vocation à durer au-delà de 2027 », décrypte l’un de ses stratèges. 

La droite pro-Macron : un vassal à soumettre

Selon l’Express, « l’exécutif ne considère pas la droite pro-Macron comme un partenaire potentiel, mais comme un vassal à soumettre. L'Elysée attend des transfuges qu'ils embrassent la tunique présidentielle dès les législatives pour rejoindre la confédération Ensemble !. Pas question, sauf rares exceptions, de leur offrir une élection sous la bannière LR, avec l'indépendance qui en découle. "Macron veut écraser tout le monde, analyse un maire Les Républicains d'une grande ville. On surestime sa capacité intellectuelle, mais on sous-estime sa capacité tactique." Un cadre LR abonde : "Je suis persuadé qu'il n'y a jamais eu la moindre volonté chez Macron de permettre l'existence, en nombre, de transfuges de droites qui pourraient repartir dans l'autre sens à la moindre difficulté en cours de mandat. »"

Coralie Dubost débranchée

Le Point croit savoir, c’est Emmanuel Macron lui-même qui a demandé que Coralie Dubost soit débranchée en vue des législatives de juin, après les révélations de Mediapart sur les notes de frais astronomiques de la députée LREM de l’Hérault.

Edith Cresson et les agriculteurs

Dans Le Point, interview d’Edith Cresson qui évoque la réaction du  président de la FNSEA, François Guillaume, lorsqu’elle a été nommée ministre de l’Agriculture : « On voit le mépris dans lequel le président de la République tient l’agriculture, puisqu’il a nommé une femme à ce poste. » 

Reconquête : le FN des années 90 ?

Pour l’Express « à l'extrême droite, on dresse un constat de cette campagne : le parti d'Eric Zemmour, par sa stratégie de la radicalité, a finalement récupéré le statut de mouvement groupusculaire et marginal dont le RN a réussi à s’émanciper." 

Chez les frontistes, on se frotte les mains : "Reconquête! a finalement été notre dernier marchepied pour accéder au statut de parti de gouvernement, en récupérant le monopole de la radicalité, qui bloquait notre ascension."

Borne pensait qu’elle ne serait pas choisie

Le Point écrit  que « Elisabeth Borne a pensé jusqu’au bout qu’elle ne serait pas choisie. De retour du dernier Conseil des ministres, elle l’a dit à ses collaborateurs. « Compte tenu de la nouvelle méthode qu’il veut déployer, je sens qu’Emmanuel Macron va choisir une élue locale, de terrain. »  (…) Lors du dîner d’adieu organisé par Jean Castex à Matignon, ses collègues viennent donc la sonder. « Je n’ai pas parlé avec le président. Je suis complètement dans le brouillard sur la suite », répond-elle aux curieux. »

« Cette haute fonctionnaire de 61 ans, ministre depuis cinq ans et à trois postes différents (Transports, Transition écologique, Travail) peu connue des Français, correspond bien au moment. Emmanuel Macron avait prévenu : en ces temps troublés où les crises se superposent, l’heure n’est ni à la fête ni aux joyeux drilles. Élisabeth Borne est justement précédée en macronie d’une réputation d’exécutante aussi sérieuse qu’austère. »

« Un pilier de la macronie redoute (…) qu’elle ne fasse « fuir les électeurs, car elle est froide comme un glaçon et manque d’empathie ». Cette mère divorcée – elle a un fils – préfère travailler les dossiers que haranguer les foules. » 

« Elle devra toutefois s’imposer dans un Hémicycle renouvelé où les Insoumis et les représentants du RN devraient être beaucoup plus nombreux pour ferrailler contre le gouvernement. « Le niveau est un cran au-dessous de Castex, peste un ministre en vue. Il avait des réflexes politiques et une aisance qu’elle n’a pas. Elle lit encore ses fiches lors des questions au gouvernement. » À peine nommée, déjà raillée… »

Pour l’Express, Emmanuel Macron, ne s'est pas donné la peine de dissimuler "le coup de communication" - l'expression est employée par l'un de ses proches - que représente à ses yeux la nomination d'Elisabeth Borne à Matignon.

Pour l’Obs, Elisabeth Borne est « un moine-soldat » au féminin

Emmanuel Macron a pris son temps

L’Express remarque que « Emmanuel Macron a patienté trois semaines avant de nommer Elisabeth Borne à Matignon. Une gestion du temps qui a de quoi surprendre. »

« En 1988, Michel Rocard arrivait à Matignon deux jours après la réélection de François Mitterrand. En mai 2002, Jacques Chirac rempilant, il a fallu moins de vingt-quatre heures pour que Jean-Pierre Raffarin remplace Lionel Jospin. » 

« Le président dispose, et il a pris son temps. Mais, la France n'en a guère pour relever les innombrables défis qui l'assaillent. Remontée en vue des taux d'intérêt, service de la dette qui enfle, inflation incontrôlée, dislocation du corps social, pouvoir d'achat en berne, déficit extérieur abyssal, croissance étouffée, guerre en Ukraine: le feu couve, l'urgence est partout. » 

Coup d’arrêt aux introductions en Bourse

Le Point souligne que la guerre en Ukraine et le revirement de politique monétaire des banques centrales pour contrer l’inflation ont non seulement fait chuter les marchés, mais ils ont aussi porté un coup d’arrêt à de nombreux projets d’introduction en Bourse. Seules 321 entreprises dans le monde se sont lancées au premier trimestre selon le cabinet EY, soit 37 % de moins qu’un an plus tôt. 

L’ambition c’est fini

Pour l’Obs, « La pandémie a bouleversé notre rapport au travail. Jusqu’à rendre obsolète le concept de carrière et redéfinir le modèle de réussite? Beaucoup ne veulent plus sacrifier leur vie personnelle ou leur éthique à un métier sans impact positif pour la collectivité. Une révolution qui touche tous les âges et tous les secteurs Après un an de télétravail, deux heures lui ont suffi pour décider de plier bagage : exit la brillante carrière internationale, le salaire mensuel à cinq chiffres et les salons « business » des aéroports. Exit aussi le management autoritaire et les réunions vides de sens. 

« Ancienne cadre dirigeante dans un grand groupe automobile, Natacha, 46 ans, s’est lancée dans une formation de mécanicienne à l’Institut national du Cycle et du Motocycle. « Je n’arrivais plus à faire coïncider mes valeurs avec mon quotidien professionnel », nous dit celle qui aspire désormais celle qui aspire désormais à une certaine « sobriété professionnelle ». Lorsqu’elle sera diplômée, à l’automne, elle compte ouvrir un café-vélo dans le sud de la France. Les mains noircies par la graisse, elle assure n’avoir aucun regret – et tant pis si sa mère a pleuré quand elle le lui a annoncé.à une certaine « sobriété professionnelle ». Lorsqu’elle sera diplômée, à l’automne, elle compte ouvrir un café-vélo dans le sud de la France. Les mains noircies par la graisse, elle assure n’avoir aucun regret – et tant pis si sa mère a pleuré quand elle le lui a annoncé. »

L’Obs donne un chiffre étonnant : « Plus de 38 millions d’Américains ont quitté leur emploi en 2021. Un mouvement massif, qui touche tous les âges, tous les métiers. Et qui renverse le rapport de forces entre salariés et entreprises ».

Les boomers laissent la France en ruine

L’Express interroge longuement François de Closets à l’occasion de la sortie de son livre "La Parenthèse boomers. Réconcilier les générations", aux éditions Fayard. Selon lui, les personnes nées pendant le baby-boom (1945 – 1965) sont coupables.

L’auteur met « En cause, la prédominance économique, politique et culturelle des boomers dans les pays occidentaux au détriment des plus jeunes. C'est cette domination, et la possible "guerre des générations" qu'elle prépare, que l'essayiste et journaliste François de Closets passe au crible avec brio dans son nouvel essai choc. »

« Aujourd'hui, nous en sommes à 115 % du PIB de dette publique. Nous avons détruit l'héritage de nos enfants et petits-enfants, en s'en fichant royalement. J'ai alors réalisé qu'il ne s'agissait pas d'un problème de gauche ou de droite, mais de génération ». 

Les personnes âgées tombent et meurent

D’après l’Obs « Chaque année, 10000 personnes âgées meurent des suites d’une chute. C’est trois fois plus que l’ensemble des victimes des accidents de la route. Et si “tout le monde tombe”, selon les gériatres, il ne s’agit pas d’un événement banal pour autant. »

« Fin février, le ministère chargé des Sports et le secrétariat d’Etat à l’Autonomie ont présenté un « plan antichute des personnes âgées », visant à favoriser la prévention, l’aménagement des logements ou encore l’accès à la télésurveillance, sans pour autant détailler le budget qui lui serait alloué. La chute coûte 2 milliards d’euros par an, d’après le ministère de la Santé, qui précise que 130 000 personnes âgées sont hospitalisées chaque année pour cette raison. « Il y a 75 000 fractures de l’extrémité supérieure du fémur, qui sont la conséquence d’une chute à quasi 100 % du temps », précise François Puisieux. Ces fractures-là causeront la mort de 20 % à 25 % des personnes concernées dans l’année qui suit, et précipitent les entrées en Ehpad: « Entre 15 % et 20 % de ces gens rejoignent des institutions parce qu’ils ne savent plus marcher suffisamment bien. »

Etranger

Les enfants français dans les camps syriens

Selon l’Obs « Environ 200 petits Français sont toujours détenus dans des camps syriens. Malgré de nombreuses condamnations par les instances internationales, la France s’isole dans son obstination à ne pas les rapatrier, ni eux ni leurs mères C’est la tache sur le premier mandat d’Emmanuel Macron. Une faute, au regard des textes internationaux de protection des droits de l’enfant. Un acte manqué qui coûte cher à la France et lui reviendra comme un boomerang à peine le nouveau gouvernement constitué. 

Le 24 février, le Comité des Droits de l’Enfant des Nations unies a en effet statué : « Le refus de la France de rapatrier des enfants français détenus dans des camps syriens dans des conditions mettant leur vie en danger depuis des années viole leur droit à la vie, ainsi que leur droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants. » Avant ça, la Ligue des Droits de l’Homme, les Nations unies, le Conseil de l’Europe, le Parlement européen, l’Unicef, la Croix-Rouge, la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH), la Fédération internationale pour les Droits humains (FIDH), Human Rights Watch, Amnesty et, il y a trois semaines, la Défenseur des droits, tous ont fustigé l’obstination du gouvernement

 La Chine se ferme face au Covid-19 

Le Point remarque que « le choc que Xi fait subir à son pays est spectaculaire : 41 villes chinoises, qui représentent 290 millions d’habitants et près d’un tiers du PIB, étaient sous le coup d’un confinement total ou partiel le 10 mai, selon la banque japonaise Nomura. Ses conjoncturistes tablent sur une croissance nulle des exportations ce mois-ci. »

« Pas une journée ne se passe sans que les chaînes d’infos locales nous disent que le Covid est comme la peste noire et que les Américains ont laissé mourir leurs vieux », s’agace un Français de Guangzhou. Les antennes de la télé d’État CCTV passent en revanche sous silence les taux de vaccination. Et pour cause : selon les chiffres officiels, plus de 40 % des Chinois âgés de plus de 80 ans n’ont pas encore reçu la moindre dose de vaccin, et seulement 20 % ont reçu trois piqûres du sérum local, le Sinovac, dont les scientifiques disent qu’il est moins efficace que ses équivalents occidentaux à ARN messager. Au sein d’une population très peu vaccinée, une flambée d’Omicron – même s’il est plus bénin que les autres variants – pourrait causer une hécatombe. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !