Vaccin AstraZeneca : l'ANSM confirme l'existence d'un faible risque de thrombose | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 est associé à un risque de thrombose atypique.
Le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 est associé à un risque de thrombose atypique.
©JUSTIN TALLIS / AFP

Bénéfice-risque

Vaccin AstraZeneca : l'ANSM confirme l'existence d'un faible risque de thrombose

L'Agence nationale de sûreté du médicament (ANSM) insiste néanmoins sur le fait que la balance bénéfice-risque du vaccin reste "favorable".

Il y a bien un risque de thrombose atypique associé au vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, mais celui-ci est "rare", a confirmé vendredi 26 mars l'Agence nationale de sûreté du médicament (ANSM).

Dans son dernier point de situation sur la surveillance des vaccins contre le Covid-19, l'agence française note que "neuf cas de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie - diminution du nombre de plaquettes dans le sang, NDLR - ou à des troubles de coagulation ont été déclarés". Cela représente six cas de plus que la semaine précédente, indique l'ANSM, et "deux décès" ont été rapportés entre le 12 et le 18 mars, ajoute-t-elle.

C'est "le caractère très atypique de ces thromboses, leurs tableaux cliniques proches et le délai de survenue homogène" qui conduisent le comité de suivi à faire le lien avec le vaccin AstraZeneca. L'agence note que ces cas sont survenus "dans un délai médian de 8,5 jours après la vaccination chez des personnes sans antécédents particuliers identifiés à ce jour".

Pour autant, l'ANSM souligne que la balance bénéfice-risque du vaccin reste favorable. Elle rejoint ainsi l'avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a jugé le vacin "sûr et efficace".

À Lire Aussi

Pour sortir de la crise, un front uni d’entreprises souhaite le retrait du principe de précaution et la levée du secret médical...
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !