Un économiste réputé et proche du pouvoir arrêté : la fin de l'influence libérale dans la Russie de Poutine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vladimir Poutine
Vladimir Poutine
©Odd ANDERSEN / AFP

Pouvoir

Un économiste réputé et proche du pouvoir arrêté : la fin de l'influence libérale dans la Russie de Poutine

Il semblait pourtant avoir les faveurs du Kremlin

Vladimir Mau a été réélu au conseil d'administration de Gazprom la semaine dernière. Voir cet économiste libéral au sein du monopole du gaz russe, cela suggérait que Mau avait toujours les faveurs du Kremlin.

Les apparences se sont révélées trompeuses.

Quelques heures plus tard, jeudi, la police de Moscou a déclaré avoir arrêté Mau pour fraude indique The Moscow Times. C'est un signe que la répression russe en temps de guerre s'étend désormais même à ses fidèles serviteurs.

Mau, qui nie les accusations et est assigné à résidence jusqu'en août, n'est pas un dissident. En tant que recteur de la plus grande université de Russie, l'Académie présidentielle russe d'économie nationale et d'administration publique (Ranepa), il a signé une lettre ouverte des chefs de 260 universités s'engageant à « se rallier au président » après l'invasion de l'Ukraine par Vladimir Poutine.

Mais Mau, 62 ans, a tenté de réformer le système de l'intérieur. 

L'arrestation de Mau confirme que même les critiques constructives à huis clos sont interdites, selon Kirill Rogov, un politologue qui l'a précédemment conseillé sur un programme économique pour le Kremlin.

"Cela montre à quel point le régime est impitoyable", a déclaré Rogov, chercheur invité à l'Institut des sciences humaines de Vienne. "Mau avait une bonne relation personnelle avec Poutine, mais cela ne veut rien dire."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !