Rencontre entre François Hollande et le pape François : le président souligne les "convergences" entre le Vatican et la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Rencontre entre François Hollande et le pape François : le président souligne les "convergences" entre le Vatican et la France
©Reuters

Résumé

Rencontre entre François Hollande et le pape François : le président souligne les "convergences" entre le Vatican et la France

La rencontre, très attendue, entre le chef de l'Etat et le pape s'est déroulée dans une atmosphère froide et formelle.

A 10h22, François Hollande est arrivé et a monté les trois étages du Palais apostolique pour se rendre dans la bibliothèque privée du chef de l'Eglise catholique. C'était sa première rencontre avec le pape : ce dernier l'attendait pour la photo rituelle. Après une poignée de main tendue pendant laquelle le président de la République a affirmé au pape qu'il était "très heureux d'être accueilli ici", les portes se sont fermées pour un entretien d'une trentaine de minutes, sans autre témoin que le traducteur. 

Selon l'AFP, chacun a conservé son sérieux. Le pape, souvent très aimable, ne cherchait pas à sourire, le visage grave et tendu. Il est de notoriété publique que les divergences sont nombreuses entre les deux hommes. On sait queFrançois Hollande, grand défenseur d'une laïcité rigoureuse, devait évoquer avec le Saint-Père la résolution des crises internationales. Le pape, quant à lui, devait interroger le président français sur certaines évolutions de la société, notamment sur l'euthanasie et la fin de vie, que l'Eglise critique.

Après leur entretien, François Hollande a souligné "la convergence du Vatican et de la France sur les grands sujets internationaux, le premier étant l'Afrique et notamment la situation en Centrafrique". Et de citer également "la situation au Proche-Orient et notamment en Syrie" mais aussi "notre inquiétude par rapport à la situation des chrétiens d'Orient". "J'ai rappelé que la laïcité garantissait le respect de toutes les religions et [...] qu'elle permet le débat avec tous les cultes", a ajouté François Hollande. "Nous avons la même détermination par rapport à tous les actes [antireligieux], sans distinction." "S'il y a un mot qui nous a rassemblé, c'est la 'dignité', la défense de la dignité humaine", a insisté le président.

François Hollande a conclu son intervention par une invitation officielle pour le pape François. Il est "le bienvenu dans notre pays", a-t-il dit, semblant ainsi confirmer une possible visite en 2015. 

Une fois l'entrevue terminée, le pape a reçu la délégation française. François Hollande a fait les présentations puis les chefs d'Etat ont procédé à l'échange des cadeaux. Le président de la République a offert au pape un livre sur Saint François d'Assise datant de 1929, de Roger Boutet de Monvel. Malgré la gêne perceptible chez les deux hommes, ces derniers se sont quittés en se disant "à bientôt" en français. 

Quelques heures avant cette rencontre, une bombe artisanale avait explosé à Rome, près d'une église gérée par la France. Selon une première analyse des forces de l’ordre, il s’agirait d’une bombe artisanale dont l’explosion aurait endommagé légèrement une église appartenant au clergé français, ainsi qu'au moins cinq voitures.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !